Eurosport

Marseille – Leipzig, l'antisèche : L’OM n’a rien calculé, et c’est comme ça qu’il est le meilleur

L'antisèche : L’OM n’a rien calculé, et c’est comme ça qu’il est le meilleur

Le 13/04/2018 à 01:27Mis à jour Le 13/04/2018 à 08:30

LIGUE EUROPA – Comme lors de ses plus belles heures européennes, l'Olympique de Marseille a sorti une grande prestation en quart de finale retour pour renverser le RB Leipzig et refaire son court retard du match aller (1-0, 5-2). De l'entraîneur aux joueurs, tous les Marseillais se sont montrés à la hauteur de l'événement et peuvent désormais nourrir de belles ambitions. Notre antisèche.

Le jeu : Déterminé, l'OM s'est sublimé

L'ouverture du score précoce de Bruma (2e) aurait pu les faire douter, ce ne fut pas le cas du tout. Dans un Vélodrome plein à craquer et en délire dès le coup d'envoi, les Marseillais se sont montrés à la hauteur de l'événement et de ce quart de finale retour. Alignés dans un 4-2-3-1 plus habituel, ils sont entrés dans la rencontre le couteau entre les dents et ont à peine frémi au moment du but allemand. Car tous les Phocéens étaient déchaînés et décidés à faire trembler les filets adverses à plusieurs reprises ce jeudi soir. Muet lors de sa courte défaite du match aller (1-0), puis impuissant dimanche dernier en championnat devant Montpellier, l'OM a retrouvé ses forces offensives au meilleur moment.

Car cette fois, l'heure n'était pas aux calculs d'apothicaires ni à la prudence et les Phocéens ont su marquer deux buts dans les dix premières minutes de jeu. L'OM a étouffé son adversaire et profité des énormes largesses de la défense allemande en procédant par des attaques à la fois rapides et bien senties. Mordants dans les duels, tranchants offensivement mais aussi enfin réalistes devant le but adverse, Thauvin et ses partenaires ont survolé les débats de bout en bout pour s'offrir une magnifique soirée européenne et un billet pour le dernier carré de la Ligue Europa.

Les joueurs : Payet a pris feu, pas Mitroglou

L'ensemble de l'équipe marseillaise a brillé dans ce match retour. L'impeccable Luiz Gustavo a permis à la défense de rester toujours sereine malgré l'enjeu. Décevant ces dernières semaines, Jordan Amavi a pu reprendre confiance et retrouver ses qualités techniques en évoluant à un poste plus offensif pendant une grande partie de la rencontre. Maxime Lopez aurait pu souffrir au milieu de terrain face à des adversaires plus costauds que lui mais il a fait preuve d'un engagement irréprochable.

Devant, Dimitri Payet a tout simplement régalé balle au pied et certainement réussi son meilleur match depuis son retour à l'OM. L'international français a superbement orienté les attaques olympiennes, délivré une passe décisive pour l'efficace et volontaire Florian Thauvin, puis claqué un but sublime à l'heure de jeu avant de sortir à bout de forces. Le manque de réalisme de Kostas Mitroglou constituera le seul bémol de cette belle prestation collective. Très remuant, le Grec a pesé de tout son poids sur les défenseurs adverses mais il s'est clairement loupé au niveau de la finition à plusieurs reprises.

Du côté du RB Leipzig, le gardien Peter Gulacsi, le virevoltant Naby Keita mais aussi Bruma et Jean-Kévin Augustin, auteurs des deux buts allemands, ont surnagé. Les autres Roten Bullen sont tous apparus dépassés, à l'image de Marcel Sabitzer qui n'a pas su faire oublier Timo Werner (resté sur le banc) en attaque. Les défenseurs, eux, ont carrément pris l'eau avec un csc pour Stefan Ilsanker tandis que les centraux français Dayot Upamecano et Ibrahima Konaté sont toujours apparus à contre-temps et très fragiles.

Dimitri Payet lors de Marseille - Leipzig

Dimitri Payet lors de Marseille - LeipzigGetty Images

Le facteur X : La sortie sur blessure de Sarr

A la 28e minute, la sortie sur blessure de Bouna Sarr, auteur d’un début de match étincelant et du second but olympien, aurait pu constituer un réel coup dur et freiner les hommes de Rudi Garcia. Le coach marseillais a cependant eu le nez creux en lançant en charnière centrale l'inattendu Adil Rami, qui revenait tout juste de blessure, pour décaler Boubacar Kamara côté gauche et faire monter Jordan Amavi d'un cran. Les trois hommes ont tous répondu présent à leur poste et l'OM a repris son implacable marche en avant.

La stat : 3

Marseille rejoint les demi-finales de la C3 pour la troisième fois de son histoire après les saisons 1998-1999 et 2003-2004. Les deux fois, l'OM avait ensuite atteint la finale avant de s'incliner respectivement devant Parme (3-0) puis Valence (2-0).

Le tweet

La décla : Adil Rami (Marseille)

" Les médecins m'ont dit que je serais de retour face à Lille. La science dit que je serai de retour à Lille. Mais moi la science je la nique"

La question : Une nouvelle finale en vue pour l'OM ?

Après cette superbe soirée et avant de retrouver Troyes en Ligue 1 dimanche, les Phocéens et leurs supporters guetteront attentivement le tirage au sort des demi-finales de cette Ligue Europa ce vendredi midi du côté de Nyon. Arsenal, l'Atlético Madrid et le Red Bull Salzburg sont les potentiels adversaires de l'OM pour une place en finale. Les Autrichiens apparaissent comme les plus prenables, mais méfiance puisque les Marseillais se sont cassés les dents contre eux en phase de poule (0-0 au Vélodrome, défaite 1-0 en Autriche). Quant aux Gunners et aux Colchoneros, ils ont tremblé dans leur quart de finale retour respectif.

Rudi Garcia et son staff surveilleront également de près l'ordre des matches et espéreront évidemment disputer la demi-finale retour à domicile pour de nouveau profiter au maximum de la bouillante ambiance du Vélodrome. Car avec le soutien de son public, l'OM semble capable de renverser n'importe quelle montagne, qu'elle soit madrilène ou londonienne. S'ils jouent de nouveau à ce niveau, et avec en plus la perspective de disputer la finale dans le Parc OL du rival lyonnais, les Olympiens poseront en tous cas de sérieux problèmes à leurs adversaires.

0
0