"Nous aurons le budget le plus important de la Ligue 2, ce qui nous met face à nos responsabilités. C'est ce que j'ai dit aux joueurs", a souligné Damien Comolli, le nouveau président du TFC, au cours d'une conférence de presse commune avec l'ancien président Olivier Sadran et en présence "symbolique" du maire de la ville, M. Jean-Luc Moudenc.

Le TFC bénéficie "de dix millions d'euros de droits TV supplémentaires" pour "sa présence de 17 ans en Ligue 1", ce qui "permet au TFC d'avoir ce budget le plus important", a précisé l'ancien président Sadran. Il conserve 15% des actions du TFC et reste au conseil d'administration. Lundi, le fonds américain Redbird Capital Partners a officialisé sa prise de contrôle du club avec l'achat de 85% des actions et a nommé M. Comolli comme président.

Ligue 2
Amiens tranche dans le vif : Elsner limogé après 5 journées
IL Y A 3 HEURES

"Financièrement, nous n'avons pas besoin de vendre"

Pour la saison prochaine, M. Comolli a indiqué qu'il voulait "renforcer l'équipe" et a envisagé "trois ou quatre" arrivées s'il n'y a pas d'autres départs que la dizaine déjà enregistrée (fin de contrat, trois transferts...). Le club s'attend aussi à perdre Max-Alain Gradel, lequel a "un accord" pour partir, voire Ibrahim Sangaré bien qu'il "n'ait pas envie de se séparer" du milieu ivoirien.

Max-Alain Gradel devrait quitter le TFC cet été.

Crédit: Getty Images

"Financièrement, nous n'avons pas besoin de vendre. Les droits télés absorbent le choc de la descente. Redbird a apporté des garanties pour les trois prochaines saisons à la DNCG", le gendarme financier du football pro, a souligné M. Comolli Il veut à terme installer le club "autour de la 6e place" de la L1, en se basant énormément sur la formation. Pour sa part, M. Sadran a fait son mea-culpa sur les cinq-six dernières saisons, une période pendant laquelle il a admis n'avoir plus la "même passion" et avoir "fait beaucoup d'erreurs, dans le choix des entraîneurs, dans le choix des joueurs".

"Il y a eu beaucoup d'approximations" mais "le club a su garder ses qualités de formation et être financièrement stable", a-t-il fait valoir. "Cette période, moins bonne, je l'ai ressentie mais pas suffisamment mesurée, parce qu'à chaque fois, sur le plan sportif, les choses finissaient par miracle par s'arranger", a-t-il confié.

Ligue 2
Miracle : 11 mois après, Toulouse retrouve le goût de la victoire
26/09/2020 À 15:17
Ligue 2
Le réveil d'Auxerre à l'Abbé-Deschamps
21/09/2020 À 21:34