Le point de non-retour atteint dans sa relation avec Julien Fournier, directeur sportif de Nice, couplé à une aventure qui va tourner court sur la Côte d'Azur, le ferait presque oublier : partout où il passe, Christophe Galtier est apprécié… au moins par ses joueurs. Mais cet été, l'entraîneur sacré champion de France avec Lille en 2021 va changer de dimension, en rejoignant un vestiaire à coup sûr unique en France, et peut-être en Europe : celui du PSG.
  • Regardez les tournois ATP 500 de Halle et du Queen's cette semaine sur Eurosport
Impossible, dans ce contexte, de ne pas se souvenir de ses mots lors de sa présentation à Nice l'été dernier. "Passer du champion de France à Nice, je comprends évidemment que ça peut interpeller, mais je sais ce que je veux, je sais où je veux aller, et je suis persuadé que c’est le bon projet par rapport à ce que je veux faire de la suite de ma carrière (…) Quand j’ai pris la relève d’Alain Perrin, on a vu où était Saint-Etienne et ce qu’on a fait ensemble. A Lille, on était dans une mauvaise position pour finir très haut. Peut-être que je suis ce type d’entraîneur et pas un autre".
Ligue 1
Danger pour Gerson et Payet ? Comment Sanchez va jouer à l'OM
IL Y A UNE HEURE
Visiblement, le natif de Marseille a décidé de prouver qu'il pouvait bel et bien en être un autre. Ne plus partir de "bas" pour finir haut mais, cette fois, commencer tout en haut. Au-delà même des résultats sportifs, la question qui alimentera les débats dans les prochaines semaines est très simple : a-t-il les épaules pour gérer un tel vestiaire ? Avant lui, nombreux sont ceux qui s'y sont cassé les dents. Mais encore plus nombreux sont ceux qui ont vanté les mérites de la méthode Galtier.

Christophe Galtier et les joueurs lillois après leur titre de champion de France

Crédit: Getty Images

Il m’a donné la force de me révolter
Si l'on devait énumérer les piliers de cette dernière, le premier serait, sans prendre trop de risques, sa relation forte avec ses joueurs. "J’ai eu la confiance de Christophe Galtier. Il n’y en a pas beaucoup qui auraient compté sur moi mais lui l’a fait, le remerciait Pierre-Emerick Aubameyang au micro de beIN Sports en 2013. C’est là que les gens ont commencé à me connaître. Je me suis révolté. Il m’a donné la force de me révolter et de continuer à marquer des buts".

