Le Bayern fait cocorico. Avec quatre Français dans son onze de départ, la formation d’Hansi Flick a balayé l’Atlético Madrid mercredi soir (4-0), lors de la première journée de la phase de poules de la Ligue des champions. Kingsley Coman, auteur d’un doublé et d’une passe décisive, a été intenable, tandis que Corentin Tolisso y est lui aussi allé de son but, d’une frappe splendide. Les Bavarois prennent seuls la tête du groupe A après le nul entre le Red Bull Salzburg et le Lokomotiv Moscou (2-2) plus tôt dans la soirée. Les Colchoneros, qui ont eu les occasions pour espérer mieux, commencent par une grosse claque.

Ligue des champions
Imperturbable Bayern
25/11/2020 À 21:47

Kingsley Coman avait conclu le dernier parcours du Bayern Munich en Ligue des Champions en héros, inscrivant le seul but de la finale face au PSG. Deux mois plus tard, il a renfilé le même costume pour lancer idéalement le tenant du titre dans son opération reconquête. Bridé dans une position trop axiale avec les Bleus dernièrement, l’ancien Parisien a retrouvé son couloir gauche avec brio, bouclant un récital en trois actes.

Le récital de Coman, le boulet de canon de Tolisso

Le premier fut un enchaînement contrôle du gauche – plat du pied droit sur une merveille de ballon de Joshua Kimmich (1-0, 28e). Le deuxième, une passe décisive sous pression pour Leon Goretzka (2-0, 41e). Le troisième, un numéro de soliste avec double-crochet sur Felipe et frappe croisée parfaite (4-0, 72e). Le Français a même été accompagné dans son festival par un compatriote : d’une frappe surpuissante des 30 mètres, Corentin Tolisso a tué le match peu après l’heure de jeu (3-0, 66e).

Le Bayern entame donc son parcours européen par une véritable démonstration de force, individuelle comme collective. En face, l’Atlético a toutefois eu les billes pour donner une autre tournure à cette rencontre. Il n’a manqué ainsi que quelques centimètres à Luis Suarez pour récompenser l’entame très tonique des Cochoneros (3e). Yannick Ferreira Carrasco, lui, a manqué de tranchant dans la surface malgré deux très belles situations (23e, 64e). Et puis, il y a eu ce but de Joao Felix dès le retour des vestiaires, refusé pour un hors-jeu de Suarez positionné dans le champ de vision de Manuel Neuer (47e). Il fallait, de toute façon, bien plus que de la réussite pour contrarier les plans de ce Bayern-là, incontestablement favori à sa propre succession.

Ligue des champions
Le Bayern sans Süle ni Tolisso contre Salzbourg, Hernandez incertain
24/11/2020 À 14:18
Liga
L'antisèche : Le pire, c'est que le Barça est à sa place
21/11/2020 À 23:36