Les Tops

  • Quel dimanche....
Sept matches, 30 buts : ce dimanche après-midi fut un bijou de spectacle, d'intensité, de tensions, de retournements de situation. En point d'orgue, évidemment, un sublime Montpellier-Monaco (3-2) et une mine pleine lucarne dans les dernières secondes signée Stephy Mavididi. Jamais, cette saison, la Ligue 1 n'avait offert une telle orgie de but un dimanche. Malgré le Covid-19, malgré les stades qui sonnent creux, malgré la CAN qui ampute les effectifs, le championnat de France a beaucoup plus de ressources qu'on ne le croit. Alors, merci messieurs !
Ligue 1
Metz peut-il rééditer le double exploit de Caen face au PSG ? "Parfois, ils jouaient à la baballe"
IL Y A 2 HEURES
  • Le PSG et ses buteurs inattendus
On attendait Kylian Mbappé, d'habitude si décisif, Lionel Messi, enfin de retour dans le groupe, voire Angel Di Maria (on n'ose guère évoquer Mauro Icardi, encore une fois terriblement maladroit). Mais à l'arrivée, si le PSG a fait craquer Reims, dimanche soir (4-0), c'est grâce à des joueurs peu habitués à trouver le chemin des filets. À commencer par Marco Verratti. Auteur de l'ouverture du score le milieu italien est aussi à l'origine du troisième but, attribué à Wout Faes contre son camp. Sergio Ramos a quant à lui débloqué son compteur sous le maillot parisien, tandis que Danilo s'est chargé de clore le festival. Chez les vice-champions de France, le danger peut donc venir de partout.

La joie de Sergio Ramos après son but lors du match opposant le Paris Saint-Germain à Reims, le 23 janvier 2022 en Ligue 1

Crédit: Getty Images

  • Bizot, le brio
Il a parfois été critiqué cette saison. À juste titre. Pour sa première saison à Brest, Marco Bizot n'avait pas vraiment donné les meilleures garanties de fiabilité jusqu'ici. Mais si le club breton a fait chuter le champion de France lillois (2-0), c'est bien à son portier néerlandais qu'il le doit. Auteur de multiples parades, Bizot a ponctué son récital d'un sauvetage sublime devant Hatem Ben Arfa, juste avant le deuxième but brestois. Avec brio, il a rapporté des points à la formation de Michel Der Zakarian. Enfin !
  • L'OM enfin convaincant
C'est peu de dire que le style de jeu de l'OM a fait débat cette saison. Mais à Lens (0-2), les Marseillais ont mis tout le monde d'accord. La formation de Jorge Sampaoli a d'abord dû son succès dans l'Artois à une grande maîtrise collective. Mais elle ne s'est pas seulement contentée de la possession du ballon. Les Olympiens ont aussi offert des mouvements offensifs de qualité pour se créer des occasions sur le but lensois. Plus cohérents, plus efficaces, ils ont livré l'une de leurs meilleures prestations depuis bien longtemps pour obtenir un cinquième succès consécutif à l'extérieur cette saison. Et à Lens, ce n'est pas une mince performance.

Les joueurs de l'Olympique de Marseille félicitent Dimitri Payet après son penalty transformé à Lens en Ligue 1, le 22 janvier 2022

Crédit: Getty Images

  • Bordeaux, un duo niveau Ligue des champions
Si l'ensemble des joueurs bordelais avait le niveau de leur duo d'attaque Elis-Hwang, alors les Girondins joueraient certainement les places européennes. Huitième attaque de l'élite, ils ont encore prouvé leur force de frappe face à Strasbourg en marquant quatre buts : trois pour le Sud-Coréen, un pour le Hondurien (4-3). Les deux hommes en sont à 17 buts à eux deux et on se demande bien comment, avec une telle association, Bordeaux peut être embourbé dans les eaux sombres du classement. Si Vladimir Petkovic est encore sur le banc cette semaine, il sait qui il doit remercier.

Les Flops

  • Kolo, le boulet vert
Il n'était déjà pas à la fête cette saison. Timothée Kolodziejczak a commis des erreurs qui ont coûté cher à l'AS Saint-Étienne. La tendance s'est confirmée au pire des moments pour le défenseur stéphanois. Coupable d'une faute déconcertante de naïveté, "Kolo" a littéralement offert le penalty de la victoire à l'OL dans le derby face aux Verts (1-0). Plus que jamais lanterne rouge, la très jeune formation désormais dirigée par Pascal Dupraz a pourtant besoin de ses cadres pour remonter à la surface. Mais Kolodziejczak serait plutôt le boulet qui lui maintient la tête sous l'eau.
  • Anciens en feu et retour sur terre : mal de crâne pour Rennes
Ils s'appellent Jordan Tell et Lucas Da Cunha. Ils sont tous les deux passés par Rennes sans jamais parvenir à s'y imposer et, ce dimanche, ils ont renversé leur ancien club en inscrivant leur premier but de la saison en Ligue 1. Cruelle ironie pour des Bretons pris à leur propre piège pour ne pas avoir su enfoncer le clou en première période. Une semaine après la leçon infligée à Bordeaux (6-0), les hommes de Bruno Genesio confirment leur grosse inconstance. Et généralement, quand on est capable du meilleur mais aussi du pire, difficile de tenir jusqu'au soir de la 38e journée ses envies de Ligue des champions...
  • Monaco, le mal du pays
Ramener l'AS Monaco sur le podium : telle est la mission que doit relever Philippe Clement sur cette deuxième partie de saison. Et pour espérer y parvenir, le technicien belge va vite devoir redonner des couleurs à son équipe à l'extérieur. Car depuis fin septembre, Wissam Ben Yedder et ses partenaires ont éprouvent de grosses difficultés loin du Rocher (une victoire sur les sept derniers déplacements). Un constat qui s'est confirmé à Montpellier où, malgré une belle réaction pour combler un retard de deux buts, l'ASM s'est finalement inclinée (3-2). Il faudra éviter de revenir bredouille du prochain périple, prévu à Bordeaux fin février.

Nicolas Cozza et Wissam Ben Yedder lors du match opposant Montpellier à Monaco, le 23 janvier 2022 en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Mbappé, Messi, Di Maria et compagnie à l'entraînement
IL Y A 5 HEURES
Ligue 1
"Merci" : Pour Di Maria, les adieux se rapprochent
IL Y A 6 HEURES