C'était impossible. Inimaginable. Le PSG avait gagné le match aller 4-0. Il avait inscrit ce but à l'heure de jeu par Edinson Cavani qui semblait lui ouvrir la voie des quarts de finale. Il n'était encore mené que 3-1 à la 88e minute. Derrière, il y a eu un trou noir de sept minutes que Paris n'est pas près d'oublier. Trois buts encaissés coup sur coup pour une incroyable défaite : 6-1. Personne n'avait jamais remonté une défaite 4-0 à l'aller. Le Barça l'a fait mercredi soir au Camp Nou. C'est un exploit historique qui le qualifie pour les quarts de finale. Le PSG, lui, est passé du rêve au cauchemar. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire.
Et dire qu'Angel Di Maria a eu l'occasion de tuer le match dans un duel face à Marc-André ter Stegen (85e). Il ne l'a pas fait, mais ça devait quand même suffire. Ça n'a pas suffi. Neymar a redonné un semblant d'espoir au Camp Nou d'un coup franc magistral (4-1, 88e). Il est devenu un peu plus vivace quand le Brésilien a transformé un penalty deux minutes plus tard après une faute de Marquinhos sur Luis Suarez (5-1, 90e s.p.). Personne ne pouvait croire à la suite. Elle a bien eu lieu. Et elle a été écrite par Sergi Roberto, qui a devancé Kevin Trapp sur un ballon de Neymar pour faire exploser toute la Catalogne (6-1, 90e+5).

Sergi Roberto, le but libérateur du Barca

Crédit: Imago

Ligue 1
Mbappé : "C’est le projet du club, pas mon projet"
IL Y A 6 HEURES

Et pourtant, Cavani...

Cet exploit historique, le Barça est allé le chercher autant que Paris lui a donné. Le PSG a joué dans la peur dès le coup d'envoi. Attentistes, timorés, incapables de jouer ce jeu qui leur avait permis de prendre un tel ascendant à l'aller, les hommes d'Emery avaient mis tous les ingrédients pour subir une incroyable déconvenue. La recette d'une première période catastrophique, illustrée par les deux buts offerts au Barça : une mésentente entre Marco Verratti et Kevin Trapp sanctionnée par Luis Suarez (1-0, 3e) et un but improbable de Layvin Kurzawa contre son camp, après un ballon volé par Andres Iniesta à Marquinhos (2-0, 40e).
Le début du second acte a malheureusement ressemblé au premier. Là aussi, il n'a fallu que trois minutes au barça pour marquer, un penalty transformé par Lionel Messi après une faute bien involontaire de Thomas Meunier sur Neymar (3-0, 48e s.p.). Mais le PSG a alors eu le mérite de ne pas perdre définitivement ses moyens. Il a enfin joué plus haut, enfin tenté de profiter des points faibles de ce 3-4-3 barcelonais. Assez pour marquer ce but si important par Edinson Cavani, après un coup franc de Marco Verratti remisé par Layvin Kurzawa (3-1, 62e). Ce but qui devait suffire.
Il n'a pas suffi. Parce qu'avant cette fameuse occasion de Di Maria (85e), Cavani avait lui aussi manqué l'occasion mettre définitivement le Barça à genou (64e). Mais surtout parce que Paris n'a jamais su gérer ce match sur le plan psychologique. Il n'a jamais été lui-même face à ce Barça pourtant loin d'être flamboyant dans le jeu, à l'image de Lionel Messi. Mais ce Barça y a toujours cru. Il a mis la combativité et l'envie qu'il fallait pour aller chercher cet incroyable exploit. Et mettre le PSG devant tous ses regrets.
Ligue 1
Des joueurs en échange ? Pour Galtier, Nice a fixé son prix, Paris négocie
19/06/2022 À 06:46
Ligue 1
Le 4-4-2 de Galtier serait-il transposable au PSG ?
16/06/2022 À 21:40