Cela pourrait être un petit événement. Un an et demi après, Mariano Diaz pourrait bien enchaîner deux titularisations consécutives avec le Real Madrid. Le voir dans le onze de départ de Zinédine Zidane à Villarreal (1-1) sortait déjà de l'ordinaire. L'ancien Lyonnais n'avait plus eu droit à cet honneur depuis le 5 mai 2019. C'était déjà face au Sous-marin jaune, et il avait inscrit un doublé salvateur (3-2). Son but samedi face aux hommes d'Unai Emery l'a été tout autant, puisqu'il a permis à des Madrilènes diminués de prendre un point à l'extérieur, et dans la douleur. "On a vu ce qu'il pouvait nous apporter, il a tout donné", s'est réjoui l'entraîneur madrilène mardi en conférence de presse.

Profitez de notre offre Black Friday pour vous assurer de ne rien manquer de l'année 2021

Premier League
Ødegaard débarque à Arsenal
IL Y A 18 HEURES

Si Mariano devait débuter face à l'Inter, ce ne serait cependant pas au mérite. Comme face à Villarreal, Zidane n'aura pas vraiment le choix des armes en attaque à San Siro. Karim Benzema blessé, Luka Jovic positif au Covid-19, le Dominicain est le seul avant-centre de métier disponible dans l'effectif merengue. Troisième dans la hiérarchie établie par le technicien français sur ce poste, Mariano se retrouve seul en piste dans un rendez-vous déterminant pour l'avenir de la Maison Blanche en Ligue des champions.

Un temps de jeu famélique

Les grandes échéances, c'est un contexte qu'il semble apprécier. Avant de retrouver le chemin des filets face à Villarreal, Mariano n'avait plus marqué depuis le 1er mars dernier. C'était lors d'un Clasico. Entré pour les dernières secondes du match, il avait quand même réussi à trouver le chemin des filets pour assurer définitivement la victoire du Real face au Barça (1-0). L'ex-buteur des Gones n'a pas besoin de beaucoup de temps de jeu pour être efficace. Heureusement pour lui. Car il n'a eu droit qu'à 183 petites minutes passées sur le terrain depuis le coup d'envoi de la saison passée.

Le but de Mariano lors du Clasico

Crédit: Getty Images

C'est maigre. Il y a eu quelques blessures et une opération subie pour une amygdalite en septembre dernier qui l'ont rendu indisponible. Mais même quand il est opérationnel, Zidane compte rarement sur lui. Déjà parce que l'entraîneur du Real opte rarement pour un système avec deux attaquants axiaux. En général, il n'aligne qu'une seule pointe et c'est invariablement Benzema. Aussi parce que le Real n'avait investi pas moins de 60 millions sur Luka Jovic en 2019 pour faire office de doublure au Français. Un rôle dévolu à Mariano depuis son arrivée en provenance de l'OL l'été précédent.

Une efficacité remarquable

Un rôle, surtout, loin d'être évident à tenir tant Benzema est incontournable au Real. Il implique la nécessité de briller sur de très rares opportunités. Il impose d'accepter cette situation frustrante, d'être prêt à chaque instant, et d'être performant sans avoir le rythme de la compétition dans les jambes. Mariano n'a jamais connu autre chose au Real, que ce soit lors de sa première saison en équipe première, en 2016-17, ou depuis son retour à la Maison Blanche à l'été 2018. Dans ce contexte, il a été plutôt efficace. Si Mariano n'affiche que 11 buts en carrière avec le Real, il a trouvé la faille une fois toutes les 90 minutes en moyenne.

Un ratio assez remarquable, qui en dit finalement aussi long sur son temps de jeu que sur sa faculté à bien l'utiliser. Savoir être efficace, c'est ce que Mariano avait prouvé sur sa saison lyonnaise en inscrivant 18 buts en 34 matches de Ligue 1. Cela n'avait pas empêché les critiques à l'époque. Ses lacunes techniques, son apport très limité pour le collectif ou sa tendance agaçante à être souvent pris au piège du hors-jeu avaient été évoqués. L'avant-centre dominicain est loin d'être un joueur parfait. Mais il a des qualités. Et elles peuvent être précieuses pour le Real dans la période actuelle. "Il a montré qu'on pouvait lui faire confiance, et je pense qu'il va continuer à le prouver", prédit son coéquipier Luka Modric.

Des arguments à faire valoir

Son profil, notamment, peut être utile. Mariano est le type d'attaquant de surface qui fait régulièrement défaut dans l'animation offensive du Real de Zidane. Les décrochages de Benzema pour participer à l'élaboration des attaques empêchent parfois le Français d'être à la conclusion des actions. En cela, Mariano peut être un bon complément pour KB9. Sa qualité dans le domaine aérien pourrait être mieux exploitée dans une équipe qui dispose de latéraux réputés pour être de bons centreurs, comme Dani Carvajal, Ferland Mendy ou Marcelo. Cela impliquerait un changement de système, mais le jeu pourrait en valoir la chandelle.

Aussi parce que Mariano est frais. Logique, pour un joueur qui a passé l'essentiel de son temps au frigo ces deux dernières années. Mais cette vertu est devenue rare dans un effectif madrilène ultra-sollicité depuis le mois de juin. Les cadres vieillissants du Real souffrent particulièrement de l'enchaînement des matches en club et en sélection nationale. Mariano peut apporter ce petit vent de fraîcheur dont la Maison Blanche a tant besoin. Même si personne ne pouvait vraiment s'attendre à ce qu'il vienne de lui.

Mariano Diaz, Villarreal-Real Madrid

Crédit: Getty Images

Coppa Italia
Le derby et les demies pour l'Inter
HIER À 21:51
Coppa Italia
Insultes et tête contre tête : Ça a chauffé entre Ibrahimovic et Lukaku
HIER À 21:02