Lille a réussi l'impossible. Après 38 journées d'un suspense insoutenable, le LOSC est champion de France. Il faudra sans doute se pincer longtemps pour y croire tant ce titre, comme tous les autres depuis quelques années, semblait destiné au PSG. Mais la machine lilloise, habilement construite par Luis Campos, intelligemment mise en musique par Christophe Galtier, a opposé sa solidité et son sens du devoir à la légèreté parisienne pour décrocher le quatrième titre de son histoire, dix ans après sa dernière couronne.
Tout aurait pu basculer ce dimanche mais les Nordistes n'ont jamais tremblé pour planter leur drapeau en terre promise. Certes, il y a eu cette réduction du score tardive mais leur victoire à Angers (1-2) les a protégés du succès attendu de Paris à Brest (0-2). Le LOSC n'a laissé personne lui dicter son destin. Le voilà roi de France.
Trophée des Champions
Pour Pochettino, Hakimi "est resté concentré" malgré les sifflets
HIER À 21:59

Lille n'a jamais tremblé

Un sacre à plusieurs tournants. La victoire au Parc des Princes (0-1) le 3 avril dernier est sans doute le plus décisif. Encore fallait-il conclure. La fébrilité observée face à Saint-Etienne (0-0) la semaine dernière avait jeté un voile sur l'avenir des hommes de Christophe Galtier et relancé une course qu'on pensait scellée. Ce dimanche, Lille a pris le soin de ne pas passer par les mêmes tourments. Jonathan David, sur une merveilleuse passe de Renato Sanches, a inscrit le premier but de cette 38e journée à la 10e minute, comme pour signifier aux 19 autres équipes que le patron, cette fois, ne flancherait pas.

Burak Yilmaz - LOSC Lille

Crédit: Imago

Juste avant la pause, un penalty obtenu par Jonathan David et transformé par l'inévitable Burak Yilmaz (45e) a définitivement mis le nouveau champion à l'abri. Le but d'Angelo Fulgini dans les arrêts de jeu (90e+2) n'a pas eu le temps de faire frissonner des Lillois maîtres de leurs nerfs et maître de la Ligue 1. Incroyable destin d'une équipe sauvée à la 37e journée en 2018 pour la première saison de Galtier avant de finir champion trois ans plus tard. Qui aurait miser sur les Dogues en début de saison ? Personne sans doute. Pourtant, l'OM, Monaco, Lyon et surtout le PSG, tous battus par le champion depuis le début de saison, doivent bien s'incliner. Chapeau Lille !
Trophée des Champions
Gourvennec, le beau geste : "Je partage ce titre avec Galtier"
HIER À 21:21
Trophée des Champions
Une défaite, pas d'alarmisme : "Nous avons de plus grandes choses à aller chercher par la suite"
HIER À 21:20