Le football allemand connaît décidément une semaine faste. Après le carton passé par le Bayern Munich au FC Barcelone mardi (4-0), le Borussia Dortmund a quasiment fait aussi bien que son rival bavarois en signant une large victoire face au Real Madrid (4-1) mercredi, en demi-finale aller de la Ligue des champions. Supérieurs du début à la fin, les Allemands ont pu compter sur un incroyable Robert Lewandowski, auteur d'un quadruplé (8e, 50e, 55e, 66e s.p.) pour concrétiser leur domination au tableau d'affichage. Le but inscrit en fin de première période par Cristiano Ronaldo (43e) maintient un petit espoir de qualification pour le club merengue, condamné à un exploit la semaine prochaine à Santiago-Bernabeu pour espérer accrocher son dixième titre de champion d'Europe.
Le Real est tombé de haut. Il est surtout tombé sur Lewandowski. Lors du premier rendez-vous entre les deux clubs en phase de poules, le Polonais avait déjà marqué l'un des buts de la victoire du Borussia. L'avant-centre de Dortmund s'est carrément offert un quadruplé lors de cette demi-finale aller, performance qu'aucun joueur n'avait réalisée face au club merengue en Coupe d'Europe. Lewandowski a commencé son récital en reprenant un centre parfait de Mario Götze pour ouvrir le score (1-0, 8e). En embuscade, il a redonné l'avantage à son équipe en début de deuxième période, sur un service de Marco Reus (2-0, 50e). Avant de poursuivre son récital d'un magnifique enchaînement ponctué d'une frappe en pleine lucarne (3-0, 55e) et de le conclure d'un penalty magistralement tiré sous la barre, après une faute de Xabi Alonso sur Marco Reus (4-0, 66e s.p.).
Reus était partout
Ligue des champions
Kolossal Bayern !
23/04/2013 À 20:34
Malgré la performance époustouflante de Lewandowski, la victoire éclatante du Borussia ne doit pas être réduite aux exploits d'un seul homme. Dortmund a surtout fait parler sa supériorité collective face au Real Madrid. Très bien organisés dans le pressing, les Allemands ont étouffé les Espagnols dès le coup d'envoi de la rencontre. Grâce à une récupération très haute, ils ont pu mettre leurs éléments offensifs en valeur. Notamment Marco Reus, étincelant tout au long de la rencontre après avoir lancé la première banderille en passant toute la défense du Real en revue avant de voir sa frappe repoussée par Diego Lopez (6e). Le stratège du Borussia n'a pas été loin d'inscrire un but d'anthologie, d'une louche à la Poborsky, en deuxième mi-temps, mais l'action avait été arrêtée pour un hors-jeu peu évident.
Reus n'a pas non plus obtenu cette faute, a priori à la limite de la surface, qui aurait dû occasionner un coup franc bien placé pour le Borussia en fin de première période. Au lieu de cela, le Real Madrid est parti en contre et, profitant d'une passe hasardeuse de Mats Hümmels, Gonzalo Higuain a pu servir sur un plateau Cristiano Ronaldo pour son 12e but de la saison en Ligue des champions, son 50e en carrière dans cette compétition. CR7 a aussi trouvé Weidenfeller à deux reprises sur sa route, d'abord sur coup franc (24e) puis dans un face à face en fin de match (88e), peu avant une ultime tentative madrilène de Raphaël Varane, sur une reprise passée de peu à côté du but allemand (90e+3). Décevant, le Real n'était néanmoins pas loin d'inscrire ce deuxième but qui aurait changé beaucoup de choses. Pour ne pas avoir su le marquer, il ira au-devant d'une mission impossible la semaine prochaine à Madrid.
https://i.eurosport.com/2013/04/24/996754.jpg
Ligue des champions
Un duel PSG-Real Madrid pour le sacre ? L’Europe le voit bien comme ça...
IL Y A 17 HEURES
Football
Dortmund et la L1 à l’honneur : le Top 10 des clubs qui misent sur les jeunes dans le "Big 5"
HIER À 12:57