Il y avait les problèmes financiers, les fébrilités dans le jeu, le déficit de résultats... Voilà maintenant l'OM au cœur d'une crise opposant deux éléments forts de son vestiaire qui, au fond, s'est (re)construite autour de toutes les difficultés qu'a rencontrées le club jusque-là. Les informations révélées par nos confrères de L'Equipe et RMC au sujet de l'échange musclé ayant opposé Florian Thauvin et Dimitri Payet, survenu au lendemain de l'embarrassante défaite concédée au Vélodrome face à Nîmes, laissent penser que les causes sont multiples et qu'elles dépassent le cadre du terrain.
Il s'agirait même d'un problème de fond, comme l'avait évoqué André Villas-Boas quelques jours plus tard, en admettant que ses deux joueurs "ne passeraient pas leurs vacances ensemble." Situation qu'il n'a pas vraiment clarifiée mardi, lors de la présentation de la recrue Arkadiusz Milik, soutenant qu'il était normal "qu'en temps de crise, beaucoup de conneries sortent dans la presse."

Villas-Boas sur le conflit entre Payet et Thauvin : "Il y a beaucoup de conneries qui se disent"

Transferts
Les 9 infos mercato qui vous ont échappé mardi
26/01/2021 À 20:18
Au fond, qu'importe si l'un a vraiment souligné l'individualisme de l'autre, ou si le second a effectivement reproché au premier d'avoir négocié sa baisse de salaire "dans le dos" de ses coéquipiers. Car l'OM est plus que jamais dans l'urgence et devra plus vite s'attarder sur les conséquences que sur les causes d'un problème qui, de toute façon, n'en sera plus vraiment un en juillet prochain lorsque Thauvin quittera le club.
En premier lieu, ce conflit constitue un enjeu sportif et ce ne sont pas les décisions prises par André Villas-Boas ces derniers jours qui démontreront le contraire. Depuis ce différend, Marseille a disputé deux rencontres durant lesquelles les deux joueurs n'ont pas passé la moindre minute ensemble sur le terrain. Face à Lens comme à Monaco, Payet a fait son entrée en jeu lorsque l'ailier a quitté la pelouse.

L'OM a plus besoin d'un bon Payet que d'un bon Thauvin

Ce ne pourrait être qu'une coïncidence - c'est en tout cas ce qu'AVB a laissé entendre -, puisqu'il y a bien longtemps que le Réunionnais n'est plus un titulaire indiscutable. Difficile cependant d'imaginer le coach portugais ne pas tenir compte de ce précédent entre les deux joueurs alors que la "charge émotionnelle" est une donnée à laquelle il accorde beaucoup d'importance dans son coaching. L'altercation - rendue publique - ayant trait à leur ego, elle risquerait d'affecter leur attitude sur le terrain, donc leurs performances.

Florian Thauvin et Dimitri Payet lors de la victoire de l'OM au Parc des Princes en septembre dernier.

Crédit: Getty Images

D'autant qu'André Villas-Boas a envoyé de nombreux signaux qui ont fait pencher la balance en faveur du champion du monde. Outre le temps de jeu accordé à l'un et à l'autre, le coach olympien a cessé de protéger le meneur de jeu face à la presse, admettant régulièrement qu'il aimerait que celui-ci retrouve "le niveau de la saison dernière." Et lors du Trophée des champions, il avait désigné Thauvin capitaine après la sortie sur blessure de Steve Mandanda, alors que Payet, ancien porteur du brassard, était lui aussi sur la pelouse.
Mais avant de faire de la politique, AVB s'attache à ses principes : si Thauvin est un titulaire indiscutable, c'est avant tout parce qu'il est proche d'être irréprochable, tant dans l'envie que dans le jeu. Il est, de loin, le joueur le plus décisif de l'OM (6 buts et 7 passes décisives en L1), mais aussi celui dont les performances moyennes sont les plus proches de son meilleur niveau. Ce qui n'est pas le cas de Payet. Derrière ces constats, un dilemme : pour retrouver des certitudes et des résultats sur le terrain, Marseille aura sûrement plus besoin que les rôles s'inversent.

La logique sportive prime

Car, bien que "Flotov" soit toujours capable d'être décisif, son poste et la nature de son jeu en font un joueur plus prévisible que Payet. Et s'ils concernent aussi la finition, les maux phocéens concernent avant tout le domaine de la création. C'est précisément la raison pour laquelle le meneur de jeu a plus de chances d'être le facteur X de la deuxième partie de saison olympienne. L'exercice 2019-2020 l'a déjà démontré.

De l'eau dans le gaz : Payet-Thauvin, qui choisir s'il ne devait en rester qu'un ?

En l'état, Villas-Boas prend le risque de laisser dans la difficulté un élément que l'OM a prolongé il y a peu, tout en conférant une grande partie des responsabilités offensives à un joueur qui devrait aller voir ailleurs l'été prochain. S'il n'est pas certain que cette problématique ait véritablement occupé l'esprit du Portugais, elle a vraisemblablement affecté les négociations engagées par la direction marseillaise avec Thauvin, en vue d'une prolongation de contrat. Au point de déboucher sur une rupture définitive, selon nos confrères de L'Equipe.
Dans ce cadre, l'entraîneur de l'OM n'avait pas de bonne solution face à lui. Il cherche encore la moins mauvaise. Est-ce pour cela qu'il avait proposé sa démission à Jacques-Henri Eyraud il y a dix jours ? Mardi, il a finalement confirmé qu'il souhaitait aller au bout de la saison si ses dirigeants le lui permettaient. Les positions se figent. L'équation reste insoluble.
Premier League
C'est officiel : Sanson n'est plus à l'OM
26/01/2021 À 17:26
Premier League
C'est officiel : Sanson n'est plus à l'OM
26/01/2021 À 17:26