Le jeu : La possession mais peu d’occasions pour Paris

Certains diront qu’il fallait s’y attendre : ce sont les deux meilleures défenses de Ligue 1 qui s’affrontaient dimanche soir. Mais on espérait tout de même un peu plus de spectacle dans ce choc au sommet. Sur sa pelouse, le LOSC n’a pas réussi à s’exprimer collectivement comme à son habitude. Les Dogues ont longtemps de manqué de profondeur avec le duo Burak Yilmaz – Yusuf Yazici devant. L’entrée de Jonathan David a fait du bien sur ce point, sans pour autant tout révolutionner. En face, le PSG a toujours eu le pied sur le ballon et l’a très vite récupéré lorsqu’il l’a perdu, étant donc rarement exposé. Reste que derrière, il a peiné à créer le danger devant le but de Mike Maignan. Moïse Kean a eu quelques billes, José Fonte aurait pu marquer contre son camp. Mais pas grand-chose de plus, dans un match à quatre tirs cadrés, dont… un pour le PSG.

Les joueurs : Verratti - Rafinha dans un fauteuil, Kimpembe salvateur

Ligue 1
Le PSG renverse Saint-Etienne mais perd Neymar
IL Y A 2 HEURES
Les individualités parisiennes auront régné sur la rencontre face au LOSC. Au milieu, le trio Gueye-Verratti-Rafinha aura rassuré quant à l'avenir du PSG dans ce secteur. Derrière, Presnel Kimpembe s'est illustré par un geste extraordinaire. Les Dogues, eux, sont restés fidèles à leur solidité défensive, du moins dans l’axe. Mais André a eu plus de mal à orienter le jeu alors que Yazici et Ikoné ont trop peu existé.

Incroyable Kimpembe, Marquinhos "Ballon d'Or" : derrière, Paris est impérial

Le facteur X : Le sacrifice de Kimpembe

On joue la 78e minute de jeu. Alors que Lille se montre très rarement dangereux, Burak Yilmaz permet aux Dogues d’exploser en contre. Les Lillois jouent un quatre contre un face à Presnel Kimpembe, seul en dernière ligne. Le défenseur des Bleus réussit alors un tacle exceptionnel de la dernière chance pour empêcher Yilmaz de partir au but. Un geste de grande classe qui vaut largement un but. Surtout qu’au ralenti, on voit que le champion du monde grimace, plus tôt dans sa course, visiblement touché derrière une cuisse. Il a d’ailleurs cédé sa place dans la foulée…

Presnel Kimpembe tacle Jonathan Bamba

Crédit: Getty Images

La stat : 0-0, une première en Ligue 1 pour Tuchel

On n’a pas franchement l’habitude de voir le PSG terminer une rencontre sur un 0-0. Dimanche soir, c’était même une première depuis que Thomas Tuchel est l’entraîneur du club francilien. Paris n’avait plus enregistré un tel score sur la scène nationale depuis le 19 mai 2018, contre Caen.

La décla : Christophe Galtier (entraîneur du LOSC)

Paris nous a complètement étouffé notamment en première période. Ils ont exercé un très bon contre-pressing. Ils ont eu le monopole du jeu, beaucoup de circulation. Ils n’ont eu qu’un tir cadré mais beaucoup de situations dangereuses quand même.

La question : Un nul… satisfaisant pour le PSG ?

Il y a les faits et les chiffres. Au soir de la 16e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain est troisième du championnat derrière Lille et Lyon, n’a remporté que deux de ses six derniers matches dans l’élite et n’a battu aucune des trois équipes qui l’accompagnent actuellement dans le top 4. Le tout à l’issue d’une rencontre qui ne l’a vu cadrer qu’une seule frappe. Pourtant, la soirée de dimanche s’est révélée positive sur plusieurs aspects pour le club francilien.
Si l’accumulation des blessures a de quoi inquiéter – Presnel Kimpembe, Alessandro Florenzi et Layvin Kurzawa sont sortis touchés -, la formation de Thomas Tuchel a affiché un visage bien différent de ses dernières sorties contre les "gros". Il suffit de revenir une semaine en arrière pour observer des différences criantes. Paris avait coulé au milieu contre Lyon ? Il a affiché une maîtrise de tous les instants et une supériorité flagrante dans ce domaine face à Lille. Maîtrise technique, contre-pressing, circulation et utilisation des côtés : c’était du haut niveau.
Le 3-5-2 animait les débats ? Il a montré sa fiabilité dans une affiche de plus haut niveau et le PSG l’a utilisé pour se retrouver constamment en supériorité numérique. Presnel Kimpembe offrait un but aux Rhodaniens ? Il a cette fois sauvé les siens dans le dernier quart d’heure d’une rencontre parfaitement gérée par l’arrière-garde parisienne. Reste l’utilisation du ballon dans la zone de vérité et le dernier geste, bien sûr. Mais difficile d’accabler sur ce point-là un club qui devait se passer de Neymar et, pendant une bonne partie de la rencontre, de Kylian Mbappé. Il manque les buts, oui. Mais le PSG s’est offert une bonne dose de certitudes sans ses deux stars. Et vu d’autres individualités ressortir du lot.

Idrissa Gueye tacle Burak Yilmaz

Crédit: Getty Images

Ligue 1
La grande première : Sergio Ramos titulaire avec le PSG à Saint-Etienne
IL Y A 5 HEURES
Ligue 1
Sergio Ramos se projette déjà : "Je pense jouer quatre ou cinq années encore"
IL Y A 5 HEURES