Le Stade Rennais ne digère pas. Mais alors pas du tout. Les Bretons n'ont pas compris les décisions arbitrables ce mercredi sur la pelouse de Stamford Bridge (3-0). "Il y a plus que de la déception, il y a de la frustration, s'est emporté Nicolas Holveck, le président de Rennes, au micro de Téléfoot. L'homme du match, c'est l'arbitre. J'aimerais qu'on m'explique clairement les règles des mains dans la surface. Si celle de Dalbert est sifflée, pourquoi celle de (Kurt) Zouma n'est-elle pas sifflée ? Le VAR se réveille sur la nôtre, pas sur la leur".

Cette différence de traitement des mains de Kurt Zouma à la 7e minute et celle de Dalbert à la 40e a laissé des traces, surtout que le Rennais a en plus vu l'arbitre lui donner un deuxième jaune pour le renvoyer au vestiaire avant la mi-temps. De quoi tuer définitivement tout suspense dans cette rencontre. "C’est un petit scandale", a ajouté Nicolas Holveck sur RMC. "On est certainement arbitré comme le Petit Poucet, le petit nouveau, et ça, c'est difficile à accepter".

Ligue des champions
Un quadruplé pour Giroud, le fauteuil de leader assuré pour Chelsea
HIER À 21:53

Stéphan : "L'arbitre a décidé de sanctionner la main, ça tue le match"

Je ne vais pas tomber dans la théorie du complot mais…

Quelques minutes après cette défaite, Julien Stéphan s'est montré un peu plus mesuré. Mais l'entraîneur breton n'a pas cherché à cacher son incompréhension. "On ne comprend pas cette décision, a complété le jeune technicien. Pourquoi il regarde cette main et pas celle de la 7e.Je ne vais pas tomber dans la théorie du complot mais c'est vrai qu'on est frustré par ces décisions arbitrales".

Très remontés contre l'arbitre, les Rennais ont aussi des raisons de ne pas voir tout en noir après ce revers, le deuxième de rang en Ligue des champions. Même s'ils n'ont pas réussi à se montrer vraiment dangereux, ils ont montré des intentions louables, avec une volonté appréciable d'avoir la possession et de jouer. Au grand plaisir de leur coach : "J'ai aussi beaucoup de fierté, l'équipe était venue pour jouer de façon décomplexée, avec des intentions dans le jeu très claires matérialisées par une bonne entame de match. Après il y a la décision de la 40e minute qui vient anéantir nos espoirs, mais même à dix on a continué. Les joueurs ont été admirables et remarquables, ils auraient mérité de jouer le match dans d'autres conditions".

"Triste" pour ses joueurs, Julien Stéphan se montre confiant pour la suite après cette rencontre. "On va se relever. Et va continuer à proposer du jeu", annonce-t-il. Un état d'esprit qui transpire aussi de ses joueurs, même déçus. "A onze contre onze, on les a sentis pas très sereins, estime Benjamin Bourigeaud. Ensuite, il y a eu des faits de jeu très frustrants pour nous parce qu'après à 10 contre 11 c'est compliqué. On continue de grandir et à apprendre. On aura des matches à domicile importants (contre Chelsea, puis Séville, ndlr) et un déplacement à Krasnodar qui sera d'autant plus important. Mais il faut s'appuyer sur cette solidarité". Avec cette frustration comme moteur en plus.

Groupe E - Stéphan : "Continuer à montrer des choses"

Ligue des champions
Les notes de Rennes : Da Silva largué, Camavinga toujours frustré
HIER À 21:04
Ligue des champions
Rennes, une défaite et la fin des illusions
HIER À 19:48