Il y a eu Lyon, ces deux minutes de jeu, l'agression sur Dimitri Payet et une soirée qui s'est étirée en longueur dans la polémique. Puis une toute aussi interminable soirée à Istanbul jeudi quand les 90 minutes ont paru durer le double tant l'OM a sombré face à Galatasaray. Et puis cette première heure face à Troyes dans un Vélodrome où la température s'était mise au diapason de l'ambiance. Ce dimanche soir, il a fallu attendre 62 minute pour voir Arkadiusz Milik cadrer le premier tir olympien et douze de plus pour voir Pol Lirola marquer. Un but qui suffit au bonheur des Olympiens puisqu'il vient sauver une semaine "éprouvante".
A l'occasion du Black Friday, bénéficiez d'une offre exceptionnelle pour vous abonner à Eurosport : 29,99 euros la première année, au lieu de 69,99 euros, soit 57 % de réduction
Puisque les tribunes nous ont privés du spectacle, on ne sait pas ce que cet OM prévisible aurait donné face à l'OL le weekend dernier. Globalement, et même si Lille l'a battu, Marseille s'en sort plutôt bien face aux "gros". Il y a eu des nuls face à Nice et Paris mais aussi des succès contre Monaco et Rennes. Récemment, les Phocéens ont à l'inverse montré d'étranges difficultés à déborder les mal classés.
Ligue 1
Sans convaincre, l'OM fait une bonne opération
28/11/2021 À 21:38
Ce n'était pas possible d'avoir cette attitude
On en veut pour preuve le succès pénible à Clermont (0-1) et surtout le nul à domicile face à Metz (0-0), alors lanterne rouge. L'histoire s'est répétée face à Troyes. Qualifier la première période olympienne d'affligeante offensivement est même plutôt logique. "On savait que ça allait être un match compliqué, on doit mieux faire. Surtout en première période, Troyes nous a mis en difficulté avec son système, a concédé Valentin Rongier au micro de Prime Video. Le coach nous a dit à la mi-temps qu'il fallait changer des choses mais même sans coach, au vu de ce qu'on a proposé, on s'est dit les choses. Ce n'était pas possible d'avoir cette attitude, même dans l'agressivité on n'y était pas."
Bousculés par leurs adversaires, les coéquipiers de Dimitri Payet étaient dans la droite lignée de leur sortie européenne de jeudi. Konrad De la Fuente était incapable de faire des différences, Arek Milik transparent dans le jeu, Pol Lirola toujours aussi emprunté et au milieu l'absence de Boubacar Kamara se faisait sentir. "Le public a tendance à nous pousser mais on devait faire sans son absence", a écarté Pape Gueye pour Amazon dans un souci de ne pas se trouver d'excuse.

Payet encore lui, toujours lui

Il était de toute façon très difficile d'en trouver avant la pause. Même Dimitri Payet qui retrouvait les terrains une semaine après le Groupama Stadium n'y était pas. Et puis, il s'est remis à l'endroit, distillant deux balles de buts à Milik avant de lancer Lirola dans la profondeur. "Cette semaine a été éprouvante, difficile, notamment pour un joueur comme Dimitri, rappelle Rongier. Ce soir il n'avait pas l'air d'être très touché parce qu'il a fait des très bonnes choses." Son coach lui a emboîté le pas, rappelant que la Payet-dépendance n'est pas une vue de l'esprit dans la cité phocéenne.
"On est heureux que Payet soit revenu et qu'il soit à son meilleur niveau. C'est un joueur très talentueux, qui fait de grosses différences, c'est un leader de jeu. Il nous est très utile dans notre projet et j'espère surtout que ce qui lui est arrivé ne se reproduira pas, pour ne pas que gagnent les agresseurs."
Gagner est ce qui permet de survivre
Avec ce succès étriqué, mais "important" comme le note Pape Gueye qui ajoute "objectif atteint", l'OM est désormais revenu à hauteur de Nice à la troisième place. Il faut dire que la défaite surprise des Aiglons et le nul entre Lens et Angers ont bien aidé les Marseillais. La position de dauphin se trouvera dans leur viseur une fois que le sort du OL-OM aura été décidé. A la peine depuis plusieurs semaines désormais, Marseille parvient en Ligue 1 à rester au contact. Pas si mal pour une équipe qui traîne la patte.
"Il y a toujours la nécessité de gagner. C'est ce qui permet de survivre dans ce métier. Donc la victoire est bienvenue, souffle Sampaoli. On travaille pour faire le maximum pour ce club et, avec un match en moins, on est très proche du deuxième. C'est motivant parce qu'on veut aller le plus haut possible. On a une équipe jeune et nouvelle et j'espère qu'on retrouvera cette image d'équipe décidée et agressive." Absents ce dimanche au Vélodrome, les fans marseillais partagent à n'en pas douter ce vœu.

PSG : Mais qu'est-ce que Zidane irait faire dans cette galère ?

Ligue 1
Marseille, soleil du Nord
22/01/2022 À 21:51
Ligue 1
Lopez, il n'y a plus vraiment de débat
21/01/2022 À 23:12