Keylor Navas : 6

L'ange-gardien parisien a diffusé son expérience et sa sérénité tout au long du match. Navas n'a quasiment pas été mis en danger (2 tirs cadrés subis). Il a exposé ses réflexes pour repousser une tête dangereuse de Lewandowski (31e) mais n'a pu faire de miracle devant Coman (59e). Irréprochable au pied pour trouver Kehrer et Di Maria dans le couloir droit.
En bref : Le genre de match frustrant pour un gardien.
Ligue des champions
Paris n'est pas allé au bout de son rêve
23/08/2020 À 20:54

Thilo Kehrer : 4

Longtemps, on l'a vu prendre la mesure des appuis de félin de Kingsley Coman, et profiter d'une jauge de confiance pleine pour créer du surnombre offensivement. Le latéral allemand n'a commis qu'une erreur que son vis-à-vis a converti en but. Ensuite, il a plongé.
En bref : Une première période convaincante, une seconde compliquée.

La tête de Kingsley Coman, buteur lors de PSG - Bayern en finale de la Ligue des champions

Crédit: Getty Images

Thiago Silva : 5

Du calme, des interceptions précieuses (16e, 33e, 49e, 62e) et un placement impeccable : Thiago Silva a encore donné raison à ceux qui, comme Flick, le comptent parmi les meilleurs à son poste. Un peu de déchet à la relance (80% de passes réussies) mais rien de dangereux : O Monstro avait choisi de limiter ses prises de risques.
En bref : Une prestation correcte mais mal récompensée… un peu à l'image de sa carrière parisienne.

Presnel Kimpembe : 6

Le champion du monde français ne s'est pas laissé intimider. Serein face au pressing allemand, en confiance pour crocheter Müller (44e), et attentif dans les moments chauds (50e, 61e), Kimpembe avait la caisse pour casser la première ligne bavaroise. Il a parfois un peu oublié Lewandowski mais ses absences ont toujours été compensées.
En bref : A la hauteur de l'événement, comme tout au long du Final 8.

"Il a manqué un plan B à ce PSG quand ses stars ont commencé à dérailler..."

Juan Bernat : 6

Serge Gnabry ne lui a pas fait peur : le latéral espagnol a mangé tous les mollets munichois. Il a beaucoup compensé défensivement et s'est même payé Lewandowski dans les airs (40e), après lui avoir laissé trop d'espace dans la surface (21e). En revanche, on l'a connu beaucoup plus entreprenant offensivement. Mais il s'agissait probablement d'une consigne de Tuchel. Il a fini cramé et remplacé par Kurzawa (80e).
En bref : L'ancien du Bayern avait l'esprit de revanche et ça s'est vu.

Marquinhos : 4

Le futur capitaine a débuté son match par une perte de balle dangereuse (2e) aux 25 mètres. Inhabituel de sa part. Le Brésilien s'est fait beaucoup plus discret qu'à l'accoutumée et c'est l'une des raisons pour lesquelles le Bayern a eu la maîtrise dans l'entrejeu. Encore très propre au combat (80% de duels aériens gagnés) face aux grands gaillards bavarois, il a souffert face au pressing adverse.
En bref : Un difficile retour sur terre.

Marquinhos (PSG) s'arrache les cheveux.

Crédit: Getty Images

Leandro Paredes : 4

Il est bien entré dans son match avec un premier duel gagné (3e) puis une ouverture magique pour Mbappé (15e). Ensuite, l'Argentin a souffert lorsque le Bayern a mis le pied sur le ballon. Muselé, il n'a pu assurer le lien avec le trio d'attaque (65% de passes réussies).
Remplacé par Verratti (65e), qui n'a pas eu le temps d'installer son influence.
En bref : Paredes a montré ses limites.

Ander Herrera : 6

L'Espagnol a constamment été l'élément déclencheur des contres parisiens. Sur une déviation qui a trompé tout le monde (18e) une sur une passe subtile (24e), l'ancien joueur de Bilbao a largement su perturber la défense munichoise. Une énorme frappe aux 20 mètres aurait peut-être mérité meilleur sort (29e). Remplacé par Julian Draxler (72e), discret.
En bref : Le meilleur milieu de terrain du PSG dans cette finale.

Ángel Di María : 4

Techniquement, El Fideo a été fidèle à lui-même. Problème, il n'a pas été suffisamment trouvé pour aller titiller Alphonso Davies, qui n'a pourtant pas été infaillible. Mis sur orbite par Herrera, il a rappelé que les meilleurs gauchers sont souvent bien moins précis du droit (23e). Remplacé par Choupo-Moting (80e) sans son costume de sauveur cette fois-ci.
En bref : Intermittent puis effacé.

Angel Di Maria (PSG) lors de la finale de Ligue des champions contre le Bayern Munich.

Crédit: Getty Images

Kylian Mbappé : 3

Le prodige de Bondy n'a jamais eu la tâche facile puisqu'il a constamment été confronté à deux voire trois Bavarois. Malgré cela, l'attaquant a souvent réussi à se faire oublier sur le côté gauche en première période. Mais il a gaspillé beaucoup d'opportunités. Surtout, il n'a pas profité de l'énorme cadeau de la défense allemande avec une frappe trop molle, juste avant la pause. Cette action-là aurait pu tout changer.
En bref : Il devait jouer les tueurs. Il a failli dans cette mission.

"Mbappé et Neymar se sont fait manger le cerveau"

Neymar : 2

L'étincelle devait venir de lui. Ses deux énormes accélérations ont créé des brèches en première période mais ses compères d'attaque n'en ont pas profité. Le dribbleur a perdu un gros duel avec Neuer (24e) avant de monter en pression au fil du match et a fini par en perdre son football. Le Brésilien a gaspillé quelques minutions (62e) et n'a jamais trouvé l'inspiration.
En bref : Ce n'était pas le Neymar dont le PSG avait besoin.
Ligue 1
Mbappé : "C’est le projet du club, pas mon projet"
24/06/2022 À 19:34
Ligue 1
Des joueurs en échange ? Pour Galtier, Nice a fixé son prix, Paris négocie
19/06/2022 À 06:46