De loin, l'Olympique de Marseille voit son verre à moitié vide. Sur le fond et sur la forme, son affligeant parcours européen, ponctué par une élimination précoce est un humiliant record de défaites consécutives, n'a rien soulevé d'autre que des inquiétudes. De près, l'OM peut le croire à moitié plein : aussi fou que cela puisse paraître, le club phocéen pourrait, à l'instant T, occuper la tête du championnat aux côtés du Paris Saint-Germain s'il avait disputé (et gagné) ses deux matches en retard face à Lens et Nice.

Ligue 1
"Un scandale" : Villas-Boas prend la défense de Tuchel pour le trophée The Best
27/11/2020 À 16:48

Sixième de Ligue 1 avant la 12e journée et sa réception de Nantes, ce samedi (17h00), le vice-champion de France vit donc dans un étrange paradoxe. Une sorte de situation factice aux conséquences certaines. "Avoir deux matches de retard, ce n'est pas normal, a souligné André Villas-Boas en conférence de presse. On commence à toucher à la vérité sportive." Pour les méthodes de management du Portugais, la conjoncture est franchement problématique.

Villas-Boas sur les matches en retard de l'OM : “On touche à la vérité sportive”

L'année dernière, AVB avait rythmé la bonne saison marseillaise en activant différents leviers. Le coach portugais avait bâti sur un succès-clé - une victoire à Monaco (3-4) - et maintenu son groupe sous pression avec une dynamique de résultats positifs grâce à laquelle il pouvait atteindre des objectifs court-termistes. Le tout lui facilitait la tâche pour la gestion de son effectif d'un point de vue psychologique.

L'OM a le PSG dans un coin de la tête

Ces dernières semaines, Villas-Boas a donc dû revoir une bonne partie de sa stratégie. Car l'OM a beau avoir remporté tous ses matches de L1 depuis un nul (1-1) plutôt encourageant à Lyon, il n'a pu en tirer un quelconque bénéfice. Les trous dans le calendrier n'ont pas aidé. Les lourdes défaites concédées en C1 non plus. S'il n'avait pu prendre ne serait-ce que trois points sur ces deux matches finalement reportés en raison de cas de Covid-19 dans les rangs lensois et niçois, Marseille aborderait son match face à Nantes en figurant sur le podium du championnat. Ce qui, d'un point de vue mental, n'est certainement pas négligeable.

Au lieu de cela, les Olympiens vont se présenter devant les Canaris sans aucune certitude. Et ne leur dites surtout pas que leurs succès à Strasbourg et Lorient avaient démontré qu'ils étaient capables d'entrer dans un cercle vertueux, même dans ces conditions. "Ce n'était pas une question de confiance, a justement averti Villas-Boas. On n'a pas joué ces trois derniers matches [de L1, NDLR] avec toute la confiance du monde. On a juste trouvé la force pour serrer les dents et enchaîner."

L'OM dans l'impasse avec Thauvin : "Le vendre cher, ça relève du fantasme"

Il y a quelques mois encore, Marseille nourrissait sa foi en regardant vers le haut, s'acharnant à limiter son retard sur le PSG pour maintenir l'écart avec ses poursuivants. Mais dans un classement et une situation si peu lisibles, l'OM ne peut se le permettre. Pour l'instant. Même si secrètement, il semble commencer à y croire. "Dans tous les championnats, les grands clubs ont des difficultés, a noté Villas-Boas. Ça va réduire les distances. Peut-être qu'on aura une année un peu exceptionnelle en championnat. On verra. Avant cela, il faut être régulier. Et avec ça, on peut arriver en décembre dans une bonne position." Marseille ne va pas bien mais il pense à aller mieux.

André Villas-Boas lors de Strasbourg - Marseille en Ligue 1 le 6 novembre 2020

Crédit: Getty Images

Ligue 1
L'AC Milan prêt à lancer l'offensive pour Thauvin dès cet hiver
27/11/2020 À 15:36
Ligue 1
Saint-Etienne, Puel et poings liés
27/11/2020 À 15:04