La mode est-elle à une attaque sans attaquant en Ligue 1 ? Après l'OL et l'expérimentation de Lucas Paqueta, l'OM s'est essayé à cette mode et ça a plutôt bien fonctionné sur la pelouse de la Beaujoire. Avec un Milik en panne d'inspiration depuis son retour de blessure, Jorge Sampaoli a décidé de se passer d'attaquant à Nantes et bien lui en a pris. Avec Payet comme "avant-centre" sur le papier mais avec beaucoup de liberté, Marseille a brouillé les pistes et fait tourner la tête des Canaris (0-1). A la Beaujoire, la victoire, certes au minimum syndical grâce à Gerson et en supériorité numérique pendant une heure, a un tout autre goût que celle obtenue sans la manière contre Troyes, lors de la dernière journée.
Avec une nouvelle victoire par la plus petite des marges, le club phocéen gagne petit mais les trois points sont là et c’est bien l’essentiel. Un peu moins d’une semaine après l’élimination en Ligue Europa, les coéquipiers de Dimitri Payet ont enchaîné une deuxième victoire de suite en Ligue 1, qui leur permet d’être désormais dauphins du PSG. Pour une équipe en crise de confiance, le bilan comptable est différent du visage montré sur le terrain depuis quelques semaines.
Ligue 1
Marseille, soleil du Nord
HIER À 21:51
A Nantes, Sampaoli a donc fait le choix du changement, après la prestation sans saveur au Vélodrome, dimanche à huis clos. Exit Lirola, pourtant buteur, Gueye et donc Milik pour relancer certains joueurs comme Boubacar Kamara, Gerson ou encore Amine Harit. Sur la pelouse de ses premiers exploits en pros, le Marocain s’est montré en jambes, malgré un mois sans jouer. Si De La Fuente a tenté d’apporter sa vitesse à gauche, c’est bien sous la technique de l’ancien Nantais que l’OM a créé le danger et s’est rendu le match "facile".

Gerson plus haut et plus dangereux

Dans ce système sans attaquant fixe, les permutations offensives ont été nombreuses avec un Payet toujours en mouvement et Gerson beaucoup plus haut sur le terrain et bien plus axial. Cette position a eu le mérite d’exposer la capacité de projection du Brésilien qui s’est transformé en attaquant le temps d’un soir. En ouvrant le score à la demi-heure de jeu avec un but digne d’un vrai buteur avec cette volée en pivot imparable, l’ancien de Flamengo a montré qu’il n’est pas qu’un flop et qu’il peut rendre de fiers services à l’OM s’il est bien utilisé.
La demi-heure de jeu a été la véritable bascule dans cette rencontre. Touchés par cette ouverture du score marseillaise, les Nantais se sont tirés une balle dans le pied deux minutes plus tard. Déjà averti pour une poussette sur Harit au quart d’heure de jeu, Nicolas Pallois a laissé ses coéquipiers à dix pendant une heure sur une intervention à retardement toujours sur le Marocain mais en plein rond central.

Nouveau clean-sheet pour l’OM

Incapable de gagner depuis le 23 octobre dernier, Nantes ne s’est pas facilité la tâche et a encore pu compter sur un grand Alban Lafont. Déjà auteur d’un arrêt salvateur sur penalty contre Lille pour conserver le nul (1-1) lors de la journée précédente, l’ancien portier de la Fiorentina s’est interposé à de nombreuses reprises (20e, 45+1e, 57e, 83e) afin de permettre aux 35 000 supporters de continuer à y croire.
Et c’est peut-être là le reproche qui peut être fait aux hommes de Jorge Sampaoli. Malgré la supériorité numérique, les Marseillais n’ont pas donné l’impression de forcer durant le deuxième acte. Ils n’en avaient certes pas besoin pour se créer des occasions à l’image de ce face-à-face perdu de Guendouzi (57e) mais ils ont joué avec le feu. Fort heureusement, les velléités offensives nantaises ont été timides mais à force de jouer petit bras, l’Olympique de Marseille pourrait bien le regretter un jour ou l’autre.
Ligue 1
Lopez, il n'y a plus vraiment de débat
21/01/2022 À 23:12
Ligue 1
OL-OM reprogrammé le 1er ou le 10 février
19/01/2022 À 20:57