Marseille n'a jamais trouvé la clé. Battu 3-2 au match aller par le Feyenoord Rotterdam, le club phocéen a été incapable de faire craquer son adversaire lors du match retour disputé au Stade Vélodrome jeudi soir, en demi-finale retour (0-0). L'OM, qui a perdu Dimitri Payet sur blessure peu après la demi-heure, devra attendre pour disputer la sixième finale européenne de son histoire. Cette première finale de Ligue Europa Conférence opposera donc la formation néerlandaise à l'AS Rome, le 25 mai prochain, au Air Albania Stadium de Tirana.
On s'attendait à plusieurs scénarios, mais peut-être pas à celui-ci. Jeudi soir, au Vélodrome, un stade en folie devait pousser une équipe survoltée pour aller chercher une finale européenne. Les supporters ont fait leur boulot, les joueurs ont eu plus de mal. Non pas qu'ils y aient mis de la mauvaise volonté – il faut souligner la grande rigueur défensive néerlandaise, symbolisée par la solide charnière Trauner - Senesi. Mais les Phocéens, qui ont enregistré 60% de possession face à une équipe qui a attendu les derniers instants pour tenter de piquer, ont manqué d'inspiration, de précision. D'un peu tout.
Ligue 1
Tudor sifflé mais pas rancunier : "Les supporters ont toujours raison"
07/08/2022 À 22:05

Payet encore malchanceux, Milik trop tendre

Tout ce que peut apporter Dimitri Payet, par exemple. Mais le leader technique olympien est sorti sur blessure à la demi-heure de jeu, comme en finale de la Ligue Europa contre l'Atlético Madrid en 2018, sur un pépin musculaire qui pourrait compromettre sa fin de saison. Quelques minutes plus tôt, il s'était créé la première grosse occasion marseillaise, d'une frappe du gauche passée quelques centimètres à côté (21e).
Le problème, c'est qu'il y en a eu très, très peu d'autres. Lancé à la place du patron marseillais, Arkadiusz Milik a manqué de mordant sur ses têtes, quelques secondes après son entrée (34e) et juste avant la pause (45e+2). Puis Valentin Rongier, replacé dans l'axe avec succès après l'entrée de Pol Lirola à la pause, s'est frayé un chemin dans la surface mais a frappé dans les bras d'Ofir Marciano (55e).

L’OM peut-il se cacher derrière la sortie de Payet ?

De frissons, il n'y a pas eu

Ce même Lirola s'est créé la dernière opportunité des siens en traînant dans la surface sur corner. Mais comme très souvent, une jambe néerlandaise a traîné pour contrer sa tentative qui partait bien (77e). Ce sont les hommes d'Arne Slot, inoffensifs jusqu'ici, qui se sont même créés les meilleures situations en fin de rencontre (67e, 91e).
A l'arrivée, Marseille pourra nourrir de sérieux regrets. Mais pas ceux attendus. L'OM ne ruminera pas une situation manquée, un manque de réussite, une décision arbitrale litigieuse, mais sa totale incapacité à emballer une demi-finale européenne dans son stade, face à un adversaire très sérieux mais abordable. De frissons, il n'y a pas eu. Pourtant, tout était réuni pour.
Ligue 1
L'OM chasse ses doutes
07/08/2022 À 20:39
Ligue 1
Bonjour l'ambiance : Tudor sifflé par le Vélodrome, Payet première victime du Croate
07/08/2022 À 18:02