C'était "inenvisageable" jeudi, selon les mots de son entraîneur Peter Bosz. Ce samedi soir, pourtant, l'entrée en jeu de Lucas Paqueta lors du choc de la 10e journée opposant Lyon à Monaco est devenue, au fil des minutes, une évidence. La veille, à la même heure, le Brésilien se remettait à peine d'un vol de 11h, après avoir disputé, durant une heure, un match à très haute intensité avec sa sélection, en pleine Amazonie, face à l'Uruguay (4-1). Pas émoussé le moins du monde, le magicien auriverde est entré. Et il a tout changé.
Ligue 1
Porté par Paqueta, l'OL se remet à l'endroit
IL Y A UN JOUR
L'ancien Milanais a eu, pour lui, l'engouement d'un Groupama Stadium qui a tout autant apprécié sa volonté de disputer ce match que son excellent début de saison. Ovationné à l'échauffement par un public déjà enthousiaste, Paqueta a pris toute la lumière dès son entrée en jeu. Là, le score était encore vierge mais Monaco avait franchement mis l'OL sous pression durant la seconde période. En contre, Gelson Martins (50e), Kevin Volland (54e) et Wissam Ben Yedder, deux fois (57e, 58e) venaient de créer du danger dans la surface lyonnaise.

Rami, Ramos : Troyes et le PSG se sont-ils fait avoir ?

Mais avec Paqueta, l'OL a soudainement retrouvé la maîtrise globale qui fut la sienne durant le premier acte. Mobile, presque partout, souvent entre les lignes, le Brésilien a remis son équipe dans le bon sens. Entre la 46e minute et son entrée en jeu, Lyon tenait déjà le ballon (62% de possession). Entre la 67e et l'ouverture du score de Karl Toko Ekambi, il l'a confisqué (74% de possession), profitant à la fois de l'aisance technique de son meneur et du changement d'atmosphère, beaucoup moins quantifiable, suscité par son apparition sur la pelouse.

Deux passes magiques

Brillant et régulier cette saison et auteur de quatre buts en championnat, Paqueta n'a pu, en 23 minutes sur le terrain, gonfler une fiche statistiques qui ne dit pas tout de son influence sur le jeu des Gones. Mais il a bien fait toute la différence. D'abord avec une passe parfaite dans la profondeur pour trouver Léo Dubois dans la surface monégasque, et contraindre Axel Disasi à commettre une faute. Ensuite avec une transmission subtile, de l'extérieur du pied et dans l'espace, pour servir Emerson, finalement passeur décisif pour Denayer (90e). Deux éclairs à l'origine de deux buts.
"C'est un super joueur, a commenté le défenseur belge à son sujet, sur Canal+. À chaque fois qu'il entre sur le terrain, il fait des différences individuellement et cela apporte énormément à l'équipe. Un club comme Lyon a besoin de joueurs comme lui." Sa prestation du soir l'a démontré. Parce que ses décalages du pied sont bien plus importants que les effets du décalage horaire.

"Paqueta, c'est Kanté et Pogba à la fois"

Ligue 1
Rennes et Laborde planent toujours, Bordeaux n'en finit plus de chuter
IL Y A UN JOUR
Ligue 1
Exigence et concurrence : pourquoi Cherki n'est pas encore sorti de la salle d'attente
HIER À 23:18