Pep Guardiola ne s'en cache pas : il apprécie le travail de son ancien adjoint Mikel Arteta à Arsenal. Il est même sous le charme. "Dans un futur proche, les Gunners seront des concurrents au titre de champion", annonce déjà le boss de Manchester City. Rien que cela. On parle pourtant d'une équipe d'Arsenal qui végète dans le ventre mou de la Premier League cette saison. A une très modeste 10e place, indigne du passé pas si lointain du club. Après 24 matches, la formation londonienne compte même 22 longueurs de retard sur son adversaire du jour – leader dans le Royaume -. Et pourtant, Guardiola est séduit et promet de beaux lendemains aux Londoniens.

Guardiola séduit par le jeu des Gunners

Premier League
Et de 21 ! Manchester City enchaine encore et toujours
IL Y A 21 HEURES

Cette sortie peut surprendre. Mais les raisons de cet optimisme guardiolesque ne viennent évidemment pas de nulle part. Elles sont essentiellement liées aux dernières sorties des Gunners. Depuis quelques semaines, les coéquipiers de Pierre-Emerick Aubameyang livrent des prestations plus consistantes, notamment en terme de jeu. "Les derniers mois ont montré que tous les entraîneurs ont besoin de temps, explique Guardiola. Mais j'ai vu lors des derniers matches qu'Arsenal a toujours mieux joué que ses adversaires. Ils ont mieux contrôlé la rencontre, ont eu plus d'occasions et en ont concédé moins".

Après un début de saison très délicat, le club de Londres a relevé la tête, grâce notamment à une série de 16 points pris sur 18 possibles entre décembre et janvier. Avant de retomber dans ses travers avec deux revers. Mais "parfois, vous ne récoltez pas les résultats que vous méritez", glisse Guardiola, avocat de luxe d'Arteta. "Ils construisent magnifiquement bien, ajoute l'ancien coach barcelonais. Ils bougent très bien. Présentent beaucoup de mouvement dans les 30 derniers mètres. Ils ont beaucoup de qualité et d'énergie avec Smith-Rowe, Saka et Aubameyang. En plus, ils possèdent beaucoup de qualité au milieu de terrain pour lancer les actions."

Arsenal celebrate

Crédit: Getty Images

Plus de variété, plus de constance, plus de nez : ce qu'il manque toujours aux Gunners

Pour que la prophétie de Guardiola se réalise et qu'Arsenal renoue avec son passé glorieux, les Gunners ont cependant du pain sur la planche. Et pas qu'un peu. Certes, l'ancienne maison d'Arsène Wenger a passé un cap en défense - le gros point noir depuis près de 15 ans maintenant – même si l'arrière-garde londonienne connait toujours des trous d'air coupables en l'absence d'un vrai leader. Arsenal est aussi beaucoup plus séduisant dans le jeu grâce au travail de Mikel Arteta. Cependant, la "manière de construire des Gunners manque de variété et d'intensité", estime Enis Koylu, qui suit Arsenal au quotidien pour le site anglais d'Eurosport.

En clair, l'équipe ronronne un peu trop pour mettre à mal certains blocs bas, et cela saute aux yeux quand Arsenal a encaissé le premier but. Si les joueurs d'Arteta doivent progresser "mentalement pour réussir à rebondir après avoir concédé l'ouverture du score" note encore Enis Koylu, Arsenal doit également passer de nombreux caps en terme régularité pour redevenir une équipe de premier choix en Premier League, où les mastodontes ne manquent pas. "Arsenal a montré cette saison qu'il était capable de produire un beau football, mais l'équipe est tout aussi capable de jouer terriblement. Le manque de cohérence l'empêchera de se battre pour le titre de Premier League dans un avenir proche, je le crains", estime Enis Koylu. "Arsenal manque de constance", abonde Mikael Silvestre, l'ancien défenseur des Gunners et de Manchester United dans Gentingbet.

Pierre-Emerick Aubameyang (Arsenal)

Crédit: Getty Images

Silvestre: "Cela ne se produira pas avant un petit moment"

Enfin, il y a le choix des hommes. Alors que le jeune Emile Smith Rowe s'impose comme une belle promesse pour l'avenir à l'instar de Bukayo Saka, il va falloir faire les bons choix sur le marché des transferts, où les Gunners n'ont pas toujours eu le nez creux ces dernières années. Le board londonien va devoir récupérer des joueurs aptes à les aider à aller vers le haut sans freiner la progression des jeunes pépites. Et réussir à conserver ses maillons forts. Le cas de Dani Ceballos, prêté encore une fois par le Real Madrid, sera ainsi intéressant à suivre. Tout comme celui de Martin Odegaard, si le jeune Norvégien confirme les bonnes impressions laissées lors de ses dernières sorties avec les Gunners.

Cela fait en tout cas beaucoup de chantiers pour une équipe qui n'a remporté que trois victoires sur ses 18 derniers matches face à un leader de Premier League. Et pas mal d'incertitudes même si l'idée reste qu'Arteta est sûrement sur le bon chemin. "Vous devez oublier le concept que le club d'Arsenal devrait lutter pour le titre et la Ligue des champions. Car cela ne se produira pas avant un petit moment même si Arteta construit pour cet objectif. Mais il a besoin de temps pour faire ça !", estime Mikael Silvestre. Guardiola n'en dit pas moins. Pour le Catalan, cela va juste arriver plus vite que l'on peut imaginer.

Premier League
Symbole d'un renouveau, investissement justifié : comment Ruben Dias a conquis la Premier League
HIER À 23:43
Premier League
Nouveau coup d'arrêt pour Leicester
28/02/2021 À 13:59