Il fallait certainement une grandissime équipe de Manchester City pour déboucher sur une telle rouste. Il fallait aussi, et sans aucun doute, un rendement affligeant de l'ensemble des joueurs d'Arsenal. De simples détails jusqu'à leur performance globale, les Gunners ont rappelé à quel point le club londonien marche à l'envers, ce jeudi soir, lors de la nouvelle gifle reçue à domicile (0-3) face au leader de Premier League.

Trente unités. L'équivalent de dix victoires et du nombre de points encore en jeu jusqu'à la fin de saison. C'est, au soir de cette rencontre décalée comptant pour la 28e journée du championnat, le gouffre qui sépare désormais les hommes d'Arsène Wenger de leur adversaire du soir, face auquel ils ont fait preuve de tant d'impuissance, noyés par leur justesse technique en première période, contenus lors du second acte par des Citizens au petit trot. Jamais, à pareille époque, les Londoniens n'avaient accusé un retard si abyssal sur le leader.

Premier League
City, sans pitié avec Arsenal
01/03/2018 À 21:35

ozil arsenal manchester city

Crédit: Eurosport

Historiquement médiocre

Jamais, dans toute leur histoire en Premier League, ils n'avaient encaissé trois buts en moins de 35 minutes à domicile. Et rarement, dans un passé récent, ils avaient abandonné si tôt la course à la Ligue des champions. Mais Arsenal, sixième du championnat repoussé à huit unités de Chelsea, son devancier, a appris à banaliser le médiocre. C'est plus vrai que jamais en 2018, où les Gunners n'ont décroché que deux victoires, pour un nul et quatre défaites. Watford (10e), Brighton (12e) ou encore Swansea (18e) ont bien mieux débuté l'année civile.

AdversaireDomicile/extérieurRésultat
LiverpoolExtérieurDéfaite (4-0)
ChelseaExtérieurNul (0-0)
Manchester City Extérieur Défaite (3-1)
TottenhamDomicileVictoire (2-0)
Manchester UnitedDomicile Défaite (1-3)
LiverpoolDomicileNul (3-3)
ChelseaDomicileNul (2-2)
TottenhamExtérieurDéfaite (1-0)
Manchester CityDomicileDéfaite (0-3)

Arsenal ne fait plus peur à personne, surtout aux autres cadors du championnat. Le club londonien a déjà affronté en phases aller et retour quatre de ses cinq principaux rivaux. Pour un bilan famélique : une seule victoire, devant son ennemi juré Tottenham, cinq défaites et trois nuls. Face aux Skyblues, l'ensemble du onze a sous-performé.

Tout le monde à blâmer ?

Sur le rush remarquable de Leroy Sané, passeur décisif pour Bernardo Silva avant le premier quart d'heure de jeu, Welbeck, Bellerin, Xhaka et Mustafi ont été effacés par des crochets ou des changements de direction. Özil, que le club s'est donné tant de mal à prolonger cet hiver, a été transparent. Et Aubameyang, recrue phare du dernier mercato, a manqué un penalty en début de seconde période.

Le naufrage du club londonien est collectif et son capitaine, Arsène Wenger, navigue à vue. A Wembley, les supporters de Manchester City, taquins, lui ont demandé de rester. Ces derniers jours, plusieurs médias anglais ont annoncé son départ en fin de saison, mais l'Alsacien a ensuite répété, agacé, qu'il avait pour habitude de respecter ses contrats. Il a prolongé le sien de deux saisons en mai dernier. Pour sa crédibilité, le technicien de 68 ans aurait organisé une réunion avec ses joueurs, selon le Islington Gazette, pour leur lancer un ultimatum : "Soit ils finissent dans le top 4, soit ils dégagent tous." S'il a véritablement eu lieu, le rassemblement n'a pas servi d'électrochoc. Au vu de la prestation des Gunners, ce jeudi, il a plutôt agrandi la fracture.

Arsene Wenger Arsenal

Crédit: Eurosport

Premier League
Guardiola est clair : le championnat est "plus important" que la C1
28/02/2018 À 18:52
Premier League
"Le top 4 ou vous dégagez tous" : Wenger aurait poussé une gueulante monumentale sur ses joueurs
28/02/2018 À 13:07