Le PSG en est coutumier, et il a encore fait passer ses fans d’une émotion à une autre en deux matches de C1. De la fierté d’une finale de Coupe d’Europe, on est passé à la déception d’un revers inattendu en phase de groupe, à domicile. Si on peut reconnaître une qualité aux Parisiens ce mardi soir, c’est leur lucidité. "Il n’y a pas d’explication, on n’a pas été bons, on n’était pas dans les duels, en retard dans les retours défensif, dans un match de haut niveau comme ça, ça paye cash, on ne peut s’en prendre qu’à nous", a ainsi reconnu, quelques minutes seulement après le coup de sifflet final, le capitaine parisien de la soirée, Presnel Kimpembe, au micro de RMC Sport.

Tuchel : "On a eu beaucoup de problèmes, c'est une surprise pour moi"

Ligue des champions
L'antisèche : Trembler sans sombrer, c’est tellement ça le PSG
HIER À 08:02
C'était une surprise car on s'était bien préparé

Deux mois après avoir touché le Graal des doigts, les Parisiens sont redevenus une équipe très ordinaire, qui a affiché des carences dans beaucoup de domaines : "On a manqué de rythme et d’intensité, c’est clair, c’était une surprise parce qu’on s’était bien préparé et qu’on avait fait des bons matches auparavant", s’est étonné Thomas Tuchel, toujours au micro de RMC Sport. Une analyse juste tant son équipe a paru hors du coup. Mais le coach allemand était plus taiseux au moment de faire son autocritique, notamment ce milieu à trois aligné en première période (Gueye-Danilo Pereira-Herrera), qui n’a apporté aucune sérénité défensive attendue et surtout aucune connexion avec l’attaque du PSG : "C’était leur premier match ensemble, ce n’est pas facile, ce n’était pas leur meilleure prestation", a sobrement commenté Tuchel, qui n’avait certes pas beaucoup d’autres choix.

Le PSG a toujours le même problème mais Tuchel n'arrive pas à y remédier

Pas un match à notre niveau

Mais il s’est montré beaucoup plus loquace pour tacler son équipe, auteure d’une première période indigeste : "Ce n’était pas difficile de faire une meilleure deuxième période après notre première mi-temps. Mais on n’a pas eu la capacité de contrôler le match, jouer plus simple, créer des occasions". Neymar et Mbappé, les deux moteurs du club de la capitale lors du "Final 8" de Lisbonne, sont passé à côté de leur partie. Le Brésilien, en retombant dans ses partitions de solistes, tandis que le Français, dont c’était la cinquième rencontre en deux semaines, a marqué le pas, et qu’Angel Di Maria n’a pas apporté l’étincelle habituelle pour faire briller les deux avec sa patte gauche.

Tuchel a terminé sur une longue auto-critique : "Ce n’était pas un match à notre niveau, dans les phases offensives, défensives, ce n’était pas nous, clairement". Mais il a, en fin tacticien et communicant, tenté de calmer les esprits : "C’est l’histoire d’une fois, ce n’est pas le moment d’être en colère et de perdre la tête, on doit être honnêtes avec nous même, c’était des débuts compliqués". Qu’il faudra très vite corriger, dès la semaine prochaine, en Turquie face à Basaksehir.

"C’est sur ces matches que le leadership de Thiago Silva va manquer"

Ligue des champions
Ils y sont presque : Le PSG qualifié en huitièmes si...
HIER À 22:58
Ligue des champions
Les notes du PSG : Le Neymar qu’on aime, le Marquinhos des grands soirs
HIER À 22:21