Sans forcer, le PSG s’est facilement imposé contre Strasbourg (4-0). Malgré les absences de nombreux cadres, Paris a dans un premier temps géré un avantage rapidement acquis, avant de dérouler dans les dernières minutes contre une défense aux abois. Acculés devant leur but et trop limités offensivement, les Strasbourgeois n’ont fait que subir et terminent l’année sur une lourde défaite. Paris est troisième à la trêve, Strasbourg dix-septième.
Privé de dix joueurs au coup d’envoi, Paris a bien négocié la dernière étape d’un marathon de dix matches en un mois. Le verrou défensif de Strasbourg n’a tenu que dix-huit minutes, percé par le premier but en pro du jeune Pembélé. Le PSG s’est ensuite contenté de gérer son avance, contre un adversaire très peu dangereux, avant d’accélérer dans les dix dernières minutes. Mbappé sur une erreur défensive (80e), Gueye d’une très belle frappe de loin (89e) et Kean sur un ballon de récupération (90e+1) ont parachevé la dernière victoire parisienne en 2020.
Ligue des champions
L'arbitre de PSG-Basaksehir, accusé de racisme, suspendu jusqu'à la fin de la saison
IL Y A 3 HEURES

Premier but de Pembélé chez les pros

Très loin d’être brillants, surtout en seconde période, les Parisiens ont assuré l’essentiel. On retiendra le bon match de Pembélé, buteur et très actif offensivement. Le défenseur central de formation a rendu une copie sérieuse au poste de piston droit. Aligné au milieu avec Herrera et Verratti, Rafinha a une nouvelle fois confirmé son bon début de saison et a parfaitement organisé le jeu du PSG. Avec cette victoire, le club de la capitale termine l’année troisième à un point du duo de tête, puisque Lille et Lyon ont gagné. Paris va bénéficier de dix jours de repos très attendus, avant de reprendre la compétition à Saint-Etienne dans deux semaines.
Corrigé ce soir, Strasbourg a du souci à se faire en enchaînant cette deuxième défaite. Venus au Parc avec un plan de jeu très défensif (Diallo et Thomasson sur le banc), les Alsaciens ont été contrariés très tôt dans le match, et n’ont pas su adapter leur tactique. Le manque d’inspiration a été criant, tant les Strasbourgeois ont été en difficulté dans la construction. D’autant plus frustrant que ce PSG, gestionnaire et fatigué, était loin d’être imprenable. Les rares incursions du Racing dans le camp parisien ont d’ailleurs déstabilisé la défense adverse, mais il aurait fallu en faire plus pour espérer un résultat. A noter, tout de même, la prestation solide de Mohamed Simakan, sans qui l’addition aurait pu être encore plus salée.
Strasbourg rentre dans le Bas-Rhin les valises pleines, et va passer les fêtes à la dix-septième place, deux points au-dessus du trio Lorient-Dijon-Nîmes dans la zone rouge. Les hommes de Thierry Laurey recevront ces mêmes Crocos après la trêve, pour un match qui vaudra très cher dans la course au maintien.

Draxler, gros espoir puis immense gâchis : "Le piège s’est encore refermé sur le PSG"

Coupe de France
Le PSG et Mbappé n'ont pas fait de détail
HIER À 22:02
Coupe de France
Paris, gare au grain de sable
05/03/2021 À 23:08