Tous les directeurs sportifs vous le diront : 18 mois de la fin d’un contrat, c’est la période à laquelle le club doit statuer sur l’avenir d’un joueur. C’est le tournant : soit il prolonge, soit il faut le vendre pour ne pas perdre la main et prendre le risque de le voir s’en aller gratuitement un an et demi plus tard. Le bail de Téji Savanier à Montpellier arrivera à échéance en juin 2023. Il est donc temps pour le MHSC de prendre une direction. D’autant qu’à 30 ans, le meneur de poche s’impose comme l’un des meilleurs joueurs de L1 et que des clubs puissants, comme l’OL par exemple, lui tourne autour.
Dimanche dernier, Laurent Nicollin fut assez clair sur RTL : "Pour Téji Savanier, moi j’ai envie qu’il reste, je pense que lui aussi donc quand les gens ont envie, je pense que les choses se font." Sa prolongation ne serait donc qu’une formalité ? Ce n’est pas ce que nous a confié Savanier jeudi : "Ma prolongation ? Ce n’est pas réglé. On va discuter de tout ça dans les jours qui viennent et on verra ce qu’il se passera. Aujourd’hui, je suis à Montpellier. Demain, je ne sais pas où je serai."

Le sourire en coin de Téji Savanier, meneur de Montpellier

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Prime à la signature, droits d'image : les détails de l'offre du Real à Mbappé
IL Y A 44 MINUTES
Si je peux être capitaine le jour de l’inauguration du stade Louis Nicollin
Très attaché à son club de coeur qu’il supportait gamin dans les travées de la Mosson, le meneur du MHSC, devenu capitaine cette saison, sait aussi que de grands clubs s'intéressent à lui et, qu’à son âge, s’il veut jouer la Ligue des champions, il faudra sans doute s’expatrier dans les mois qui viennent.
"La Ligue des champions, c’est un rêve pour tous les joueurs, nous a-t-il confié. Ressentir la sensation, cette musique… Je l’ai vécu en tant que supporter à La Mosson. Rien que dans les tribunes, j’avais des frissons partout. J’espère le vivre un jour. Avec Montpellier, ce serait le mieux." Mais Savanier a un autre rêve, peut-être plus grand encore, qui scellerait son avenir dans l’Hérault : "Si je peux être capitaine le jour de l’inauguration du stade Louis Nicollin (ndlr : prévu en 2024), je ne vous explique pas les frissons…" A lui de choisir.

Téji Savanier (Montpellier) prend la pose devant Jordan Ferri

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Ruffier, liste noire, vente fantôme : 10 dates pour un inévitable effondrement
IL Y A 10 HEURES
Ligue 1
Le Collectif Ultras Paris apporte son soutien "sans faille" à Gueye
IL Y A 13 HEURES