Ils se sont seulement croisés, peu après l'heure de jeu. Quand Alexis Sanchez cédait sa place après une première titularisation plutôt encourageante, Dimitri Payet faisait enfin son apparition après avoir rongé son frein jusque-là. Igor Tudor en avait décidé ainsi. Et si le résultat est le seul révélateur de sa décision, l'entraîneur marseillais a eu raison. Car l'OM, en attendant de voir les deux individualités fortes de son secteur offensif à l'œuvre ensemble, a su s'arracher pour vaincre Nantes (2-1) malgré son infériorité numérique. Il n'en reste pas moins une petite frustration.
Leur association fait déjà saliver. Déjà parce que Sanchez a beaucoup rassuré. Le Chilien, arrivé de l'Inter après la résiliation de son contrat, n'avait pas débuté un match depuis plus de six mois. Il n'a pourtant pas tardé à se mettre en jambes. Mobile, disponible entre les lignes, toujours à l'initiative, l'ancien Barcelonais a su se mettre en valeur durant une grosse heure. "Alexis a fait un très bon match, il a été de toutes les actions, s'est réjoui Tudor en conférence de presse. C'est très positif. Il fallait le changer, c'était son premier match depuis très longtemps."
Ligue 1
100e but et un record : Payet dans l'histoire de la L1
08/10/2022 À 15:44
Payet a su prendre le relais. L'entrée en jeu de l'ancien Nantais a coïncidé avec un second souffle salvateur pour Marseille. Il a apporté cette justesse qui faisait défaut dans le dernier tiers du terrain adverse, ainsi que son adresse sur les coups de pied arrêtés. Sur l'un de ses corners, le gardien des Canaris, Alban Lafont, s'est retrouvé en difficulté et Chancel Mbemba a pu en profiter pour ouvrir le score. La capacité de Payet à conserver le ballon a ensuite été précieuse, en fin de match, pour permettre au club phocéen de résister à la pression nantaise pour remporter la partie.

Une question de circonstances

Ce qu'il en ressort, c'est que l'attaque marseillaise prendrait certainement une autre dimension si Sanchez et Payet étaient alignés en même temps. Tudor avait choisi de réduire considérablement son secteur offensif face à Nantes, laissant le Chilien seul en pointe, soutenu par Gerson. Plus pour une question de circonstances que dans une logique de prudence. "En ce moment, nous aurions du mal à jouer avec trois attaquants purs, même si je sais que les supporters aimeraient ça, a avancé l'entraîneur de l'OM. Je décide en voyant les entraînements et ça sera peut-être différent au prochain match."
Ce choix tactique finira peut-être par s'imposer au Croate. Le collectif de l'OM a affiché des qualités mais aussi certaines limites contre Nantes. Ce n'est pas illogique compte tenu de l'arrivée récente de Tudor, et de la mise en place d'une philosophie de jeu totalement différente de celle de son prédécesseur, Jorge Sampaoli. Marseille va progresser, et certainement enregistrer d'autres renforts avant la fin du mercato. Mais il aura dans tous les cas besoin de ses meilleures individualités pour faire basculer les matches. Et sur le match de Nantes, ce sont Sanchez et Payet qui se détachent.
Tudor en a conscience. Et s'il ne s'est pas totalement départi de cette prudence qui l'accompagne devant les médias depuis son arrivée en France, le technicien croate a quand même promis d'associer ses deux individualités offensives à l'avenir. "Vous verrez jouer Payet et Sanchez ensemble, a-t-il concédé en conférence de presse. Du début ou en cours de match, encore une fois ça dépend de plusieurs facteurs." Le déplacement à Nice dimanche prochain sera une première occasion pour l'entraîneur olympien de tenir sa promesse.
Ligue 1
Nouveau druide, l'avenir de Payet, premières pour Mandanda : les tops et les flops
11/09/2022 À 22:14
Ligue 1
Tudor s'explique pour Payet : "Je lui ai expliqué mon plan et il l'a accepté"
10/09/2022 À 22:27