Eurosport

Ligue des champions OL - Barcelone : Lyon, capitale des goals

Lyon, capitale des goals

Le 18/02/2019 à 15:54Mis à jour Le 18/02/2019 à 21:35

LIGUE DES CHAMPIONS - Auteur de rencontres mémorables à Geoffroy-Guichard ou face au PSG, Anthony Lopes est cette saison le gardien le plus régulier de Ligue 1. A 28 ans, il s'est imposé comme une référence et perpétue la tradition des grands gardiens lyonnais. Grégory Coupet, Hugo Lloris, Anthony Lopes : au XXIe siècle, Lyon a toujours confié son but à une valeur sûre. Coïncidence ? Sûrement pas.

Marseille a regretté le retour de Fabien Barthez, Monaco a connu quelques trous et n'a plus la solution aujourd'hui, le PSG n'a jamais cessé de se chercher. S'il y a un domaine où Lyon a surpassé la concurrence au XXIe siècle, c'est bien le poste de gardien. En 19 ans, trois tauliers se sont imposés sans discussion : Grégory Coupet, Hugo Lloris et, aujourd'hui, Anthony Lopes. Soit l'un des meilleurs gardiens français de sa génération puis l'un des meilleurs gardiens mondiaux de sa génération et, enfin, le meilleur gardien de cette saison de Ligue 1. Quand il s'agit de choisir celui qui garde son but, Lyon ne s'est jamais trompé. Même l’intérim assuré par Rémy Vercoutre (2012/2013) a laissé un souvenir très convenable. Aucun club français n'a remporté autant de fois que l'OL le trophée de meilleur gardien de L1 (sept). Et ce n'est pas un coup de chance.

Grégory Coupet et Anthony Lopes

Grégory Coupet et Anthony LopesGetty Images

"Lyon a très vite compris qu'un club n'a pas le droit à l'erreur au poste de gardien et surtout a parfaitement saisi la spécificité du poste", note Nicolas Puydebois, ancienne doublure de Coupet puis Lloris de 2002 à 2005. "Et le club a toujours cherché des joueurs avec le même profil : l'accent a été mis sur les arrêts, pas le jeu au pied. On a cherché de bons gardiens, pas de bons joueurs de foot. Lyon n'a jamais été le Barça." Si Coupet, Lloris, Lopes et même Vercoutre ont un point commun, c'est effectivement leur profil de gardien explosif. Ils aiment le contact, avancer sur le terrain et mettent la tête là où certains gardiens ne mettraient même pas le poing. "On a tous été formé dans le même moule avec comme point fort la vivacité, la vitesse de déplacement et le travail des jambes", nous explique Grégory Coupet.

Bats, la pointure qui change tout

L'OL a très vite compris que le poste de gardien de but n'avait pas grand-chose à voir avec le reste et Jean-Michel Aulas a décidé très tôt, en 2000 pour être précis, de placer un vrai spécialiste pour s'occuper de ses portiers. Une pointure. LA pointure du moment. Joël Bats, alors entraîneur principal (PSG puis Châteauroux), prend en main la destinée des gardiens lyonnais. Bats, héros de Guadalajara 1986, du haut de ses 50 sélections en Bleu est une référence au poste. "Il a fait grandir tous les gardiens passés entre ses mains", note Puydebois. "C'est lui qui voulait des gardiens qui aillent au combat. Il nous a transmis cette mentalité et nous a fait tous franchir des paliers." "On a eu un monstre comme entraîneur", nous a confié Grégory Coupet qui a aujourd’hui repris le flambeau. "Dans le côté psychologique, Joël est fantastique pour parler à ses joueurs en tête-à-tête."

Joël Bats quitte l'OL, une page se tourne

Joël Bats quitte l'OL, une page se tourneEurosport

Les entraîneurs passés par l'OL au XXIe siècle ont tous eu l'intelligence de laisser le champ libre à Bats et de ne pas parasiter son travail avec ses gardiens. Cette relation de confiance a contribué aux excellentes performances des différents portiers. "L'OL a très vite créé un contexte d'épanouissement des gardiens qui n'existent pas forcément ailleurs", note Puydebois. "Bats s'est inscrit dans la durée et Grégory Coupet a repris logiquement le flambeau en assurant une vraie continuité." "Après, on ne fait pas d’une banane un cheval de course", continue Coupet. "Le club a su prendre les bons gardiens au bon moment. Moi, c’est Bernard Lacombe qui est venu me chercher et il connaît le foot. Et je crois qu’on peut dire la même chose de Florian Maurice aujourd’hui."

Trois destins qui épousent celui du club

Cette culture club du gardien a trouvé son prolongement sur le terrain avec une vraie continuité : Grégory Coupet, deuxième joueur à avoir disputé le plus de match avec les Gones (derrière Serge Chiesa), est resté onze ans à Lyon, Hugo Lloris quatre saisons et Anthony Lopes est professionnel depuis 2012. Remy Vercoutre, titulaire en 2012/2013, a joué les doublures entre 2005 et 2012. Au-delà de cette rare longévité, les trois gardiens, en phase avec leur club, ont symbolisé les différentes périodes de l'Olympique Lyonnais. Grand espoir à l'ASSE, Coupet a grandi avec le voisin. Le club est devenu le meilleur de France alors que son gardien s'imposait comme un incontournable international.

En 2008, l'OL est septuple champion de France en titre et s'achète le meilleur gardien de L1 du moment : Hugo Lloris pour 8,5 millions d'euros. A Lyon, il confirmera au plus haut niveau. Au départ de Lloris, Lyon change de cap. La construction du nouveau stade oblige le club à se tourner vers ses jeunes. Après l'intérim de Rémy Vercoutre, Anthony Lopes a sa chance. Lui n'a aucune référence avant de se voir confier le but des Gones. Il devient le premier gardien du cru, né à Givors à 23 kilomètres de Gerland, à jouer une saison complète pour son club depuis Marcel Aubour dans les années 60. Lyon n'a pas le choix mais ne le regrettera pas. Il incarne mieux que personne aujourd'hui l'esprit gone qui a maintenu Lyon dans le haut du panier en compagnie des Lacazette, Tolisso et autres Umtiti. "Anthony est le meilleur gardien de L1 sur les six derniers mois", tranche Puydebois. "Sa régularité lui a permis de gagner la légitimité qu'il mérite." Avec Coupet, Lloris et Lopes, c'est toute la glorieuse histoire de l'Olympique Lyonnais qui défile. Dix-neuf saisons, trois hommes et une continuité unique tout en haut de l'affiche.

Visuel de Une : Quentin Guichard

Grégory Coupet (Lyon) en Ligue des champions le 20 février 2008

Grégory Coupet (Lyon) en Ligue des champions le 20 février 2008Getty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0