Pour Lyon, c'est ici que l'aventure lisboète s’achève. Malgré une prestation tout à fait honorable et un début de match très emballant, les Gones ont subi la loi d’un Bayern Munich implacable ce mercredi (0-3) en demies de la Ligue des champions. Guidés par un Serge Gnabry des grands soirs, les Bavarois affronteront le PSG en finale de la compétition dimanche (21h). L'OL, de son côté, peut quitter le Portugal la tête haute. Et avec quelques regrets.
Cela n’a l’air de rien comme ça, mais il peut s’en passer des choses en l’espace de 58 secondes. Ce mercredi, par exemple, c’est le temps qu’il a fallu aux Lyonnais pour caresser le fol espoir d’un indicible exploit… et être rattrapés par la dure réalité. C’est, concrètement, le temps qui s’est écoulé entre le moment où Karl Toko Ekambi a tiré sur le poteau de Manuel Neuer (17e) et celui où Serge Gnabry a, d’un coup de fusil du gauche, nettoyé la lucarne d’Anthony Lopes (18e, 0-1).
Ligue 1
60 buts encaissés à eux deux : Bordeaux - OL, les passoires à la barre
05/12/2021 À 00:56

Gnabry, héros du soir et bourreau de l’OL

Ce superbe but de l’ailier allemand est venu donner un avantage immérité au Bayern, tant le premier quart d’heure avait été dominé par les joueurs de Rudi Garcia. Loin d’être inhibés par l’enjeu, ceux-ci ont sérieusement tancé un "Rekordmeister" qui, avant d’être sauvé par son montant, avait déjà vu Memphis Depay rater une très belle occasion (4e). Sauf que les Munichois ont su refroidir les ardeurs de leurs adversaires grâce à une efficacité redoutable.
Quinze minutes après avoir trouvé une première fois le chemin des filets, Gnabry a récidivé en profitant d’un étonnant raté de Robert Lewandowski (33e, 0-2). A vrai dire, le joueur formé à Arsenal a été le seul à sortir du lot sur la pelouse du stade José-Alvalade. Car les partenaires de Thomas Müller ont été nettement moins impressionnants que face au FC Barcelone vendredi dernier (2-8). Coup de mou avéré ou volonté d’en garder sous la pédale en vue de la finale ? Il faudra attendre dimanche soir pour le savoir.

Serge Gnabry lors de la demi-finale OL - Bayern Munich / Ligue des champions

Crédit: Getty Images

Toko Ekambi, l’occasion qui aurait pu tout relancer

Dos au mur, les Rhodaniens n’ont cependant pas rendu les armes au cours du second acte. Toko Ekambi, encore lui, a même eu l’opportunité de relancer le suspense. Mais le Camerounais a perdu son duel face à un Neuer impeccable (59e). Houssem Aouar a tout tenté, Moussa Dembélé, Jeff Reine-Adélaïde et même Rayan Cherki sont entrés en jeu. Insuffisant, néanmoins, pour inverser la tendance. Et en fin de match, l’inévitable Lewandowski s’est permis, de la tête, d’alourdir la marque (88e, 0-3).
A l’évidence, Lyon a su se hisser à la hauteur de l’événement. Mais, face à un grand d’Europe, cela ne suffit pas toujours. C’est même rarement suffisant, en réalité. Il faut avant tout être clinique, pragmatique et, bien sûr, d’une solidité sans faille. L’OL ne l’a pas été, et son rêve européen s’est donc achevé aux portes de la finale. Charge aux Parisiens, désormais, de venger leurs compatriotes afin de décrocher la deuxième C1 de l’histoire du football français.
https://i.eurosport.com/2020/08/19/2867127.jpg
Bundesliga
Bellingham : "Vous confiez le plus grand match d’Allemagne à un arbitre dont un match a été truqué…"
04/12/2021 À 22:23
Bundesliga
Le Klassiker a tenu ses promesses, le Bayern aussi
04/12/2021 À 19:30