Ils ne pouvaient échapper à ces histoires de chiffres. Peut-être est-ce inhérent à cette ère. Ou à leur coût. L'été dernier, Jérémy Doku et Jonathan David furent les deux plus gros investissements des clubs de Ligue 1, hors PSG, et leur prix a, sans aucun doute, renforcé le niveau d'exigence qui les entoure.

Ligue 1
Marseille furieux contre l'arbitrage : "Que faisait le VAR ? Ils prenaient un café ?"
23/01/2021 À 23:15

Leur passif a aussi joué un rôle, les internationaux belge et canadien ayant bouclé une saison franchement convaincante avant de débarquer en France. C'est donc avec un statut commun que les deux joueurs se retrouvent, ce dimanche, dans le cadre d'un alléchant Rennes - Lille. L'un comme l'autre n'ont pas encore convaincu mais ils parviennent, peu à peu, à trouver leur place.

David, maladroit où on l'attendait, indispensable où on l'attendait pas

  • Pourquoi il n'a pas convaincu ?

Il est arrivé dans le Nord avec l'étiquette d'un joueur capable de transformer tout un secteur offensif. Avec La Gantoise, David était un numéro dix aux statistiques de numéro neuf, avec une cinquantaine de buts et une vingtaine de passes en une petite centaine de matches. À Lille, c'est tout l'inverse. Élément le plus haut sur le terrain, le Canadien a souvent manqué d'adresse, de spontanéité ou de précision dans le dernier geste et ce constat-là est renforcé par son bilan comptable puisqu'il n'a inscrit que trois buts en Ligue 1.

"Son souci, c'est qu'il n'a pas de statistiques alors qu'il en a eu des très élevées lors des deux dernières saisons, avait tenté de défendre son entraîneur Christophe Galtier en décembre dernier, à nos confrères de la Voix du Nord. Mais quand tu analyses plus précisément... Il est quand même à l'origine de très nombreuses situations décisives. [...] L'attente est élevée, c'est normal, mais je suis très optimiste pour Jonathan."

Jonathan David lors du match opposant Lille au PSG, le 20 décembre 2020, en Ligue 1

Crédit: Getty Images

  • Pourquoi il est indispensable ?

Parce qu'il s'adapte. D'abord à l'exigence physique de la Ligue 1, incomparable à celle de la Jupiler Pro League, et certainement pas dissociable du manque de lucidité dont il a parfois souffert. Surtout, David est devenu le premier déclencheur du pressing lillois, l'un des plus efficaces du championnat.

Souvent à l'affût, il a fini par être récompensé avec un but de renard importantissime dimanche dernier face à Reims (2-1). Son jeu sans ballon et sa vitesse permettent aussi d'ouvrir des espaces à des joueurs qui savent en profiter, comme Jonathan Bamba et surtout Burak Yilmaz.

De l'eau dans le gaz : Payet-Thauvin, qui choisir s'il ne devait en rester qu'un ?

Doku, mutique mais très technique

  • Pourquoi il n'a pas convaincu ?

Le Diable Rouge partage un autre point commun avec Jonathan David : il a lui aussi tardé à se rendre décisif. L'ailier de 18 ans a bouclé une série de 14 matches sans distribuer la moindre offrande ni inscrire le moindre but, alors qu'il était particulièrement attendu lorsque Rennes piquait sa crise.

À ce jour, le joueur le plus cher de l'histoire du club (26 millions d'euros) n'a toujours pas fait trembler les filets. Forcément, ça fait tâche. "C'est sûr qu'un offensif qui ne marque pas, ça peut peser sur la confiance, admettait son coach Julien Stéphan en début d'année. Mais je ne pense pas qu'il soit atteint par cela."

Jérémy Doku (Rennes) face à deux joueurs lyonnais, le 9 janvier 2021, en Ligue 1

Crédit: Getty Images

  • Pourquoi il est indispensable ?

Parce qu'il a du feu dans les jambes et qu'il fait plus de différences dans le jeu qu'aucun autre Rennais. Avec 37 dribbles réussis en Ligue 1 depuis le début de saison, il devance Eduardo Camavinga de loin (23). Mine de rien, il est aussi à l'origine de nombreuses actions du club breton, comme à Brest la semaine dernière où il fut à l'origine de l'égalisation.

Cette phase a aussi démontré que son entente avec le très bon Hamari Traoré peut devenir un moteur du jeu offensif des Rouge et Noir. L'ancien joueur d'Anderlecht semble monter en puissance depuis plusieurs semaines et sa marge de progression est considérable. "Je me sens bien physiquement et dans la tête, a-t-il rappelé sur le site officiel du club cette semaine. Je ne m'inquiète pas." Julien Stéphan non plus.

Payet, boulet de l'OM : "Un joueur de très haut niveau qui n'est pas fait pour le très haut niveau"

Ligue 1
Puel - Garcia, le plus serein n'est pas forcément celui que vous croyez
23/01/2021 À 23:12
Ligue 1
L'OM continue de plonger
23/01/2021 À 21:55