"Trahie par Ronaldo". Le titre du Corriere dello sport de mercredi est aussi cruel que révélateur. Il est évidemment dur pour Cristiano Ronaldo, qui n'est pas le seul responsable de cette élimination de la Juventus Turin dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions contre Porto. Mais il en dit surtout long sur le constat d'échec de CR7 à la Juventus dans la Botte. Aujourd'hui et après presque trois saisons du Portugais à Turin, l'option Ronaldo n'a pas porté ses fruits. Comment écrire autre chose ? C’est impossible. Ça ressemble même à un fiasco après cette nouvelle claque. Et ça interroge sur le moyen et long terme.
Fiasco. Le mort est fort. Bien sûr, Cristiano Ronaldo n'a pas tout raté depuis son arrivée en Italie, loin de là. Deux Scudetti (2019, 2020) sont notamment là pour en témoigner. Mais ça, la Juve n'avait pas besoin de lui pour y parvenir. La Vieille Dame savait déjà gagner sur sa scène domestique avant son transfert retentissant en 2018. C'est pour la Ligue des champions qu'Andrea Agnelli est allé chercher le quintuple ballon d'Or. Pour sa capacité à être décisif en C1. A être ce "game-changer" tant recherché dans la plus prestigieuse compétition européenne, où la Juve ne parvient plus à aller au bout depuis 25 ans maintenant. Et là, ça coince.
Ligue des champions
De Bruyne, des fractures mais son Euro ne serait pas en danger
30/05/2021 À 11:33

Cristiano Ronaldo

Crédit: Getty Images

Première saison blanche lors des matches à élimination directe depuis 15 ans
Pour sa quête numéro 1, le transfert de Ronaldo est même clairement un camouflet. Rien que cela. Avec l'ancienne machine à buts du Real Madrid, la Juve n'a plus passé le stade des quarts de finale. Pire, elle a pris la porte contre l'Ajax Amsterdam (2019), Lyon (2020) et donc Porto (2021), trois adversaires qui ne sont pas sur le papier les terreurs de l'épreuve. Il est alors difficile de ne pas s'interroger sur le pari Ronaldo. Dans ces désillusions aussi tonitruantes que traumatisantes, il est pourtant tout aussi compliqué de pointer du doigt la responsabilité du rival de Lionel Messi.
S'il compte moins de buts en Ligue des champions sous les couleurs de la Juve (14) en trois saisons que lors de son dernier exercice avec le Real Madrid (15), il a encore signé quelques prouesses avec la tunique turinoise pour donner l’impression que le poids des années ne l’impacte pas. Son triplé grandiose pour renverser l'Atlético Madrid en huitièmes de finale en 2019 avait ainsi permis aux Bianconeri de rester en vie. Et au tour d'après, il avait marqué lors des deux matches contre l'Ajax, en vain. La saison dernière, il a aussi planté un doublé au retour contre Lyon (2-1). Mais là encore, ça n'avait pas été suffisant. Et au final, il n'y a que cette saison où il est resté muet, une première lors des phases à élimination directe depuis 2004-2005… S'il est montré du doigt en Italie pour s'être retourné dans le mur turinois sur le coup franc décisif de Porto mardi, il reste en fait surtout cette impression qu'il ne peut pas tout faire tout seul en C1.

Cristiano Ronaldo (Juventus Turin)

Crédit: Getty Images

Et maintenant ?

Le souci, c'est que la Juve a misé lourd sur sa capacité à être le facteur X en C1. Son salaire estimé à 31 millions net par saison pèse même de tout son poids dans les finances du club turinois, contraint de faire des concessions pour se le permettre. Et le projet sportif des Bianconeri s'en ressent forcément sur le côté collectif. Alors que faire ? Cristiano Ronaldo a encore un an de contrat (ndlr : jusqu’en juin 2022). A 36 ans, il démontre qu'il possède toujours des capacités hors-normes pour faire des différences. Mais vaut-il toujours le sacrifice consenti par la Juve ?
De l'autre côté des Alpes et malgré son efficacité insolente pour son âge en championnat (20 buts en 22 matches), la presse n'hésite plus à se poser la question et la tendance a changé ces dernières semaines, au fil des résultats décevants de la Juve, qui pointe aussi à 10 points de l'Inter Milan en Serie A (avec un match en moins). Alors qu'une prolongation de contrat a longtemps été dans les tuyaux, les médias italiens laissent penser que ce n'est pas dans l'air du temps. "Il a encore un an de contrat. Sa prolongation n'est pas à notre agenda immédiat, il y a du temps pour en parler", a d'ailleurs reconnu Fabrio Paratici, le directeur sportif turinois, au micro de Sky Sport mardi.
Si l’idée d’une prolongation laisse songeur, la question est peut-être surtout de savoir si la Juventus va tenter de s'en séparer avant la fin de son bail. Et notamment cet été. Etant le contexte, c'est cependant improbable : les clubs aptes à accueillir Ronaldo et à lui offrir un salaire équivalent à ce qu'il touche à la Juve ne sont pas légion. Pourtant, il est tout aussi difficile d'imaginer la Juventus réussir sa reconstruction avec le Portugais et ses émoluments dans les parages. Un vrai dilemme pour les champions d’Italie, qui risquent de devoir prendre leur mal en patience. Ce qui n'est pas vraiment dans la culture du club.
Ligue des champions
Chelsea s'offre aussi un statut de tête de série pour la prochaine C1 : tous les chapeaux
30/05/2021 À 07:55
Ligue des champions
"La victoire de Tuchel, ce n'est pas forcément l’échec du PSG"
29/05/2021 À 23:57