Getty Images

Nantes a su s'armer de patience

Nantes a su s'armer de patience

Le 08/12/2019 à 19:30

LIGUE 1 - Nantes s'est bien remis de sa défaite à Paris (2-0) mercredi. Dominateurs mais longtemps inefficaces, les Canaris ont fini par forcer le verrou dijonnais à l'approche du dernier quart d'heure grâce à un but de Ludovic Blas pour s'imposer devant le club bourguignon dimanche, à La Beaujoire (1-0). La formation de Christian Gourcuff remonte à la sixième place du classement. Le DFCO est 16e.

"On ne va pas à Nantes en tant que victimes expiatoires". Quand Stéphane Jobard a prononcé ces mots en conférence de presse d’avant-match, on pouvait s’attendre à ce que Dijon se rende sur la pelouse de La Beaujoire pour tenter d’y décrocher un résultat. Finalement, les Dijonnais se sont contentés de faire le dos rond toute la rencontre, comme si ne pas encaisser de but était déjà une victoire pour eux. En face, Nantes a buté sur leur bloc très bas pendant plus de 70 minutes avant que Ludovic Blas ne délivre les siens d’un tir croisé (73e, 1-0) pour propulser son équipe aux portes du Top 5 du championnat de France.

Après 15 minutes totalement insipides, le FC Nantes a commencé à imposer son rythme dans l'espoir de s’offrir une victoire qui change beaucoup de choses à deux semaines de la trêve hivernale. Mais, si les Canaris ont eu la possession et les occasions, ils n’ont jamais réussi à se montrer réellement dangereux, englués dans un jeu de passe stérile dont ils paraissaient incapables de sortir.

Imran Louza (Nantes) face à Dijon

Imran Louza (Nantes) face à DijonGetty Images

La faute à une défense dijonnaise recroquevillée dans sa surface, certes, mais aussi à celle d’un trop grand déchet technique des hommes de Christian Gourcuff. Les supporters présents dans les tribunes de La Beaujoire ont dû avoir l’impression de vivre les mêmes actions pendant près de 30 minutes : leur équipe ne s’arrêtait plus de faire tourner le ballon dans le camp adverse sans réussir, ou presque, à en franchir les portes, rudement gardées.

Runarsson a pourtant tout essayé

Au retour des vestiaires, les Nantais ont enfin fait preuve d’imagination. C’est ainsi que dès leur première incursion, les joueurs de Christian Gourcuff ont bien failli ouvrir le score en faisant balbutier Cadiz devant son propre but : étouffé par le nombre d’hommes en jaune autour de lui, l’attaquant dijonnais a dévissé son dégagement en plein sur son poteau (47e). Il n’en fallait pas plus pour que les Canaris passent enfin la seconde. Et se mettent, de fait, à déferler sur le but de Runarsson.

Car le moins que l’on puisse écrire est que le gardien islandais n’a pas vu la seconde période passer. Mis à contribution sur un coup franc de Louza (52e), il a ensuite sauvé son camp en bloquant parfaitement son premier poteau lors d’une tête de Coulibaly (53e) et d’une volée de Simon (55e) avant de s’interposer sur une frappe lointaine de ce même Simon (61e) et de capter une tentative de la tête de Blas (62e).

Mais à force de tout donner pour obtenir cette ouverture du score, les Nantais ont été récompensés lors de leur 16e tentative du match, grâce à Ludovic Blas, auteur d’une lourde frappe croisée faisant suite à un une-deux avec Simon à l’entrée de la surface (73e). Les supporters de La Beaujoire ont enfin pu respirer. Puis, surtout, ovationner leur équipe qui fait un énorme bond au classement, passant de la 12e place aux portes du Top 5 de la Ligue 1, à une petite longueur de la première place européenne détenue par Rennes. Place qu’ils ont bien raison de lorgner, car ces Canaris là en ont les moyens.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0