Getty Images

Après OL - Barça (0-0) : Lyon a-t-il appris à défendre ? Non, simplement à mieux recruter

Lyon a-t-il appris à défendre ? Non, simplement à mieux recruter

Le 20/02/2019 à 19:14

LIGUE DES CHAMPIONS - Héroïque derrière à défaut d’être flamboyant devant mardi face au Barça (0-0), l’OL peut se targuer d’avoir réussi l’une de ses meilleures prestations défensives de la saison face au leader de la Liga. Si le collectif dans son ensemble est à mettre en avant, les têtes qui dépassent viennent toutes d’un recrutement intelligent et presque inattendu.

Ce n’est qu’un paradoxe, un de plus dans cette saison lyonnaise en forme de montagnes russes. Mais il est peut-être plus parlant que beaucoup d’autres. Mardi, face au FC Barcelone, leader de la Liga, favori pour le titre final et porté par un Lionel Messi en mission, l’OL a concédé son premier 0-0 de la saison. Si vous aviez misé votre PEL dessus, félicitations, vous êtes millionnaires. Car s’il y a bien une rencontre qui, sur le papier, ne présentait pas les atours d’un match au score nul et vierge, c’est bien celle qui s’est déroulée mardi sur la pelouse du Groupama Stadium.

Face à Messi, Dembélé, Suarez et consorts, tous très maladroits, les hommes de Bruno Genesio ont su allier solidarité collective et prestations individuelles de gala pour permettre à Anthony Lopes, pas peu fier sur ce coup-là en zone mixte, de garder sa cage inviolée. Pour la dixième fois en… 37 rencontres. Un chiffre bien peu élevé pour une équipes aux ambitions de l’OL. Un chiffre qui traduit encore une fois les difficultés lyonnaises, récurrentes saison après à saison, à trouver le juste équilibre entre attaque flamboyante et défense déprimante.

Mais les motifs d’espoir apparaissent légèrement plus nombreux après la performance des Lyonnais mardi mais aussi depuis le début de saison dans ce secteur. Certes, les 44 buts encaissés toutes compétitions confondues et la septième place au classement des meilleures défenses de L1 n’ont rien de glorieux. Mais, paradoxalement, les manques sont plus collectifs qu’individuels.

Vidéo - Le plan de jeu suicidaire de Genesio a paradoxalement servi les intérêts lyonnais

02:08

Denayer-Dubois, symbole de la réussite de Florian Maurice

Jérémy Morel, Mouctar Diakhaby, Nicolas Nkoulou, Emmanuel Mammana, Mapou Yanga-Mbiwa, Bakary Koné, Maciej Rybus, Milan Bisevac, Miguel Lopes ou encore Mouhamadou Dabo. La réalité de la défense lyonnaise ces dernières années se cache derrière ces noms-là, entre accidents industriels majeurs et coups de poker clairement perdus. Sur les cinq dernières années, seul Samuel Umtiti, dans le camp d’en face mardi, a réussi à redresser quelque peu un secteur qui a clairement fait défaut à l’OL.

Mais, sous l’impulsion d’un Florian Maurice toujours aussi avide de bons coups, la donne a quelque peu changé. La saison passée, ce sont trois latéraux de métier (Marçal, Ferland Mendy et Kenny Tete) qui ont débarqué à l’OL avec Marcelo, censé devenir à terme le patron défensif de l’équipe. Face aux difficultés de sa charnière avec Jérémy Morel - systématiquement ou presque prise de vitesse -, Lyon a misé sur Jason Denayer. Un peu en bout de course après une carrière faite de haut et de bas, le Belge n’a pas fait l’unanimité à son arrivée, d’autant que le nom de Ruben Dias parasitait l’actualité mercato.

Léo Dubois et Jason Denayer face à Léo Messi

Léo Dubois et Jason Denayer face à Léo MessiGetty Images

Mardi, on bénissait les 6,5 millions d’euros versés à Manchester City l’été dernier tant l’ancien du Celtic a fait montre d’un sens tactique hors norme et d’une qualité d’intervention rarement aperçue à Lyon ces dernières saisons. "Jason, il est dans la lignée de ses prestations depuis le début de saison", avouait après coup Léo Dubois, lui aussi impressionné par celui qui est devenu assez rapidement le cerveau offensif d’une défense souvent mise à mal par les envies de jeu de ses attaquants.

Le latéral lyonnais mériterait aussi d’être mentionné parmi les bonnes pioches de Maurice. Arrivé libre en provenance de Nantes en tant que troisième homme, il a su être patient pour saisir sa chance au meilleur des moments et faire partie des prétendants sérieux à l’équipe de France. Et c’est l’OL qui se frotte les mains.

Le casting derrière commence ainsi à prendre forme et les Denayer, Dubois ou Mendy, s’ils restent du côté du Rhône l’été prochain, pourraient se voir flanquer d’autres renforts à même de faire franchir un cap défensif à la troupe de Bruno Genesio. Car si l’OL se met à défendre aussi bien qu’il attaque, voir un clean-sheet au Groupama Stadium n’aura plus grand-chose d’extraordinaire.

Vidéo - Dubois, le symbole de la résilience lyonnaise qui s’est ouvert les portes des Bleus

02:36
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0