Le jeu : La Juve était en retard

Il y a eu deux matches bien distincts. Le premier où Paris s'est baladé devant une Juve attentiste, bien trop docile dans le pressing et sans la moindre créativité. Le PSG en a profité pour prendre un avantage décisif grâce à deux actions de grande classe qui disent tout de son potentiel offensif exceptionnel. Puis le deuxième match, où la Juve a enfin mis l'intensité requise pour un match de Ligue des champions. Et l'équipe de Christophe Galtier a eu beaucoup plus de mal dans cette configuration où il avait moins le ballon, affichant aussi des difficultés défensives, notamment dans le domaine aérien. Elle a tenu une victoire plutôt méritée dans l'ensemble. Mais si la Juve s'était réveillée plus tôt, l'action aurait pu être bien différente.
Ligue 1
Paris répond au PSG : "Vous pensez vraiment que le Parc vaut moins que Paredes ?"
IL Y A 16 HEURES

Les joueurs : Mbappé est déjà au point

Il était l'homme fort du PSG en C1 la saison passée. Et il est reparti sur les mêmes bases. La victoire du PSG porte la marque de Kylian Mbappé et de son doublé qui a fait toute la différence au tableau d'affichage. Même s'il a aussi manqué une énorme opportunité de mettre Paris à l'abri en oubliant Neymar en seconde période. Sans conséquence finalement. Le Brésilien a lui aussi signé une belle prestation avec une passe décisive, tout comme Achraf Hakimi, tandis que Marco Verratti s'est une nouvelle fois imposé comme le patron du milieu parisien. A la Juve, l'entrée réussie de Weston McKennie a incarné le renouveau turinois après la pause.

Neymar a-t-il déjà été aussi fort avec le PSG ?

Le facteur X : Donnarumma, le chaud et le froid

Il y a eu cette parade décisive devant Arkadiusz Milik, deux minutes avant le break du PSG. Il y en a eu une autre devant Dusan Vlahovic pour empêcher la Juve de revenir à 2-2. C'est pour le positif. Le négatif, c'est cette sortie pas du tout maîtrisée sur l'égalisation turinoise. Gianluigi Donnarumma restait sur un cauchemar en Ligue des champions à Madrid. Pour son retour dans cette compétition, il a finalement soufflé le chaud et le froid. Un peu à l'image de son équipe.

Faut-il relancer le débat Donnarumma-Navas ? "Il y a une ombre…"

La stat : 1

Elle était peut-être laborieuse, mais la victoire du PSG fera date. C'est en effet la première pour le club de la capitale en neuf confrontations face à cette Juve qui lui avait laissé quelques mauvais souvenirs. Paris restait en effet sur six revers consécutifs contre la Vieille Dame, qu'elle n'avait pas affrontée depuis le début de l'ère QSI.

La décla : Kylian Mbappé (attaquant du PSG)

On sait ce qu'il nous reste à travailler, on savait avant le match qu'on avait des lacunes mais on va bosser.

La question : Entre promesses et doutes, que retenir de cette victoire ?

Il ne faut pas faire la fine bouche. La Juve a fait trop de misères au PSG par le passé pour que le club de la capitale ne mesure pas la valeur d'une victoire contre la Vieille Dame. Même si elle s'accompagne d'une certaine frustration. L'entame brillante des Parisiens appelait certainement une victoire plus convaincante, que ce soit dans le jeu ou au tableau d'affichage. Mais ce match, finalement, offre un petit condensé assez révélateur de ce PSG version Christophe Galtier.

Marquinhos : "Un match à deux visages"

Il ne faisait pas trop de doute que ses forces se situaient en attaque et cela s'est confirmé. Il y a plusieurs choses dans le doublé de Mbappé, au-delà de l'efficacité du buteur parisien. Le geste génial de Neymar sur le premier but qui confirme le talent individuel exceptionnel des Parisiens. Et une action remarquable de vitesse et de justesse sur le deuxième but. L'un dans l'autre, il en ressort cette impression toujours plus nette que, dès que Paris accélère, c'est vraiment compliqué de l'arrêter.
Il ne faisait pas trop de doute non plus que les lacunes du PSG se trouvaient plutôt en défense. Là aussi, ça s'est confirmé. Et au-delà du but concédé, Paris a montré des difficultés plutôt inquiétantes dans le domaine aérien. Il vaut mieux pour lui qu'il n'ait pas trop à défendre près de son but, ce qui est arrivé trop souvent sur la seconde période. Sa marge de progression dans la gestion des temps faibles est énorme. Mais ce n'est pas illogique. L'ère Galtier en C1 vient à peine de démarrer. Avec ses promesses et ses doutes. Mais avec une victoire, surtout.
Vous voulez suivre TOTTENHAM - OM en direct sur CANAL+? Retrouvez l’offre 100% UEFA CHAMPIONS LEAGUE à partir de 25,99€/mois les 12 premiers mois puis 35,99€/mois
Ligue 1
Al-Khelaifi : "Ce n’est que le début entre QSI et le PSG"
HIER À 08:12
Serie A
Séisme : Agnelli démissionne et quitte la Juve !
HIER À 21:43