Le chaos avant. Le chaos après. Difficile de faire meilleur résumé de la saison marseillaise que ce samedi de janvier, commencé par une manifestation hostile à la direction olympienne, pleine de pancartes offensives, et achevé dans la honte d’une défaite embarrassante (1-2) face à une équipe nîmoise très en difficulté cette saison. Pour la première fois depuis 1962, l’OM a perdu à domicile face au dernier du championnat. Et certains joueurs marseillais doivent presque être soulagés que leur cocon ait été vidé.

Villas-Boas : "Très déçu du comportement et du manque d'envie"

Ligue 1
Marseille, de mal en pis
16/01/2021 À 17:54

Car la fureur du Vélodrome aurait été légitime. Ce samedi, l’OM n’a rien montré si ce n’est une imprécision coupable et des attitudes qui doivent poser question. Le raté de Florian Thauvin sur penalty, l’énième cette saison dans l’exercice pour les Phocéens, aura enclenché un scénario cauchemar où, dès le retour des vestiaires, les hommes d’André Villas-Boas se sont faits cueillir à froid par des Crocos sans complexe (55e, 58e). La suite ? Un but de Dario Benedetto sur une grossière erreur nîmoise. Pour le reste, ce fut tête basse, manque d’idées et de caractère. Comme trop souvent cette saison.

Après coup, Alvaro Gonzalez n’avait pas de mots assez forts pour qualifier la partition des siens : "On ne peut pas faire la merde qu’on a fait aujourd’hui, a lâché l’Espagnol au micro de Téléfoot. Je crois qu’on doit avoir du respect pour le maillot. Le moins qu’on puisse faire, c’est courir, se battre sur le terrain et on a rien fait, rien. A chaque fois qu’on perd, on parle du coach, d’autres choses qui ne sont pas vraies. C’est nous parce que quand on fait de la merde, on perd".

"On était meilleurs qu'eux", "comme s'ils avaient gagné la C1" : A quoi joue Villas-Boas ?

Cadres à la dérive

"D'abord on doit dire pardon aux supporteurs, a d’emblée affirmé un André Villas-Boas marqué après coup. C'est une défaite très lourde, une série de points perdus, ça fait beaucoup. On risque de perdre le train des équipes du haut du classement qui sont plus régulières. Les deux matches en retard ne sont pas une solution. On n'a pas été bons, avec un mauvais état d'esprit. Je ne suis pas content de ce manque d'envie. On peut faire beaucoup mieux, je ne reconnais pas cette équipe".

Arpinon : "Il fallait exploiter les contres à la perfection"

Florian Thauvin imprécis sur le tournant du match, à savoir ce penalty manqué, Dimitri Payet invisible et encore peu investi, Dario Benedetto ô combien maladroit face à Baptiste Reynet ou Hiroki Sakai qui couvre sur l’ouverture du score nîmoise : ce sont encore les cadres, supposés tout du moins, qui ont fait couler le bateau OM ce samedi. Ces attitudes, déjà entrevues en Ligue des champions, laissent planer un sérieux doute sur l’avenir à court terme de cet OM cru 2021 : a-t-il ce qu’il faut pour accrocher le podium ? Rien n’est moins sûr.

"On a besoin de plus d’ambitions, a continué le défenseur espagnol après coup. On fait un bon match en Trophée des champions contre Paris et on fait la merde aujourd’hui, c’est pas possible. Avec tout le respect que j’ai pour Nîmes, on est l’Olympique de Marseille, on doit se battre pour être en Champions League, on ne peut pas faire ce type de match. Je sais pas combien de fois on a frappé au but mais on doit faire un peu plus. Ce n’est pas possible". "Les prochains jours sont importants avant Lens, a complété AVB. On doit parler. Il y a beaucoup d'erreurs tactiques mais c'est surtout sur l'envie. On doit faire beaucoup mieux que ça. On ne peut pas passer d'un bon match à Paris à un match misérable comme aujourd'hui".

Florian Thauvin rate son penalty face à Nîmes

Crédit: Getty Images

"Inquiet pour la suite"

Alors, comment l’expliquer ? Là encore, le coach marseillais avait la tête des mauvais jours : "Il y a des fins de contrat, des joueurs qui arrivent, d'autres qui partent, a-t-il tenté d’avancer. C'est peut être ça dont on paie le prix. Il ne suffit pas de parler d'envie pour que tout revienne à la normale. On est un peu inquiet pour la suite".

Un constat également dressé par Jérôme Arpinon après coup. L’entraîneur des Crocos, tout à la joie d’avoir ramené trois points du Vélodrome, a aussi vu une équipe franchement apathique en face. "On s'est fait peur en leur donnant le but mais je sentais dans les 10-15 dernières minutes que l'OM ne voulait plus revenir", a-t-il avancé. Un résumé parfait d’une situation qui peut vite devenir infernale à Marseille. Car quand les têtes ne veulent plus…

Ligue 1
Vers la fin du chapitre OM : Larguet devrait retourner à Caen
IL Y A 2 HEURES
Ligue 1
Séduisant avant d'être fatigant : Ben Arfa fait-il une version accélérée de sa saison rennaise ?
IL Y A 19 HEURES