"Così fa male". Comprenez plutôt : "Comme ça, ça fait mal". Voilà, en substance, le sentiment qui régnait dans les travées de Giuseppe Meazza ce mercredi soir après la défaite de l'Inter Milan face à Liverpool (0-2) en huitième de finale aller de Ligue des champions. Si la "Beneamata" ne partait pas vraiment favorite, elle a été à la hauteur de l'évènement, dix ans après sa dernière phase finale de C1. Alors autant dire que le score final (0-2) est un peu cruel pour les hommes de Simone Inzaghi, qui ont longtemps répondu présent dans l'intensité, les duels et le combat. Les vingt premières minutes de la deuxième mi-temps ont même été un monologue nerazzurro. En vain. Et dans la compétition des détails, tout se paie très vite.
Trois jours d'essai gratuit et 50% de remise la première année : Abonnez-vous à Eurosport !
C'est ainsi que les Reds n'ont eu besoin que de sept minutes pour se mettre pratiquement la qualification en poche, sans forcer. "A ce niveau, ce sont les détails qui font la différence, regrettait Milan Skriniar après la rencontre au micro de Sky Italia. Nous n'avons pas concrétisé nos temps forts. Nous avons dominé, mais au final on repart sans rien. Si tu ne marques pas, tu te fais punir à ce niveau. C'est ce qui fait la différence." Un sentiment partagé par Edin Dzeko, son coéquipier.
Premier League
Fin d'une ère et petite révolution : Darwin change tout à Liverpool
15/06/2022 À 16:35
On a fait un grand match
"On a bien joué pendant 75 minutes, sans presque rien concéder, a expliqué l'attaquant bosnien à Mediaset Infinity. On a fait un grand match, en se créant des occasions et en en concédant peu à l'une des meilleures équipes d'Europe. C'est dommage de prendre un but sur corner, secteur qui est notre point fort. Mais ce sont les grandes équipes, si tu ne marques pas, elles te punissent. On a tout donné pendant 90 minutes, cela n'a pas suffi. On sort de cette défaite la tête haute." "Le 0-2 est un score trop lourd. On peut remonter au match retour, même si rien ne sera simple. Nous avons les qualités pour le faire", a promis de son côté Denzel Dumfries à Prime Video Italia.
https://i.eurosport.com/2022/02/16/3319928.jpg
Des regrets, l'Inter en a donc beaucoup ce mercredi soir. Mais elle en ressort également plus forte selon Simone Inzaghi, son entraîneur. "Je suis très fier de mon équipe. Cela a vraiment été une très grande soirée, c'est vraiment dommage pour le résultat. On aurait mérité autre chose (...) Le football est parfois cruel. On a tenu tête contre une des deux meilleures équipes d'Europe. Mais on sait que cela peut arriver, c'est le football, mais cela doit nous donner confiance pour la suite. Cela doit être un point de départ", a expliqué l'ancien entraîneur de la Lazio Rome, lui aussi conscient que son équipe a livré "une grande prestation".
Maintenant, le retour sur terre. Après deux matches sans victoire en Serie A (défaite face à l''AC Milan, nul contre le Napoli), l'Inter, dauphin de son rival mais avec un match en moins, doit reprendre sa marche en avant dimanche (18h). Au menu, une confrontation délicate face au redoutable Sassuolo de Maxime Lopez, jamais simple à jouer. Encore plus sans un Marcelo Brozovic suspendu. "Heureusement, on ne va pas rencontrer Liverpool tous les jours...", s'est rassuré Simone Inzaghi ce mercredi soir. Pas avant le 8 mars prochain, du moins.
Premier League
Remplacer Mané par Nunez : Liverpool a-t-il perdu la tête ?
15/06/2022 À 13:18
Ligue des champions
Incidents au Stade de France : La RATP n'a pas conservé ses images, la SNCF si
10/06/2022 À 17:17