Panoramic

LIGUE DES CHAMPIONS - Real-PSG - Raphaël Varane, à Madrid comme chez lui

Varane, à Madrid comme chez lui
Par AFP

Le 03/11/2015 à 10:50

LIGUE DES CHAMPIONS - Enfin titulaire en défense centrale avec le Real Madrid, redevenu solide cette saison, Raphaël Varane est en train de monter en régime au sein du club madrilène. Il devra confirmer son nouveau statut de leader défensif face au PSG, mardi soir.

Raphaël Varane a l'air enfin comme chez lui au Real Madrid: depuis cet été, le défenseur français est titulaire au sein de la "Maison blanche", un nouveau statut qu'il doit confirmer mardi face au Paris SG en Ligue des champions. Avec l'arrivée de l'entraîneur Rafael Benitez, l'international tricolore (22 ans, 25 sélections) a grimpé d'un étage dans la hiérarchie de la défense madrilène. Derrière l'intouchable capitaine Sergio Ramos, Varane est passé devant le Portugais Pepe (32 ans) pour composer la charnière centrale du Real.

Cette promotion n'est pas surprenante étant donné le potentiel et la précocité de Varane, mais elle a un peu tardé. Il y a d'abord eu une fâcheuse blessure à un genou en mai 2013 qui a valu plusieurs mois de convalescence à l'ancien Lensois recruté en 2011 sur les conseils de Zinédine Zidane. Un coup d'arrêt au pire moment pour le joueur, qui avait fait ses preuves sous José Mourinho (2010-2013).

Avec Carlo Ancelotti (2013-2015), sa progression a été moins linéaire, l'Italien préférant l'expérience de Pepe. Cela n'a pas empêché Varane de profiter d'une blessure du Portugais pour disputer et remporter la finale de la C1 2014 contre l'Atletico (4-1 a.p.). Mais le Français l'a reconnu lui-même en fin de saison dernière: il a désormais besoin de "franchir des caps, de faire une saison pleine."

Benitez "confiant" pour l'avenir de Varane

Et Benitez semble avoir entendu le message. "La concurrence avec ses partenaires le fait grandir et être meilleur", s'est réjoui le technicien madrilène il y a quelques semaines. Le longiligne défenseur (1,91 m, 78 kg) a été titulaire lors de 12 des 13 matches officiels du Real cette saison. Coïncidence ou non, le club merengue est leader invaincu du Championnat d'Espagne avec la meilleure défense (4 buts encaissés), même si les parades du portier Keylor Navas y sont aussi pour beaucoup.

Bon dans le placement, élégant dans la relance et précieux par sa vitesse, celui que la presse espagnole surnomme "M. Propre" sait néanmoins qu'il doit progresser dans les duels. Certains matches mitigés en équipe de France ou avec le Real, comme le naufrage en février sur la pelouse de l'Atletico (4-0), lui ont donné des pistes de travail. "J'aurais pu être meilleur dans les prises de décisions ou la manière de gérer les duels", reconnaissait-il en juin.

Mais à en croire Benitez, les efforts commencent à payer et Varane a bien saisi sa chance ces dernières semaines lorsque Pepe et Ramos se sont blessés. "Nous connaissons tous le potentiel de Varane. C'est un jeune joueur qui travaille bien, qui veut apprendre", a expliqué l'entraîneur lundi en conférence de presse. "Nous sommes heureux de son évolution et très optimistes pour son futur."

Bref, l'avenir semble se dégager pour Varane, qui dispose d'un contrat jusqu'en 2020 et s'épanouit au Real à moins d'un an de l'Euro-2016 en France. En outre, le Lillois, marié depuis cet été, semble se plaire à Madrid, où la presse espagnole dit parfois l'apercevoir au célèbre musée du Prado. Au match aller à Paris, Varane avait été très bon face à Zlatan Ibrahimovic. Le Suédois est prévenu: Raphaël Varane fait désormais partie des meubles à Madrid et il sera difficile à bouger.

Raphaël Varane (Real Madrid) contre l'Inter en match amical

Raphaël Varane (Real Madrid) contre l'Inter en match amicalPanoramic

0
0