Le contexte était idéal. Un Parc des Princes garni comme jamais avec plus de 40 000 spectateurs. Un match de prestige face à son meilleur rival, le PSG. Un petit but d'avance à défendre après la courte victoire du match aller (3-2). L'OL avait besoin de ce match. Besoin de cette qualification pour confirmer son retour au premier plan. C'était déjà le cas en championnat, dont les Lyonnaises occupent la tête avec cinq points d'avance sur les Parisiennes. Mais le véritable étalon, c'est bien la Ligue des champions. La meilleure scène pour valider son renouveau après une saison creuse, compte tenu des standards de l'OL.
Lyon l'a fait et y a mis la manière. Les Lyonnaises ont fait parler leur supériorité collective et le talent de leurs individualités, incarné par les deux buteuses du soir, Ada Hegerberg et Wendie Renard. Pour, à l'arrivée, s'offrir un triomphe qui ne souffre d'aucune contestation. "Il y avait tout ce soir, s'est réjoui Renard. On savait que le PSG allait faire une grosse entame. Il fallait faire le dos rond et on a posé le jeu ensuite. On mérite de marquer. On n’a pas baissé les bras après l’égalisation. On a su profiter des espaces après. On n’a pas lâché, on est allées de l’avant."
Ligue 1
Neymar songe à quitter le PSG !
26/06/2022 À 14:08
C'est bien par le jeu que l'OL a repris sa supériorité. En respectant ses propres convictions et sa philosophie tournée vers l'attaque malgré la pression mise par le public parisien et son équipe. "On voulait venir à Paris avec un esprit offensif, a reconnu Hegerberg. L’ambiance était magnifique. C’était une belle soirée pour le foot... Il faut continuer dans ce sens. Ce n'est pas encore fini. Mais c'est beau ce qu'on fait. Je suis fière des filles. C'était dur."

"L’affiche rêvée face à Barcelone"

Pourtant le PSG avait du répondant. Le club de la capitale n'est pas passé à côté de l'événement. Il est juste tombé sur plus fort que lui. "Après l'ouverture du score, les filles ont élevé leur niveau, ont été très généreuses et ont montré des choses très belles mais il y avait une très belle équipe lyonnaise, tueuse dans la surface de réparation, avec un jeu aérien au-dessus de la moyenne, a souligné l'entraîneur parisien Didier Ollé-Nicolle. Les Lyonnaises ont fait moins d'erreurs, elles ont été plus chirurgicales mais collectivement on a montré des choses très intéressantes avec une jeune équipe."

Quel avenir pour Hamraoui ? "L'impact médiatique de l'affaire pourrait lui fermer des portes"

Il y avait peut-être cette force de l'habitude, cette maîtrise de l'événement qui a fait basculer le sort de sort de la rencontre en faveur des Lyonnaises. Il y avait surtout le désir brûlant de marquer le coup face à ce PSG, son bourreau de la saison passée, le club qui l'a devancé en championnat et éliminé en quart de finale de la Ligue des champions. "On a su résister à un PSG en forme, a salué le président lyonnais Jean-Michel Aulas. C’est magnifique de jouer une 10e finale européenne. C’est fantastique de vivre ce rêve. On fera tout pour aller chercher un 8e titre."
C'est la finale idéale qui attend l'OL. Un duel face au Barça, le tenant du titre, le club qui est resté invaincu durant 45 matches avant de tomber samedi à Wolfsburg (2-0), sans que cela ne remette en cause sa qualification après son carton à l'aller (5-1). "Une belle équipe avec une identité de jeu", comme l'a souligné Hegerberg. "C’est l’affiche rêvée face à Barcelone, a résumé Aulas. Ce sont les deux meilleures équipes du moment." Un duel au sommet qui tombe à point nommé pour marquer définitivement le retour des patronnes.
Transferts
Pogba, Dybala, Dembélé : les 8 joueurs en fin de contrat à suivre cet été !
13/06/2022 À 18:35
D1 Arkema
Après la Ligue des champions, l'OL récupère sa couronne nationale
29/05/2022 À 20:51