Getty Images

Séisme au Parc des Princes : le PSG éliminé par Manchester United (1-3) en 8e de finale

Inqualifiable

Le 06/03/2019 à 22:57Mis à jour Le 07/03/2019 à 02:29

LIGUE DES CHAMPIONS - Paris est à terre. Alors qu'il se dirigeait vers une qualification difficile pour les quarts de finale, après avoir été mené 1-2 pendant une heure par Manchester United, le club de la capitale a été éliminé dans le temps additionnel de la rencontre suite à un penalty marqué par Marcus Rashford (90e+3). Le but de l'international anglais est venu s'ajouter au doublé de Lukaku.

Paris s’y est mis tout seul. Comme un grand serait-on tenté d’écrire, ironiquement. Dans un match au scénario invraisemblable, conclu par un penalty sévère accordé avec l’aide du VAR et transformé par Marcus Rashford dans les arrêts de jeu (90e+3), le PSG a dit adieu à son rêve européen en offrant sur un plateau la qualification à une équipe de Manchester United, valeureuse mais loin d’être irrésistible (1-3). Pour la troisième année de suite, Paris reste bloqué à la case 8e de finale. Complètement surréaliste.

Deux saisons après la remontada subie au Camp Nou face au FC Barcelone (6-1), une année après l’élimination sans gloire face au Real, après un match aller parfaitement géré à Old Trafford (0-2), les hommes de Thomas Tuchel avaient juré, cœur sur la main, que cette fois-ci, ils n’allaient pas succomber à leurs démons passés. Patatras. Jamais une équipe qui avait gagné 0-2 à l’extérieur n’avait réussi "l’exploit" de se faire éliminer au retour. Mais cette équipe de Paris semble destinée à faire mentir les stats. Jamais dans le bon sens…

Deux cadeaux de Kehrer et Buffon

Rapidement, le Parc des Princes a saisi l’étendue des dégâts. Comme si l’ADN du PSG qatari était de sans cesse vivre des soirées cauchemardesques au niveau européen. Après un cadeau d’un Thilo Kehrer complètement dépassé, Romelu Lukaku a dessiné les contours de la nuit parisienne en allant dribbler Gianluigi Buffon pour ouvrir le score (0-1, 2e).

Mais Paris a su redresser la barre rapidement. Sans paniquer, en reprenant la possession et en calmant une équipe mancunienne en grande souffrance défensive à chaque offensive parisienne. On pensait même que la boulette de Kehrer deviendrait anecdotique au coup de sifflet final lorsque Juan Bernat, l’un des seuls Parisiens au niveau mercredi, a poussé le ballon dans le but vide après un centre à l’aveugle de Kylian Mbappé (1-1, 12e).

Tout allait revenir à la normale croyait-on. Après tout cette équipe parisienne avait bien plus de bouteille et de talent que son adversaire, dont le onze de départ a été bricolé avec les moyens du bord par Ole Gunnar Solskjaer. Mais jamais Paris n’a su accélérer, mettre ce coup de collier à même de le préserver du pire. Dans le sillage d’un Mbappé ô combien brouillon (83e), les hommes de Tuchel n’ont rien fait pour tuer le match et ont rivalisé de maladresse (14e, 21e) ou de malchance avec le poteau de Bernat (83e). Et puis ? Ce fut à peu près tout. Et c’était bien trop peu.

Car, en face, les Red Devils n’ont rien manqué ou presque. Lukaku s’est offert le doublé sur une belle boulette de Buffon après une frappe anodine de Rashford (1-2, 30e). Deux offrandes tombées du ciel parisien pour des Mancuniens qui n’en demandaient pas tant. C’est simple, ils auront réussi à marquer trois fois en… quatre tentatives cadrées.

Un penalty qui va faire parler

A la mi-temps, Paris était donc au bord du gouffre. Mais visiblement pas inquiet de voir le vide de si près. Dans une seconde période sans rythme, ni consistance, le PSG a tenté de gérer. Encore faudrait-il savoir le faire. Ce n’est pas l’ADN de ce Paris cru 2019, trop habitué à toujours jouer vers l’avant et rarement mettre le frein à main.

Alors, inévitablement, Paris a reculé. Un peu. Un peu trop. En face, les Mancuniens n’ont pas proposé grand-chose et se sont appuyés sur un duo Lukaku-Rashford remuant. Ce fut suffisant. Dans une fin de match irrespirable pour le Parc des Princes, Dalot s’est fendu d’une frappe anodine à l’entrée de la surface (90e).

Frappe déviée de la main par un Presnel Kimpembe qui n’a rien fait d’autre que se tourner. Alerté par le VAR, Damir Skomina, l’arbitre de la rencontre, est donc allé vérifier par lui-même. Deux minutes d’un suspense insoutenable qui ont accouché d’un penalty qui risque de faire parler. Au bout du bout, Rashford transformait le penalty et envoyait Manchester United au paradis (1-3, 90+3e). Et Paris en enfer. Encore et toujours. Comme si le refrain était condamné à ne jamais changer…

La détresse des joueurs du PSG
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0