André-Pierre Gignac

Contre l'Arménie, André-Pierre Gignac devrait connaître sa première titularisation en équipe de France depuis la défaite face à l'Afrique du Sud lors de la Coupe du monde 2010 (2-1). L'avant-centre de l'OM va trouver ainsi la récompense à son excellent début de saison avec son club, où il a inscrit neuf buts en neuf matches. Mais il ne doit sa convocation chez les Bleus qu'à la blessure d'Olivier Giroud, habituelle doublure de Karim Benzema pour le poste d'attaquant de pointe. A 28 ans, l'ancien Lorientais se voit offrir l'opportunité de montrer qu'il peut avoir sa place dans le groupe tricolore.
Deschamps n'a pas écarté cette hypothèse. "Je ne peux pas répondre aujourd’hui", a-t-il lâché, s'attardant surtout sur les qualités que Gignac pouvait apporter à son équipe. "Il a toujours marqué des buts, mais aujourd’hui, il a une très bonne efficacité et un physique qui lui permet de faire et répéter les efforts, a souligné le sélectionneur. Ça m’intéresse, il a quelque chose qui peut amener un plus." Gignac compte bien saisir l'occasion de donner raison à son ancien coach à l'OM. "Je viens avec la ferme intention de m'imposer dans le groupe", annonçait-il la semaine dernière à Clairefontaine. Ça passe par un grand match à Erevan.
Matches amicaux
"Match de m..." ou "cadeau empoisonné", ce match amical ne ravit pas l'Arménie
13/10/2014 À 17:06

André-Pierre Gignac remplace Karim Benzema lors de France-Portugal

Crédit: Panoramic

Christophe Jallet

Compte tenu du forfait de Mathieu Debuchy, beaucoup pensaient que l'heure pour Sébastien Corchia d'intégrer l'équipe de France avait sonné. Didier Deschamps en a ainsi surpris plus d'un en rappelant Christophe Jallet, absent du groupe tricolore depuis la défaite face à l'Espagne en mars 2013 (0-1). Même si le sélectionneur s'en défend. . "Ça me paraissait logique de le rappeler", a-t-il commenté au moment d'annoncer le retour du latéral de 30 ans. Son expérience du niveau international, tant chez les Bleus qu'avec le PSG en Ligue des champions, semble avoir été décisive dans le choix de Deschamps de le préférer à Corchia, tout comme son bon début de saison à l'OL.
Jallet apparait aujourd'hui à la troisième place dans la hiérarchie de Didier Deschamps au poste de latéral droit, derrière les incontournables Mathieu Debuchy et Bacary Sagna. S'il ne doit cette convocation au sein du groupe tricolore qu'à la blessure du défenseur des Gunners, le Lyonnais a cependant une chance à saisir à un poste où le sélectionneur n'a pas beaucoup d'options. "Ce retour en sélection me donne le droit d'y rêver, a estimé l'ancien Parisien. Il y a beaucoup moins de joueurs de haut niveau au poste d’arrière droit. Peut-être que ça me permettra d'entrevoir un peu plus loin que cette sélection." Une bonne performance face à l'Arménie serait un bon point de départ. 

Christophe Jallet lors de France-Espagne, en mars 2013.

Crédit: Panoramic

Jérémy Mathieu

Le défenseur du Barça avait bénéficié du forfait de Laurent Koscielny pour faire son retour en équipe de France le mois dernier. Il a su saisir sa chance en réalisant une bonne prestation aux côtés de Rapahaël Varane contre la Serbie (1-1), et Didier Deschamps a logiquement décidé de le rappeler compte tenu de l'absence sur blessure de Mamadou Sakho. Mathieu apparaît aujourd'hui comme le cinquième défenseur central dans la hiérarchie du sélectionneur, derrière Raphaël Varane, Koscielny, Sakho et Eliaquim Mangala. Son bon début de saison avec Barcelone, où il a su rapidement s'imposer comme un titulaire, ne fait que renforcer ce statut.
Il peut même espérer mieux. Déjà parce que ses concurrents à son poste connaissent des pépins physiques récurrents, ce qui lui a permis de faire partie des deux dernières listes de Deschamps. Aussi parce qu'ils n'ont pas tous un statut de titulaire garanti en club. Notamment Mamadou Sakho, dont la situation délicate à Liverpool pourrait menacer à terme sa place dans le groupe tricolore. A bientôt 31 ans, Mathieu n'incarne pas autant l'avenir de l'équipe de France que l'ancien Parisien, mais son expérience et sa polyvalence jouent en sa faveur. Sa motivation aussi. Pour lui, l'Euro 2016 est la dernière opportunité de disputer une compétition avec les Bleus. Il fera tout pour la saisir.

Jérémy Mathieu, lors du match Serbie-France

Crédit: AFP

Matches amicaux
Deschamps : "Même s'il y aura des changements, j'attends la même idée directrice"
13/10/2014 À 15:15
Matches amicaux
La dynamique est là, maintenant la France doit gagner en maturité
11/10/2014 À 22:34