France-Suède, 59e minute. Entré en jeu depuis deux minutes à peine, Kylian Mbappé dépose, il n'y a pas d'autre mot, une merveille de centre pour la tête plongeante d'Olivier Giroud. 3-1, la France se met à l'abri et le natif de Bondy a une nouvelle fois fait preuve de son talent grandissant pour mettre les autres en position de marquer. Cette offrande était sa 9e de la saison, Paris Saint-Germain et équipe de France confondus. Dans le même temps, Mbappé a inscrit dix buts. Le tout en 13 sorties depuis le 5 septembre.

Kylian Mbappé

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
L'antisèche : Trembler sans sombrer, c’est tellement ça le PSG
IL Y A 17 HEURES

Rappelons immédiatement un fait indiscutable : les immenses qualités de Kylian Mbappé lui ont toujours permis d'être efficace dans l'art de la passe décisive (15 dès 2016/2017 et jusqu'à 21 en 2018/2019). La différence, c'est que lors de ses dernières saisons, le nombre de ses buts dépassait largement celui de ses offrandes (26 en 16/17 et 44 en 18/19). Jusqu'ici, au tiers de la saison à peu de choses près, les deux sont à l'équilibre et ça, c'est une vraie évolution pour Kylian Mbappé.

Moins buteur, plus passeur ?

C'est d'ailleurs une évolution étonnante. On a souvent pensé que tôt ou tard, il lâcherait son côté, que ce soit la gauche ou la droite, pour gagner l'axe. Un changement qui aurait impliqué que son instinct de buteur prenne le pas sur ses qualités de dévoreur d'espaces et de percussion sur les ailes. Et qui donc ferait mécaniquement baisser son nombre de passes décisives. Cette heure-là n'est pas encore tout à fait arrivée pour Mbappé. A Paris, il a évolué quatre fois à gauche, quatre fois dans l'axe.

Neymar, Monaco, Mbappé : Tuchel fait le point

Mais Mbappé a ceci de paradoxal qu'il offre quasiment autant de caviars à ses partenaires quand il joue dans l'axe (4) que quand il mange la craie sur le côté (5). Ceci a attrait à son jeu et à son désir de participer à l'élaboration de celui de son équipe. Kylian Mbappé n'est pas qu'un joueur de surface. Ses passes décisives sont le fruit d'une action souvent répétée : percussion sur un côté après une prise de profondeur ou sur attaque placée et centre pour un partenaire. C'était le cas à Reims pour Icardi, deux fois, ça l'était pour Neymar contre Angers ou pour Herrera à Nantes.

A Neymar la première mèche, à Mbappé la dernière brèche

Qu'il soit dans l'axe ou sur le côté gauche, la zone d'influence de Mbappé restera la même. Ce demi-espace, ni tout à fait complètement dans l'axe, ni vraiment sur le côté. Là, à gauche le plus souvent, il y trouve son partenaire de crime : Neymar. Le Brésilien joue d'ailleurs beaucoup dans le nombre de passes décisives délivrées par Mbappé. Plus axial et surtout plus bas sur le terrain, il laisse parfois le soin à son compère de créer la dernière brèche. Cette saison, le Français a ainsi délivré plus de caviars, trois de plus précisément (avec deux matches de plus) que le Brésilien.

Après la rencontre à Nantes fin octobre, Thomas Tuchel avait d'ailleurs salué l'évolution de son attaquant de 21 ans : "C’est aussi nécessaire qu’il évolue parce qu’il est très très jeune et qu’il a beaucoup de choses à améliorer ou sur lesquelles il doit rester à un niveau très très haut. Il est très concentré sur le fait d’être décisif pour nous. On attend aussi des choses de lui parce qu’on sait qu’il est le joueur clé, le joueur décisif, qu’il a la capacité et le talent pour faire la différence pour nous". De la faire de plusieurs manières différentes donc.

Ligue des champions
Ils y sont presque : Le PSG qualifié en huitièmes si...
HIER À 22:58
Ligue des champions
Les notes du PSG : Le Neymar qu’on aime, le Marquinhos des grands soirs
HIER À 22:21