Getty Images

16e de finale aller : Nice renversé à domicile par le Lokomotiv Moscou (2-3)

Nice peut s'en mordre les doigts

Le 15/02/2018 à 20:53Mis à jour Le 15/02/2018 à 21:13

LIGUE EUROPA - Malgré un break d'avance grâce à un doublé de Mario Balotelli, Nice s'est incliné jeudi devant le Lokomotiv Moscou (2-3) à l'Allianz Riviera en 16e de finale aller. Les Aiglons, réduits à dix après l'expulsion de Racine Coly, ont payé au prix fort leurs errements défensifs et laissent les Russes en position très favorable avant le match retour en Russie la semaine prochaine.

La soirée avait pourtant si bien commencé. En menant 2-0 après 30 minutes de jeu, les Niçois avaient fait le plus dur dans une première période maitrisée. Mais en réduisant le score juste avant la pause, les joueurs du Lokomotiv Moscou se sont relancé avant de martyriser en seconde période une équipe niçoise réduite à 10 après l'heure de jeu. Avec cette défaite 2-3, les Niçois hypothèquent sérieusement leur chance de qualification pour les huitièmes avant le match retour la semaine prochaine en Russie.

Les Niçois ont croqué à pleines dents ce 16e de finale de Ligue Europa. Immédiatement dans le rythme de la partie, ils ont ouvert le score après seulement 4 minutes de jeu. Balotelli, après un superbe travail d'un Allan Saint-Maximim tout simplement intenable, a trompé Guilherme d'une frappe du pied droit dans la surface (1-0, 4e). Dominateurs dans le jeu, les Niçois ont ensuite fait le break peu avant la demi-heure de jeu.

Saint-Maximim martyrise son défenseur avant la pause

Sur un nouveau travail phénoménal de Saint-Maximim qui a martyrisé Denisov pendant une mi-temps, avant que son entraîneur décide de le sortir, Seri a vu sa frappe du droit contrée par la main de Pejcinovic. Mario Balotelli a ensuite transformé la sentence pour s'offrir son sixième but de la saison en six rencontres de Ligue Europa (2-0, 27e).

Puis tout s'est enraillé. La défense niçoise a d'abord concédé assez bêtement un penalty juste avant la mi-temps. Malang Sarr, s'est jeté dans les pieds de Miranchuk, ne laissant pas d'autre choix à M Kovacs, arbitre de la rencontre, que de désigner le point de penalty, transformé par Fernandes (2-1, 45e). Les Niçois ont alors pris un coup sur la tête. "Si on rentre au vestiaire à 2-0, je pense que l'on peut gagner le match derrière" estimait le capitaine Dante au terme des 90 minutes.

Une deuxième mi-temps cauchemardesque et une défaite finalement logique

Au retour des vestiaires, la locomotive russe s'est mis en route. Réduit à 10 à la 69e après une faute de Coly en position de dernier défenseur, les Niçois n'ont pas vu le ballon de la seconde période. Sur le coup franc qui a suivi la faute du défenseur niçois, Fernandes s'est offert un doublé en enroulant parfaitement son ballon par dessus le mur (2-2, 69e).

A l'agonie en infériorité numérique et jamais dans le rythme du match en seconde période, les Niçois ont alors logiquement concédé un nouveau but, toujours par Manuel Fernandes au terme d'une action très bien menée par Anton Miranchuk (2-3, 77e). Les Niçois avaient le match en main, ils ont finalement tout gâché. Cette défaite compromet fortement leur chance de qualification en huitièmes de finale de Ligue Europa. Ils se déplaceront jeudi prochain (17h) pour tenter de réaliser l'exploit en Russie.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0