Pour l'instant, il semble toujours en pole. L'identité du prochain entraîneur du PSG reste incertaine alors que le départ de Mauricio Pochettino se précise. Mais celui qui tient la corde, pour beaucoup, c'est encore Christophe Galtier. L'actuel coach de Nice rêverait de relever ce challenge. Peut-être imagine-t-il déjà ce qu'il pourrait faire de l'effectif parisien, et comment il pourrait tirer le meilleur de ses individualités. Peut-être se demande-t-il, aussi, quel serait le meilleur schéma pour le PSG. Et s'il serait en mesure de mettre en place ce 4-4-2 qui a fait sa gloire à Lille.
Ligue 1
Galtier sous le charme de Messi : "Il est souriant, j'apprécie de lui dire bonjour tous les jours"
IL Y A 4 HEURES
En l'état, l'option semble bancale. Thomas Tuchel avait tenté ce 4-4-2 avec un succès mitigé. L'Allemand y voyait la meilleure configuration pour mettre en valeur les arguments offensifs parisiens avec, à l'époque, Neymar, Angel Di Maria, Kylian Mbappé et Mauro Icardi ou Edinson Cavani. Paris pouvait en effet frapper à tout moment avec une telle collection d'individualités en attaque. Mais son équilibre collectif était immédiatement menacé à la perte du ballon. Il reste l'image d'une équipe souvent coupée en deux. Tout l'inverse de l'impression laissée par le 4-4-2 mis en place par Galtier au LOSC.

Le vide laissé par Di Maria

Compte tenu de l'effectif actuel du PSG, Galtier ne semblerait pas mieux armé que Tuchel pour aligner un 4-4-2 fiable. Au contraire même, avec le problème désormais posé pour le poste de milieu droit. Le départ d'Angel Di Maria, qui l'occupait quand Tuchel alignait sa formation en 4-4-2, laisse quasiment le PSG sans option pour tenir ce rôle. Il y a bien le retour de prêt de Pablo Sarabia. Mais l'Espagnol, en quête de temps de jeu et d'un rôle important après une saison aboutie au Sporting, ne voit pas forcément son avenir à Paris dans cette optique.

Le PSG a enfin jeté son dévolu sur le remplaçant de Di Maria

Pour le reste, Paris est rattrapé par les limites intrinsèques de son effectif, composé très majoritairement de joueurs d'axe. L'option Messi serait un non-sens absolu. L'aligner en milieu droit limiterait l'impact offensif de l'Argentin tout en menaçant l'équilibre du bloc parisien tant il défend peu. Dans l'hypothèse d'un 4-4-2, l'ancien Barcelonais serait tout désigné pour jouer dans l'axe de l'attaque avec Kylian Mbappé, Neymar occupant pour sa part le poste de milieu gauche. A droite en revanche, c'est le désert. Des joueurs comme Wijnaldum ou Draxler, dont ce n'est pas le profil et qui sortent d'une saison délicate, ne semblent pas être des options fiables.

L'option Hakimi a ses limites

Il y a bien la possibilité de faire monter Achraf Hakimi d'un cran. Le Marocain est un latéral droit de formation et a été utilisé à ce poste par Mauricio Pochettino dans le 4-3-3 utilisé le plus souvent par le technicien argentin. Mais il est surtout réputé pour des qualités offensives affichées à l'Inter et à Dortmund dans une configuration différente, en piston droit dans un système à trois défenseurs centraux. Ce n'est pas dénué de sens de le rapprocher de l'attaque dans un rôle d'ailier droit qui pourrait, finalement, mieux lui convenir que celui de latéral droit.

Pogba, Dybala, Dembélé : les 8 joueurs en fin de contrat à suivre cet été !

Mais cela ne ferait que déplacer le problème. Hakimi n'a actuellement pas de doublure au poste d'arrière droit et l'aligner au milieu de terrain impliquerait fatalement de lui trouver un remplaçant dans la défense parisienne. Il n'y en a pas vraiment. Thilo Kehrer, plus à l'aise en charnière ou dans un rôle d'axial droit au sein d'une défense à trois, n'a jamais dégagé suffisamment de fiabilité en latéral droit pour occuper le poste. Colin Dagba, souvent blessé et sur le départ, non plus. Marquinhos, qui a déjà joué arrière droit, reste le défenseur parisien de référence dans l'axe. Si bien que Paris cherche justement un défenseur polyvalent, capable de doubler le poste d'Hakimi.

Galtier sait aussi s'adapter

Il faudrait, de toute façon, que le PSG fasse un effort sur le mercato en se dotant de joueurs spécifiques pour que Galtier puisse mettre en place son 4-4-2 s'il venait à rejoindre Paris. La nomination de Luis Campos au poste de conseiller sportif peut éventuellement l'aider en ce sens. A Lille, le Portugais savait dénicher les profils que le coach français recherchait. Ce n'était pas forcément le cas pour les entraîneurs parisiens avec Leonardo. Mais sur ce début de mercato, les pistes les plus chaudes suivies actuellement par le club de la capitale, Milan Skriniar et Gianluca Scamacca, ne correspondent pas aux besoins spécifiques de l'effectif parisien pour un passage au 4-4-2.
Galtier n'a cependant pas toujours privilégié ce schéma. C'est logique qu'il ait misé dessus à Nice compte tenu du succès qu'il a eu à Lille avec le 4-4-2. Mais quand il officiait à Saint-Etienne, l'entraîneur des Aiglons privilégiait plutôt un 4-3-3 assez proche du schéma utilisé par Mauricio Pochettino au PSG la saison passée. Il avait même régulièrement opté pour un système à trois défenseurs centraux, qui a certainement plus de sens compte tenu de l'effectif parisien actuel que le 4-4-2. Galtier sait s'adapter aux joueurs dont il dispose. Au PSG, c'est une qualité qu'il faut, de toute façon, posséder dans son arsenal.

Mbappé au top, mais devant qui ? Les dix joueurs les plus "chers" du monde

Ligue 1
Galtier souhaite recruter un autre attaquant après le départ de Kalimuendo
IL Y A 21 HEURES
Ligue 1
Sosie de Verratti et chouchou d'Ancelotti : Ruiz, un nouveau regista au PSG ?
07/08/2022 À 22:40