Gianluigi Donnarumma n'est pas vraiment un grand bavard. Du moins dans la presse. Premier à mettre l'ambiance dans un vestiaire, le nouveau gardien du PSG est probablement le dernier à vouloir s'exprimer publiquement. Mais cette fois, le portier transalpin, qui a rejoint le PSG ce été, a décidé de faire une exception. Dans les colonnes du Corriere dello Sport, celui qui a délivré tout un pays le 11 juillet dernier brise un silence qui, souvent, lui a porté préjudice, notamment au moment où son avenir faisait les gros titres de l'autre côté des Alpes.
Parti de l'AC Milan après huit ans, Donnarumma, qui était en fin de contrat, a tenté de justifier ce choix contesté par beaucoup. "Je ne voudrais pas parler de la dernière saison, cela n'aurait aucun sens aujourd'hui. J'ai passé huit ans à Milan, c'était ma maison, j'y ai vécu des moments magnifiques, a-t-il confié. J'ai beaucoup de respect pour toutes les personnes qui travaillent au club, Milan est un club qui me donne encore de l'émotion aujourd'hui (...) Mais la vie est faite de choix, j'avais des ambitions différentes. Je resterai pour toujours un tifoso du club. J'avais besoin de changer pour grandir, m'améliorer et devenir le plus fort. Je ressentais le besoin de nouveaux espaces, d'une nouvelle réalité (...) Les bandiere (joueur restant dans un seul et même club toute une carrière, ndlr) n'existent plus ? Bien sûr que si. Mais club et joueur doivent partager le même programme, avoir des ambitions et des points de vue similaires."
Ligue 1
Trois caviars et une bouillie : le drôle de menu servi par Messi
IL Y A 8 HEURES
Mino (Raiola) respecte toujours le choix de ses joueurs
Dans cet entretien sans filtres, "Gigio" revient même sur les nombreuses critiques dont il a fait l'objet, au point d'être rebaptisé "Dollarumma" à l'été 2017, année du premier feuilleton autour de sa prolongation. Pas de quoi le faire vaciller quatre ans plus tard. "Il y a des décisions qui nécessitent un temps de réflexion plus long, a-t-il avoué. Mes choix professionnels, je les ai toujours pris seul. Ma famille m'a toujours laissé le champ libre et m'a toujours soutenu. Pareil pour Mino (Raiola). Il respecte toujours les choix de ses joueurs, après il cherche évidemment à satisfaire leur volonté. Je suis parti de Milan et je n'avais aucun contact avec un autre club, je le jure. Mais j'étais certain qu'avec un bon Euro, un club m'aurait contacté."

Le duel : Donnarumma-Navas, qui est le meilleur ?

Et ce fut donc le PSG, parvenu à obtenir gain de cause après avoir déjà tenté le coup à plusieurs reprises. "Quand j'ai signé, le président m'a dit : "Nous voilà finalement ensemble". Maintenant, je suis très heureux et très détendu. La saison passée, Paris n'a pas gagné la Ligue 1, mais le vrai objectif est un autre : la Ligue des champions" (...) Paris m'a toujours suivi, mais ma priorité était alors pour Milan", s'est justifié Donnarumma. La concurrence avec Keylor Navas ? "C'est une motivation supplémentaire, et c'est quelque chose qui me fascine", répond-il, précisant qu'il a décidé de prendre "une autre route" quand on lui évoque l'intérêt de la Juventus.
Enfin, un mot, quand même, sur l'arrivée d'un certain Lionel Messi. "C'est incroyable, un vrai coup de théâtre, s'est extasié le gardien italien. Quand j'ai su pour son départ di Barça, je ne pouvais pas imaginer le retrouver ici. Nous avons une équipe de phénomènes". Avant d'en plaisanter : "Messi s'entraîne déjà avec nous, nul hein ? Un bon pied gauche, il devrait s'améliorer du droit."
Ligue 1
La grande première : Sergio Ramos titulaire avec le PSG à Saint-Etienne
IL Y A 13 HEURES
Ligue 1
Messi "mérite largement" le Ballon d'Or, selon Di Maria
26/11/2021 À 19:01