Celle-là, le Stade Rennais s’en souviendra longtemps. Dans une fin de match complètement folle, les hommes de Julien Stéphan se sont imposés 3-2 pour arracher le derby breton à l’occasion de la 22e journée de Ligue 1 ce vendredi. Rennes a fait preuve de caractère pour revenir deux fois au score avant de s’imposer sur le fil grâce à un but de Raphinha (90e+6). Les Bretons consolident leur place sur le podium et reviennent provisoirement à deux points de Marseille.
Ligue 1
"N'importe quoi", "Pas les mots" : A Saint-Etienne, une rouste aux airs de cauchemar
HIER À 15:19
Ce derby breton n’a pourtant pas tout de suite rempli toutes ces promesses. Après le chaleureux accueil réservé par le Roazhon Park à Steven Nzonzi et une entrée des joueurs sur le terrain génératrice de frissons, la rencontre a offert un spectacle assez pauvre. L’état de la pelouse n’y était pas étrangère. Les transmissions ont été compliquées. Finalement, c’est Nantes qui a offert le meilleur visage dans un match très fermé. Au moment de rentrer au vestiaire, Christian Gourcuff pouvait s’appuyer pour sa causerie sur une plus grande agressivité de ses joueurs, plus de frappes, de mouvement…bref, plus d’envie.
La plus belle occasion de cette première période était déjà à mettre au crédit des Rennais par l’intermédiaire de Hunou, qui a vu le poteau stopper sa tentative (36e). Cela pouvait laisser présager des ressources insoupçonnés des rouges et noirs, souvent décisifs en fin de match cette saison. Sur un coup de pied arrêté, Wagué a concrétisé les efforts des Canaris en reprenant un ballon qui traînait dans la surface, détourné dans son but par Da Silva (47e). L’ouverture du score du plus grand rival, a sonné la révolte rennaise. Cette partie s’est peu à peu emballée tout en restant entrecoupée par de nombreuses fautes.

Eduardo Camavinga et Ludovic Blas (Rennes-Nantes)

Crédit: Getty Images

Simon pensait avoir offert la victoire à Nantes

Les Rennais ont pu compter sur un excellent Raphinha, titulaire ce soir. Le Brésilien s’est d’abord chargé de pousser au fond des filets un penalty manqué par Niang pour égaliser (71e). Nantes a alors bénéficié des vagues rouges pour marquer sur un contre bien mené, conclu de belle manière par Simon (80e). A dix minutes de la fin, le sort semblait sceller. Mais, dans le temps additionnel alors que ses joueurs pêchaient physiquement depuis plusieurs minutes, le Stade Rennais a trouvé un second souffle.
Bourigeaud, entré en court de match, puis Raphinha ont frappé. A la 95e minute, le premier a surgi sur un centre en retrait de Gboho, avant que le Brésilien ne donne le coup fatal deux minutes plus tard. Il n'a eu qu'à ouvrir son pied devant le but après un tir à ras terre de Niang mal repoussé par Lafont. Le VAR s’en est mêlé et a validé le but, ajoutant un peu plus de dramaturgie à ce scénario fou. Les joueurs nantais ont quitté le terrain amères, conscients d’avoir laissé filer la victoire. Avec 40 points après 22 journées de championnat, le Stade Rennais réalise la meilleure saison de son histoire à ce stade. De quoi rêver de Ligue des Champions.
Ligue 1
0-5, triplé de Terrier : Rennes est sublime, les Verts et Puel dans les abîmes
HIER À 13:47
Ligue 1
"C'est la version de Gerson qu'on veut voir" : Sampaoli a-t-il enfin trouvé la formule ?
01/12/2021 À 23:44