Le sourire de Florian Thauvin à sa sortie du terrain en a dit suffisamment long. Sur sa performance, mais encore davantage sur son soulagement. C'est celui de tous les Marseillais. Incapable de gagner depuis son succès au Parc (0-1), en grande difficulté pour marquer avec seulement trois buts sur ses quatre derniers matches, l'OM avait besoin de changer. Il l'a fait face à Bordeaux. Et à tous les niveaux. Avec un nouveau système, la formation d'André Villas-Boas a été bien plus inspirée et conquérante. Deux qualités qui lui faisaient cruellement défaut depuis un mois.

Thauvin en est le symbole le plus marquant. Car il n'avait plus marqué depuis cette fameuse victoire au Parc. Après une saison quasiment blanche, le fer de lance de l'attaque marseillaise semblait pourtant avoir retrouvé ses sensations en trouvant les filets lors des deux premières journées. Puis plus rien. Il a fini par se remettre dans le bon sens contre Bordeaux. Et avec la manière, une frappe enroulée du gauche après avoir repiqué dans l'axe en partant de son côté droit. La "spéciale Thauvin", c'était le meilleur moyen de signer son retour.

Ligue 1
L'OM retrouve le sourire
17/10/2020 À 20:59

L'ancien Bastiais aurait pu douter après avoir manqué l'occasion d'offrir un break d'avance à l'OM sur penalty. Il est tombé sur un Benoît Costil inspiré. "On se connaît bien, il sait ce que je fais, a-t-il expliqué à la pause au micro de Canal +. J'ai marqué un but et il m'a sorti un penalty. Il a bien senti le coup." Mais Thauvin est reparti de plus belle en délivrant une passe décisive à Jordan Amavi sur coup franc. Il a ainsi été impliqué sur deux buts dans cette rencontre. Soit autant que sur l'ensemble des cinq dernières journées.

"Marseille nous a submergés"

Comme l'ensemble de ses coéquipiers, Thauvin a aussi bénéficié du changement de système opéré par André Villas-Boas. Face à Bordeaux, le technicien portugais a mis en place un 4-4-2 losange inédit, avec la recrue Michaël Cuisance en pointe haute du milieu de terrain. Le jeune Français prêté par le Bayern a beaucoup cherché, et trouvé, Thauvin avant d'être décisif sur le troisième but marseillais. "Ce système nous permet de mieux combiner et Micha nous fait énormément de bien sur le plan technique", a estimé l'attaquant marseillais. "Techniquement, Marseille nous a fait courir et nous a submergés", a renchéri l'entraîneur bordelais Jean-Louis Gasset.

Payet, Villas-Boas : "Ce spectre de la deuxième année est le vrai danger qui guette l'OM"

Car les vertus de ce 4-4-2 losange vont plus loin que la relation Cuisance-Thauvin. Les relayeurs, Valentin Rongier et Morgan Sanson, ont semblé plus libérés sur les phases offensives avec davantage de courses vers l'avant. Sur l'une d'entre elles, l'ancien Nantais a ainsi libéré un espace dont Thauvin a profité sur l'ouverture du score. Et les latéraux marseillais ont bien profité de la densité dans l'axe pour dynamiter les ailes. A l'image d'Amavi. Auteur d'un but, impliqué sur un autre, l'arrière gauche de l'OM a été déterminant en attaque en provoquant également le penalty manqué par Thauvin.

Marseille a affiché un visage bien plus encourageant. Il a bien choisi son moment. Pour confirmer son renouveau, il ne pouvait pas espérer beaucoup mieux qu'un match de Ligue des champions. Celui qui l'attend mercredi sur le terrain de l'Olympiakos ne s'annonce pas comme une partie de plaisir. Mais le club phocéen a au moins retrouvé le sourire au moment de renouer avec cette compétition qu'il chérit tant. Après un mois à grimacer, c'est bien la meilleure chose qui pouvait lui arriver.

Thauvin : "Mon avenir ? Il faut déjà que je sois performant sur le terrain"

Ligue des champions
Récital et "pincement au cœur" : c'était le soir de Valbuena
HIER À 22:53
Ligue des champions
Les notes : L'aplomb de Gueye, le fantôme de Payet
HIER À 21:20