Manchester United a bien fait passer le message : les Red Devils sont plus que jamais en course pour la Ligue des champions. Malgré une prestation défensive moins solide que de coutume, les Mancuniens ont réalisé un nouveau festival offensif, avec un Bruno Fernandes buteur et double passeur, pour terrasser Bournemouth (5-2) et enchaîner un seizième match sans défaite, toutes compétitions confondues.

MU - Bournemouth (5-2) : le film du match

Ligue des champions
L'antisèche : Trembler sans sombrer, c’est tellement ça le PSG
03/12/2020 À 08:02

Les supporters de Manchester United vont vraiment regretter de ne pas avoir pu assister à la fin de saison de leur équipe depuis les tribunes. Après le triplé d’Anthony Martial, une première depuis 7 ans, lors du dernier match à domicile face à Sheffield, ils ont cette fois vu leur équipe en planter cinq à domicile, ce qui n’était plus arrivé depuis 2011. Pas vraiment une surprise au vu du rendement offensif des Mancuniens depuis la reprise (11 buts en 4 matches de championnat désormais), et il fallait bien cela ce samedi après-midi où, à l’image du double pivot Pogba-Matic moins inspiré à la récupération, Bournemouth a cru faire douter le club aux 20 titres de champion d'Angleterre.

Greenwood et Martial ont régalé

Ce sont les Cherries, pressants et bien entrés dans leur rencontre, qui ont d’ailleurs ouvert le score, après un festival de Stanislas (0-1, 15e). Mais United, au-dessus de son adversaire techniquement et collectivement, est un rouleau compresseur qui ne se laisse pas si facilement déstabiliser ces derniers temps. Il compte dans ses rangs un jeune joueur (18 ans) au talent fou, Mason Greenwood, qui s’est d’abord illustré d’une puissante frappe du gauche pour égaliser (1-1, 29e). L’équipe de Paul Pogba peut aussi s’appuyer sur son duo de buteurs Rashford-Martial, qui en est désormais à 40 buts, toutes compétitions confondues, cette saison.

Le premier a d’abord mis son équipe devant sur penalty (2-1, 35e). Avant que le second ne décoche une frappe splendide pour donner de l’air aux siens (3-1, 45e+2). Joshua King a bien pensé relancer le suspense en transformant à son tour un penalty au retour des vestiaires (3-2, 49e). Mais Greenwood a calmé tout le monde en balançant un missile du droit, cette fois, dans la lucarne d'Aaron Ramsdale (4-2, 54e).

Le portier de Bournemouth, auteur de nombreuses parades (19e, 83e, 90e+2) pour limiter le naufrage de son équipe, battue pour une cinquième fois de suite et engluée à la 19e place, a ensuite dû s’incliner face au facteur X des mancuniens, Bruno Fernandes, auteur d’un coup franc vicieux (5-2, 59e). Voilà le génie portugais à 6 buts et 5 passes décisives en neuf matches de championnat. Les locaux ne se sont pas contentés de gérer, ils ont poussé jusqu’au bout sans réussi à faire gonfler encore plus le score. Les symptômes d’une équipe en confiance, bien partie pour finir la saison en boulet de canon.

Trente ans de disette et une libération : comment Liverpool a vaincu l'incroyable malédiction

Ligue des champions
Ils y sont presque : Le PSG qualifié en huitièmes si...
02/12/2020 À 22:58
Ligue des champions
Les notes du PSG : Le Neymar qu’on aime, le Marquinhos des grands soirs
02/12/2020 À 22:21