Le jeu : Un Lyon, deux visages

Sur ce derby, l'OL a joué les rôles de docteur Jekyll et M. Hyde. Il a d'abord affiché son plus mauvais visage. Apathique, dominé dans l'engagement, incapable de se faire violence, il a d'abord subi la loi d'une équipe stéphanoise remarquablement organisée, avec un bloc très compact et une projection rapide vers l'avant. Puis Lyon s'est réveillé avec un coaching à la fois osé et gagnant de Rudi Garcia, qui a procédé à trois changements peu avant l'heure de jeu. Les Gones ont soudainement retrouvé tout leur mordant et exprimé tout leur talent, en exploitant enfin la vitesse de leurs attaquants dans les couloirs. Cela leur a permis de renverser une situation compromise, même si leur victoire a tenu au manque de réalisme et de réussite stéphanois, à l'image du penalty manqué par Denis Bouanga.

Ligue 1
Kadewere fait cauchemarder les Verts
08/11/2020 À 21:56

Les joueurs : L'entrée rêvée de Kadewere

Il avait rêvé qu'il inscrirait deux buts dans ce derby. Tino Kadewere a fait de ce songe une réalité alors qu'il n'était pas titulaire. Il a tout changé dans ce match où Memphis Depay a lui aussi retrouvé toute sa splendeur après le coaching opéré par Rudi Garcia, et notamment l'entrée pleine d'impact de Thiago Mendes. Avant, et même après devant Romain Hamouma, Anthony Lopes a signé des parades décisives qui font largement oublier son but contre son camp. Son alter-ego Jessy Moulin avait lui aussi tenu la baraque avant de commettre une erreur fatale sur le deuxième but de Kadewere. A l'ASSE, Yvan Neyou a confirmé tout son talent avec une prestation XXL au milieu.

Le facteur X : Bouanga, de héros à zéro

Il est celui qui a fait rêver Saint-Etienne en "forçant" le but contre son camp d'Anthony Lopes sur l'ouverture du score. Il est aussi celui qui a anéanti les derniers espoirs stéphanois. Denis Bouanga a eu une occasion en or d'égaliser sur un penalty obtenu après l'intervention du VAR pour une main de Jean Lucas. Elle s'est envolée quand l'attaquant stéphanois, franchement nonchalant dans sa course d'élan, n'a pas accroché le cadre d'Anthony Lopes. Et il a ainsi précipité la sixième défaite des Verts. Cruel.

"Les maux de l'OL restent les mêmes, mais le puzzle commence à prendre forme"

La stat : 39

Il était serré, ce derby. Et finalement, le résultat traduit aussi cette impression d'un point de vue historique. Car la victoire de l'OL lui permet d'égaliser dans ses confrontations face à son rival préféré. On en est désormais à 39 succès de chaque côté et 31 nuls. De quoi donner un peu plus de saveur au prochain opus d'une affiche qui n'en manque jamais, de toute façon.

Le tweet chambreur

La décla : Rudi Garcia (entraîneur de Lyon)

"Je ne regrette vraiment pas les choix (de composition d'équipe) opérés en début de partie. Cela n'a pas forcément marché car Saint-Etienne a fait ce qu'il fallait."

La question : Garcia, mauvais onze de départ ou gros coaching ?

Son équipe de départ en a surpris plus d'un. Parce que Rudi Garcia avait fait des choix forts ces dernières semaines et qu'ils s'étaient avérés payants. Quitte à laisser Bruno Guimaraes, Maxence Caqueret et Moussa Dembélé sur le banc. Tenter de les relancer pour un match aussi important que le derby pouvait avoir du sens, surtout en considérant l'état de forme très précaire des Verts. Mais cela s'est transformé en fiasco.

Qui sait ce qui serait arrivé si Rudi Garcia n'avait pas changé son fusil d'épaule peu avant l'heure de jeu ? Trois changements d'un coup, même s'il y en avait un sur blessure (Aouar), c'était quand même un gros pari à ce stade du match. Il a été payant. Aussi parce que les satisfactions de ces dernières semaines, Thiago Mendes et Tino Kadewere, ont su rester mobilisés malgré une déception légitime de ne pas débuter ce derby. Ils ont changé le cours du match. Et finalement donné raison à Garcia.

Le coach des Gones en sort grandi. Mais pas forcément pour ce coaching gagnant qui traduit aussi on erreur dans sa composition de départ. Surtout parce qu'il a envoyé un message fort à l'ensemble de ses joueurs. Notamment en impliquant ceux qui l'étaient moins ces derniers temps même s'ils n'ont pas été performants. C'est un exercice particulièrement délicat dans le cas d'un coach qui dispose d'un effectif très riche pour un club sans Coupe d'Europe à disputer. Cela aurait pu se retourner contre lui. Mais au final, et même si cela s'est joué sur des détails, Garcia en sort grandi.

Anthony Lopes s'interpose devant Denis Bouanga lors d'OL-ASSE

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Slimani, pas de rythme, pas d'inquiétude ?
IL Y A 13 HEURES
Ligue 1
Touchés par le coronavirus, les Verts pourraient ne pas se déplacer à Strasbourg
HIER À 17:09