De la simplicité et de l'humain : La méthode Galtier décryptée

Autre buteur choyé par l'ancien défenseur, Burak Yilmaz, élément majeur du sacre lillois il y a un an, avait terminé la saison de Ligue 1 avec 16 buts malgré des périodes de trou – premier but lors de la 5e journée, aucun but du 8 novembre au 23 décembre – et une blessure qui l'avait éloigné des terrains entre début janvier et mi-mars.
"Le coach m’aide et me soutient depuis mon arrivée, expliquait à l'époque l'attaquant turc devant la presse. Il sait ce qu’il veut et me l’explique de façon très claire. S’il fait un pas vers moi, je vais vers lui en courant. C’est grâce à cette relation que j’ai pu m’adapter plus rapidement". À tel point que l'ancien joueur de Galatasaray se serait bien vu suivre Galtier à Nice l'été dernier.
Tu sens que tu peux vivre longtemps à ses côtés
"C’est quelqu’un avec qui tu auras plaisir de travailler pendant trois, quatre ou cinq ans. Il y a des entraîneurs, tu travailles avec eux deux ans, et il faut que ça s’arrête. Mais lui, tu sens que tu peux vivre longtemps à ses côtés, lançait de son côté Dante en mars dernier, sur BFM Nice Côte d'Azur. Son système de jeu marche parce qu’il y a transmission d’une force mentale vers son équipe. Tout le monde est concerné. Il a cette grande qualité de faire s’apercevoir aux attaquants combien ils sont importants pour le travail défensif".
Impliquer tout un groupe, des titulaires aux remplaçants. Impliquer tout un onze dans la tâche défensive, des défenseurs aux attaquants. Galtier, c'est aussi, et évidemment, de la poigne et un caractère bien trempé. "C’est compliqué de ne retenir qu'une seule chose, mais ce serait son caractère, lançait Benjamin André devant la presse lors des retrouvailles entre Lille et Galtier la saison dernière. Il a un tempérament et il le transmet à ses joueurs et à son groupe. C’est ce qu’il a fait au-delà des caractéristiques footballistiques. Notre équipe ressemblait un peu à son caractère".
Il nous a demandé notre avis sur tout et n’importe quoi
Un LOSC organisé en 4-4-2, compact, avec des joueurs de couloirs travailleurs. Mais les défenseurs passés sous ses ordres vous le diront : l'identité de jeu de Galtier ne se résume pas à sa solidité. "Pour être honnête, ce que réclame Christophe Galtier à un défenseur central dans la construction du jeu m'a un peu bousculé, avouait José Fonte dans les colonnes de France Football. En 2018, à mon arrivée à Lille, j'ai eu besoin de m'adapter car je sortais de onze saisons en Angleterre".
"Le contrôle qu’il a par rapport à son modèle de jeu... Il sait ce qu’il veut, quand ça ne marche pas, pourquoi ça ne marche pas, le tout en l’espace d’une seconde. C’est quand même assez remarquable... Son système n’est pas très défensif", reprenait de son côté Dante.
Le coach de 55 ans sait ce qu'il veut, certes. Mais sait aussi changer, s'adapter. Et surtout faire preuve d'une grande humilité. "Il a été le premier à se remettre en question, très peu d’entraîneurs auraient fait ça, racontait Loïc Perrin, l'ancien défenseur de l'ASSE, à L'Equipe en 2012. On est beaucoup à avoir apprécié. Il nous a demandé notre avis sur tout et n’importe quoi. On est un groupe qui a peut-être besoin d’affection, il l’a bien ressenti. Il a modifié sa façon d’agir".

Transposer le tout au PSG…

Sa conférence de presse après la défaite de Nice à Strasbourg début décembre (3-0), au cœur d'une période compliquée (une victoire en cinq matches), est la parfaite illustration des propos de l'ex-capitaine des Verts. "Je ne peux pas reprocher un manque d'efforts physiques à mes joueurs, réagissait Galtier. Je dois me remettre en question sur ce que je demande aux joueurs. Je suis le premier responsable de ce qu'on ne voit plus dans mon jeu. Peut-être que j'en demande trop. Notre jeu doit être moins lisible".

Galtier assume la mauvaise passe de Gouiri : "J'étais convaincu qu'il pouvait jouer sur le côté"

Une capacité de remise en question qui, si elle se manifeste toujours publiquement du côté de Paris, pourrait se transformer en faiblesse, dans un contexte qui peut rapidement devenir hostile. De même que ses relations avec ses joueurs et sa poigne sur ses groupes pourront difficilement se transposer telles quelles devant des superstars, qu'on ne gère pas comme des jeunes joueurs à façonner. Tout cela sans même parler de tactique et de son 4-4-2 préférentiel, inapplicable à Paris en l'état. Mais tout cela, l'intéressé, qui a l'intelligence pour s'adapter à différents contextes, le sait.
Reste à savoir comment ce vestiaire accueillera un coach aux références qui n'ont jamais dépassé le cadre de la France. Galtier a en tout cas entamé une opération séduction bien involontaire il y a plusieurs mois déjà, en militant pour la prolongation de Kylian Mbapé au PSG, ou en se montrant régulièrement élogieux et classe à l'égard de Paris, notamment en Ligue des champions. Il était alors loin d'imaginer ce qui l'attendait. Et on est peut-être loin d'imaginer ce que cela pourrait donner.
Ligue 1
Lopes écope de trois matches de suspension
IL Y A 5 HEURES
Ligue 1
Sanchez : "Agoumé m'a dit : 'Marseille, c'est le plus grand club de France'"
IL Y A 7 HEURES