Quinze dernières minutes de folie pour une issue incroyable. Menés logiquement 0-2 par une équipe lyonnaise en totale maitrise pendant 80 minutes, les Niçois ont renversé ce match de la 11e journée de Ligue 1 de manière absolument inattendue (3-2). L’entrée en jeu décisive de Youcef Atal, impliqué dans les trois buts des Aiglons, a été l’élément déterminant. Une rencontre qui fera date. Pour les Niçois, provisoirement deuxièmes du championnat avec 19 points, qui ont fait le plein de confiance avant leur match en retard de mercredi face à l’OM. Et aussi pour les Lyonnais qui auront besoin de rebondir après cette défaillance mentale de la fin de rencontre.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Le film du match
Ligue 1
Porté par Paqueta, l'OL se remet à l'endroit
IL Y A 20 HEURES
Car les hommes de Peter Bozs avaient tout bien fait pour ramener trois points mérités et signer un troisième succès consécutif toutes compétitions confondues en huit jours. Durant 80 minutes, ils ont largement dominé les débats et ont globalement su contenir les assauts du trio d’attaquants Delort – Dolberg – Gouiri, dont la première association au coup d’envoi, n’a pas été une franche réussite. Supérieurs techniquement et dans les duels, les Gones ont remporté la bataille du milieu de terrain et ont fait plier leurs adversaires grâce à trois hommes très inspirés.

L’entrée d’Atal a tout changé

Toko Ekambi d’abord, qui a marqué son huitième but de la saison, son troisième en Ligue 1 (0-1, 35e). Paqueta et Aouar ensuite, respectivement passeur décisif et buteur sur la deuxième réalisation lyonnaise, magnifique dans sa conception (0-2, 68e). Tout semblait parfait jusque-là. Mais voilà, Lyon a commencé à reculer, à se mettre en mode gestion alors que Christophe Galtier était d’en train d’opérer un coaching gagnant. Avec l’entrée d’Atal, Nice a alors dynamité son côté droit. Et l’Algérien a réduit l’écart d’une frappe splendide du gauche (1-2, 81e).
Le match a alors basculé dans une autre dimension. D’autant que Kadewere, qui avait déjà vendangé une énorme occasion (61e), a été exclu pour un geste malheureux, les deux pieds en avant, sur Bard (85e). Atal a ainsi pu poursuivre son festival et a obtenu un penalty converti par Delort (2-2, 89e). Dans un stade en fusion, il a ensuite trouvé Claude-Maurice dont la déviation a permis à Guessand de marquer le but de la victoire (3-2, 90e+2). Deux autres joueurs sortis du banc. Signe de la richesse de l’effectif à disposition de Christophe Galtier. Et prometteur pour la suite de la saison des Aiglons.
Ligue 1
Galtier prévient : "J’ai la possibilité de changer certaines choses… et je vais le faire"
HIER À 23:39
Ligue 1
Exigence et concurrence : pourquoi Cherki n'est pas encore sorti de la salle d'attente
HIER À 23:18