De notre envoyé spécial au Parc des Princes,

Keylor Navas : 5

Pour son retour dans la cage, il n’a pas eu le temps de gamberger et a sauvé Paris d’entrée (4e, 7e). Il aura été secondé par Marquinhos (26e) puis par son poteau (27e) lors de la période forte de Leipzig. Mais il ne peut absolument rien les buts allemands, lâché par sa défense. En fin de match, il n’a pas hésité à donner de l’air avec un jeu aérien bien senti (78e).
Ligue 1
L'absence de Neymar, un mal pour un bien ?
IL Y A 2 HEURES
  • En bref : Irréprochable mais deux buts dans la musette.

Le PSG était bien parti mais Leipzig est revenu à hauteur

Crédit: Getty Images

Achraf Hakimi : 5,5

Lui qui malmène systématiquement ses adversaires directs aura été franchement discret. Quelques imprécisions techniques seront venues parasiter une partition où sa complicité avec Lionel Messi n’a clairement pas sauté aux yeux. Sur l’égalisation allemande, il laisse Angelino seul dans son dos (27e). Il a cependant les cannes pour aller arracher un penalty en toute fin de match (90e).
  • En bref : Une dernière montée qui sauve une partie brouillonne.

Marquinhos : 6

De tous les défenseurs parisiens, il est celui qui a le plus tenté de tenir le cap malgré les bourrasques. En retard sur certaines interventions (14e) ou pris par l’engagement allemand (42e), il a sauvé la baraque sur un sauvetage dont il a le secret (26e). Son jeu long aura offert quelques sorties efficaces au PSG. Sans lui, Paris aurait tanguer encore un peu plus… C’est dire.
  • En bref : Capitaine jusqu’au bout des ongles.

Presnel Kimpembe : 3

Une partie passée à souffrir. Pas aidé par un Nuno Mendes souvent trop haut, "Presko" a été presque systématiquement dominé au duel face à André Silva (27e) et est directement impliqué sur les deux buts encaissés par le PSG. Sur le premier, il ne parvient pas à combler son retard initié dès le début de l’action (28e). Sur le second, il laisse Mukiele se faufiler dans son dos (57e). Face à son pote Nkunku, il a souvent été sur les talons. Le passage à 3 défenseurs à l’heure de jeu l’aura sauvé de la noyade totale.
  • En bref : Un naufrage.

PSG-Leipzig.

Crédit: Getty Images

Nuno Mendes : 4

Nuno Mendes a de la personnalité et ses prises d’initiative face au manque de mouvement parisien auront démontré son culot (14e, 38e). Mais sa position très haute a fragilisé l’édifice parisien sans que son apport offensif ne justifie autant de déséquilibre. Si Kimpembe a autant souffert, si Gueye a été aussi discret, c’est en partie de son fait.
  • En bref : Un talent à encore polir tactiquement.

Ander Herrera : 4,5

Comme à son habitude, l’Espagnol s’est démené pour offrir des solutions aux siens et compenser quand cela fut nécessaire. Quelques ouvertures bien senties sont à mettre à son crédit en début du match mais il est rapidement rentré dans le rang, souffrant face à l’agressivité allemande. Offensivement, il a perdu la fluidité du début de saison et c’est son rendement entier qui s’en ressent.
  • En bref : Bien trop neutre.
Remplacé par Georginio Wijnaldum (60e), à l’origine de plusieurs remontées de balle, dont celle amenant le penalty raté par Mbappé.

Marco Verratti : 3,5

Son match a commencé par une perte de balle dangereuse amenant la première action du match (4e). Ce fut le symbole d’une partie passée à l’envers où le "Petit Hibou" n’aura jamais su retrouver la magie entrevue face à City. Le pressing allemand l’a asphyxié et ses ballons perdus se sont multipliés. Offensivement, il aura connu aussi beaucoup de déchets même si c’est sa percée qui réveille Paris (54e). Il s’est souvent compliqué la vie, et celle du PSG avec.
  • En bref : Méconnaissable.

Idrissa Gueye : 4

Aligné dans une position où son pressing doit être une arme parisienne, il aura beaucoup couru dans le vide ce mardi, souffrant plutôt de la pression allemande. Il concède une faute dangereuse (48e) mais est également coupable de lâcher Mukiele sur le deuxième but allemand (57e). Attentif par ailleurs pour couvrir le positionnement haut de Nuno Mendes. Offensivement, il fut trop discret.
  • En bref : On ne l’a pas reconnu…
Remplacé par Danilo Pereira (60e) qui a apporté sa taille et son goût du combat dans l’axe central.

Lionel Messi : 6

Il a toujours autant de magie au bout du pied et, par séquences (6e, 55e), on s’est régalé de ses facilités avec la gonfle. Mais il aura traversé la première période comme un fantôme, collé à un côté droit qu’il devrait davantage quitter. C’est d’ailleurs dans l’axe qu’il égalise après un service de Mbappé (67e). Sa panenka (74e) est aussi belle qu’efficace pour permettre au PSG d’assurer les trois points.
  • En bref : Un doublé qui sauve le PSG et qui cache un match encore inégal.

Kylian Mbappé : 8

Dès son premier ballon, il a annoncé la couleur : une accélération qui a fait gagner près de 40 mètres à Paris. Sans lui, pas de salut. Il s’est occupé de tout, comme un grand. Parti comme une fusée sur la transition parisienne, il se sert parfaitement de l’appel de Draxler pour ouvrir le score (9e). C’est encore lui qui sert Messi sur le but du 2-2 (67e) avant de provoquer le penalty de la gagne avec beaucoup de vitesse et un peu de métier (74e). Autrement, il aura tout bien fait, entre remises bien senties (32e), vivacité ahurissante (45e) et prise de la profondeur qui auront fait souffrir le martyre à la défense allemande. Son penalty raté (90e) vient à peine gâcher un match XXL.
  • En bref : La Mbappé-dépendance gagne encore en épaisseur.

Lionel Messi et Kylian Mbappé, grands artisans du succès du PSG face à Leipzig

Crédit: Imago

Julian Draxler : 5

C’est souvent la même histoire : ses facilités techniques donnent envie de voir plus. Et pourtant… Il rate une première occasion sur un caviar d’Ander Herrera (6e) avant de progressivement s’effacer. Sa complicité avec Nuno Mendes aura été limitée et son apport encore timide. Utile en fin de match de par sa capacité à garder le ballon.
  • En bref : Comme toujours, on en attend beaucoup plus.
Remplacé par Thilo Kherer (90e).

"Quand on voit le match face à Leipzig, le PSG a franchement de quoi craindre l'OM"

Ballon d'Or
Pochettino répond à la polémique : "Messi mérite totalement ce Ballon d'Or"
IL Y A 11 HEURES
Ballon d'Or
La septième merveille de Messi
HIER À 20:53