A défaut de jouer la rencontre inaugurale de cette Ligue 1 version 2020-2021, l’Olympique de Marseille va lancer sa saison en bouclant la deuxième journée à Brest, dimanche soir (21h00). Un match coincé entre une réception de Saint-Etienne finalement reportée - en raison des cas de Covid-19 contractés à Marseille – et une trêve internationale qui va déjà venir mettre le championnat sur pause. Un match qui, surtout, aurait bien pu ne pas avoir lieu.

Remontons un peu le temps. Le 13 août dernier, l’OM annonce l’annulation de son dernier match de préparation face à Stuttgart à cause d’un cas de Covid-19 : celui de Jordan Amavi. Cinq jours plus tard, le club phocéen confirme trois cas supplémentaires - Steve Mandanda, Maxime Lopez et Valentin Rongier - et voit donc sa rencontre face aux Verts reportée. Le 21 août, un nouveau cas est confirmé, celui de Dimitri Payet, avant un dernier coup de massue quatre jours plus tard : l’annonce des cas positifs de Bouna Sarr, Álvaro González et Simon Ngapandouetnbu. Près de deux semaines d’angoisse qui ont fortement remis en question le déplacement à Brest.

Ligue des champions
Valbuena : "Je suis lié à vie à l'OM"
IL Y A 15 HEURES

"Ce match ne devrait pas être joué"

Mais le protocole sanitaire de la LFP a sauvé in extremis la tenue de cette rencontre : c’est à partir du "quatrième cas sur une durée de huit jours" qui précèdent la rencontre qu’un match peut être reporté. Le test positif de Payet remontant au 20 août, le club phocéen est donc passé à travers les gouttes. Une bonne nouvelle ? A entendre André Villas-Bas, ce n’est pas tout à fait le mot.

"On a quatre joueurs (positifs, ndlr) et normalement ce match ne devrait pas être joué, a estimé l’entraîneur olympien en conférence de presse vendredi. On va jouer car on ne veut pas le décaler. Le cas de Payet ne compte pas pour la Ligue, je ne trouve pas la page où c'est marqué dans le règlement. On va jouer et j'espère que les tests nous permettront de démarrer la saison". Entre scepticisme et volonté de lancer, enfin, une saison d’ores et déjà particulière, le technicien portugais est donc partagé.

Car si ce dernier a parlé d’une vraie "envie de reprendre", son équipe va le faire dans de drôles de conditions. Et avec un effectif décimé. "On est arrivé à un point chaotique avec plusieurs joueurs infectés. On a divisé le groupe en quatre. On a encore subi des cas. On récupère quatre joueurs pour le match à Brest mais il y en a encore quatre out", a expliqué l’ancien coach de Porto.

L’OM sans Sarr, Gonzalez et Payet

Sarr, Gonzalez, Payet et le troisième gardien Ngapandouetnbu ne seront en effet pas du déplacement, contrairement à Amavi, Rongier, Lopez et Mandanda. Mais les états de ces derniers sont incertains, et certainement inégaux : "Ils seront dans le groupe mais on doit prendre des décisions sur le fait de les aligner. Ils ont perdu de la forme physique. C’était difficile". Difficile, plus globalement, pour tout un groupe privé d’une préparation complète.

Car après trois modestes oppositions en Bavière et un amical perdu contre le Bayern Munich (1-0) en juillet, les ennuis ont commencé en août pour l’OM. Le club olympien a en effet vu deux de ses trois derniers matches de préparation être annulés, contre Montpellier (5 août) et Stuttgart (14 août). Sa dernière sortie remonte ainsi à une victoire à Nîmes (1-0), le 9 août dernier. "On a choisi de faire une présaison longue mais on n’a pas fait ce que l'on voulait pendant les matches. Je suis impatient de voir comment on va répondre et où on en est", a repris AVB. Marseille aura donc attendu la toute fin du mois d’août pour savoir où il se situe, quand d’autres disputaient des sommets européens il y a une semaine. Le propre d’une année 2020 toujours plus incertaine.

Ligue des champions
La C1 l'a fui pendant sept ans mais pour Thauvin, c'est enfin le bon moment
IL Y A 17 HEURES
Ligue des champions
Les spectateurs autorisés en Grèce : l'Olympiakos avec 3500 supporters pour l'OM
HIER À 19:25