William Saliba traverse son début de carrière avec un calme olympien. De ses débuts sans faux-pas à Geoffroy-Guichard à son arrivée à Marseille dans la sérénité absolue. C'est comme si tout glissait sur le jeune homme et si son état civil ne ment pas, alors, à 20 ans, l'autre joyau de Bondy est une divine exception. Après 64 matches professionnels, il n'a traversé aucun trou d'air sur la pelouse alors même que les joueurs si précoces ont tous tendance à connaître des zones de turbulences comme Eduardo Camavinga, méconnaissable l'an dernier à Rennes. Tout le paradoxe de Saliba est là : convaincant et régulier sur le terrain mais déjà ballotté de club en club au fil d'une carrière courte mais mouvementée.
Saint-Etienne, Arsenal, Saint-Etienne, Arsenal, Nice, Arsenal, Marseille en attendant Arsenal. Voilà où en est le défenseur central du haut de ses trois saisons chez les professionnels. Vous l'aurez compris, chaque 1er juillet, il réintègre l'effectif des Gunners pour une durée plus et surtout moins courte. Alors qu'il appartient au club londonien depuis le 25 juillet 2019, Saliba n'a toujours pas joué le moindre match officiel sous ses couleurs.
Ligue 1
"On ne peut pas dire que ces gens-là aiment l'OM" : Payet "désabusé" après les jets de projectiles
IL Y A 13 HEURES

William Saliba sous le maillot d'Arsenal

Crédit: Getty Images

Perrin : "Je ne comprends pas…"

"Je ne comprends pas comment ils n'ont pas pu l'essayer au moins une fois, nous confie Loïc Perrin qui l'a vu naître à ses côtés dans la défense des Verts. Quand tu l'observes depuis ses débuts à Saint-Etienne… Il est flegmatique, froid, lucide. Dans les un contre un, il a des appuis extraordinaires et s'en sort toujours. En plus, c'est un super gamin dans un groupe. A Nice, après de longs mois sans jouer, il est bon tout de suite alors que Nice était dans une mauvaise passe. Et à Marseille, dans une atmosphère de fou, même chose. Il ne s'enflamme jamais. Il aurait pu apporter à Arsenal."

William Saliba (Saint-Etienne)

Crédit: Getty Images

D'autant qu'on ne peut pas dire que la défense anglaise soit un modèle de solidité et les départs de David Luiz et Shkodran Mustafi, loin d'être irréprochables ces deux dernières saisons, ont libéré de l'espace. Mais Saliba n'a toujours pas les faveurs d'Arteta et Arsenal présente cette saison la 16e défense de Premier League avec quatre centraux, Ben White (recruté 58,5 millions d'euros !), Rob Holding, Gabriel et Pablo Mari auxquels Saliba n'a pas grand-chose à envier. Mais alors, quelle mouche a piqué Arsenal ? D'abord, Saliba a été recruté lors du mandat d'Unai Emery et Arteta, son successeur, ne l'a jamais considéré.

Deux matches amicaux ont suffi à Arteta

Pourquoi ? D'abord parce qu'il ne l'a pas choisi. Ensuite, parce qu'il lui a donné très brièvement sa chance, sans doute au plus mauvais moment, en septembre 2020. Saliba, touché par un deuil familial quelques mois plus tôt, débarque à Arsenal après une saison chaotique chez les Verts, deux blessures et l'arrêt prématuré de la Ligue 1 à cause du COVID-19. Il s'entraîne seul alors que les Gunners achèvent, eux, leur championnat. Arteta le teste sur deux matches amicaux de début de saison en septembre et juge qu'il n'est pas prêt.
Saliba est placardisé et ne figure même pas sur la liste de joueurs inscrits pour la Ligue Europa. "Je suis exaspéré par la situation, s'agacera le coach à l'automne devant la presse. On a essayé de lui donner du temps de jeu récemment. J'avais expliqué qu'il avait besoin de cette saison de transition, quand on l'a acheté puis prêté dans la foulée à Saint-Etienne. Cela n'a pas fonctionné, pour diverses raisons. Il doit surmonter ça." En janvier dernier, Saliba se relancera avec succès à Nice.

William Saliba

Crédit: Getty Images

Il est assez rare de voir des défenseurs centraux de son âge jouer en Premier League
"La situation de Saliba ressemble à un cas de conflit de personnalité, nous éclaire Elliot Smith, animateur du podcast Arsenal Vision. Mais tout cela reste très mystérieux. Je n'ai aucun moyen d'expliquer pourquoi il a été exclu du club, sinon de dire qu'Arteta n'est pas chaud à l'idée de le faire jouer. Pour être clair, il est assez rare de voir des défenseurs centraux de son âge jouer en Premier League et la réussite de Wesley Fofana à Leicester ne change rien. Disons que je regrette qu'on ne lui donne pas sa chance, surtout qu'Arsenal a donné du temps de jeu à des joueurs bien inférieurs, mais on peut comprendre la réticence à construire la défense centrale autour d'un joueur de son âge."
Tant mieux pour l'OM et Pablo Longoria, qui, lui, n'a pas hésité bien longtemps. En quelques semaines, celui qui figure dans la sélection du Golden Boy s'est imposé comme un incontournable à l'OM et Sampaoli lui fait déjà une confiance aveugle. "Pour moi, Saliba est un top joueur à son poste, a estimé l'entraîneur de l'OM en conférence de presse mardi. On a eu la chance de le faire venir en prêt, ça n'a pas été simple". Mais le prêt n'est pas assorti d'une option d'achat. Parce qu'Arsenal, plus qu'Arteta, compte toujours sur lui à long terme mais souhaite d'abord qu'il boucle, pour la première fois de sa courte carrière, une saison complète pour lever les doutes. La Ligue 1, elle, ne doute plus de lui depuis déjà fort longtemps.

William Saliba

Crédit: Getty Images

Ligue 1
L'antisèche : Pas plus avancés
IL Y A 14 HEURES
Ligue 1
Les notes de l'OM : Le sans-faute de Saliba, Rongier survolté
IL Y A 14 HEURES