Getty Images

Une attaque en berne, ça pendait au nez de l'OM

Une attaque en berne, ça pendait au nez de l'OM

Le 28/02/2020 à 19:49Mis à jour Le 28/02/2020 à 20:01

LIGUE 1 - En verve à l'automne dernier, l'attaque de Marseille affiche un rendement très nettement inférieur depuis le début de l'année civile, avant le déplacement à Nîmes vendredi (20h45) en ouverture de la 27e journée. Un phénomène prévisible compte tenu de la structure de l'effectif d'André Villas-Boas. Mais il n'est pas forcément destiné à durer.

C'est le parallèle qui résume tout. La dernière fois que l'OM a croisé Nîmes, l'attaque phocéenne se portait comme un charme. Elle avait passé trois buts aux Crocos (3-1), trouvant ainsi les filets au moins à deux reprises pour la septième fois sur ses huit dernières sorties. L'idéal pour boucler l'année 2019. Ce n'est plus la même histoire en 2020. En sept matches, Marseille n'a passé la barre des deux buts que deux fois et n'a inscrit que sept buts au total. La moyenne est vite faite. Et elle ne correspond pas vraiment à celle d'un prétendant à la Ligue des champions.

Entre les deux, il y a certainement un juste milieu. L'attaque marseillaise, probablement un peu en surrégime à la fin de l'année dernière, tourne en sous-régime à l'heure actuelle. C'est devenu un problème pour André Villas-Boas. "C'est vrai que le jeu d'attaque est notre faiblesse, a reconnu le technicien portugais jeudi en conférence de presse. Ce qui nous manque, c'est un peu de justesse technique et de finition dans l'attaque. On peut produire un peu plus mais on ne le fait pas." En attendant, l'OM est surtout rattrapé par un problème structurel d'effectif en attaque.

Vidéo - 27e j. - Villas-Boas : "Notre jeu d'attaque est notre faiblesse"

00:41

Le 4-3-3 de Villas-Boas a des vertus. Mais pas celle de mettre en valeur Dario Benedetto et Valère Germain, les deux seuls attaquants axiaux de l'OM. Si l'Argentin a brillé au cœur de l'automne, ses difficultés actuelles traduisent non seulement une baisse de régime individuelle mais aussi le besoin d'un soutien plus consistant pour exprimer ses qualités. Valère Germain, précieux dans une attaque à deux têtes, a lui aussi du mal à peser quand il est seul en pointe. "On n'a pas des profils identiques, mais Dario comme moi avons été un peu esseulés quand on a joué devant, ces derniers temps", résumait-il après la défaite contre Nantes (1-3).

"Pas de gabarits à la Giroud"

Il manque un point de fixation dans l'attaque marseillaise. Ce n'est pas une nouveauté, c'était prévisible à l'issue du mercato estival. L'OM n'en avait pas trop souffert sur la première moitié de saison. Cet hiver, le problème a fini par faire surface. L'option d'associer Benedetto et Germain existe mais Villas-Boas peut difficilement sacrifier l'équilibre collectif trouvé avec son 4-3-3 pour la mettre en place. "C'est un peu le problème pour les attaquants de l'OM, a reconnu Germain. On n'est pas des joueurs avec des gabarits à la Giroud. On a besoin de joueurs qui évoluent près de nous."

Valère Germain lors de la rencontre opposant Marseille à Montpellier, le 21 septembre 2019

Valère Germain lors de la rencontre opposant Marseille à Montpellier, le 21 septembre 2019Getty Images

Si Benedetto et Germain manquent de soutien, c'est aussi parce que le bloc marseillais est un peu moins haut qu'à l'automne dernier. Morgan Sanson et surtout Valentin Rongier, essentiels sur cette période par leur dépassement de fonction, ont un peu plus de mal à joindre les deux bouts entre la récupération défensive et l'accompagnement des phases offensives. "À nous de faire mieux, de mieux nous déplacer et au collectif d'être peut-être un peu plus proche de nous", espérait Germain après un revers face aux Canaris où les Marseillais avaient aussi été trop maladroits dans le dernier geste.

Dans ce domaine, l'impact de Dimitri Payet n'est plus à démontrer. Et sa contre-performance face à Nantes n'a fait que confirmer à quel point l'attaque olympienne reposait sur le rendement de son maître à jouer. Mais au rayon des individualités, le Réunionnais devrait bientôt avoir du renfort avec le retour annoncé de Florian Thauvin la semaine prochaine face à Amiens. "C'est une grande recrue pour la fin de saison", s'est réjoui Villas-Boas. Absent depuis de longs mois, Thauvin aura besoin de temps pour retrouver son rythme. Mais sa présence ne peut être que bénéfique pour une attaque marseillaise en quête d'un second souffle.

Vidéo - Villas-Boas : "Thauvin est trop juste pour Nîmes"

01:02
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313